Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien

Francis Zimmermann
p. 503-504

Texte intégral

Francis Zimmermann, directeur d’études

La philosophie dans l’Inde

1L’inde est l’un des mondes avec lequel beaucoup de nos contemporains ont des liens existentiels forts. Mon objectif était de décrire ce monde moral et les positions, les postures, les engagements qu’il suscite. Sur cette voie, nous disposons de deux grands ensembles d’analyse et de réflexion construits depuis trente ou quarante ans pour l’un (la Contre-Culture), depuis vingt ans pour l’autre (les Postcolonial studies) tant en Inde qu’en Occident. Dans son contenu, la philosophie dans l’Inde se définit de deux façons. D’une part il s’agit d’une vaste littérature, principalement en sanskrit, déployée à travers l’histoire de nombreuses écoles et disciplines de pensée depuis l’Antiquité. D’autre part cette littérature constitue, par rapport à la tradition philosophique occidentale, une alternative critique.

2C’est par rapport aux préoccupations de notre temps que je cultive cette littérature, et je privilégie deux thématiques : d’une part, le vivant, l’éthique médicale et l’éthique de l’environnement ; d’autre part, le langage et la philosophie de la parole. Sur ces deux thématiques, il me semble que la tradition philosophique en sanskrit est encore susceptible d’apporter des choses radicalement neuves. Mais le mot thématiques n’est peut-être pas bien choisi, car il tend à faire croire qu’il s’agit de variations érudites et de lectures orientalistes introduisant simplement dans le paysage philosophique une dimension exotique. Or c’est tout le contraire. Les deux ensembles de questions privilégiées dans ce séminaire s’inscrivent dans deux des disciplines scientifiques les plus actuelles : la bioéthique et les sciences cognitives.

3Les historiens n’ont cessé de souligner, dans les philosophies antiques et orientales, l’emploi d’images et de modèles biologiques appliqués à la métaphysique. Par exemple, en Inde du Sud, l’économie de l’agriculture irriguée, la rizière, ses pompes à eau et ses digues sont un réservoir de métaphores fondatrices pour penser les concepts de dharma et de samsâra. Quelle valeur philosophique donner à cette imagerie ? Pour répondre à cette question préalable, qui porte sur la validité même de notre approche anthropologique ou ethnographique de la philosophie, nous avons entrepris d’analyser la nature du symbolisme invoqué et à sa place dans la philosophie considérée. Or, le paysage environnant – le contexte ethnographique de l’activité philosophique – a un statut radicalement différent en Inde de celui dont il jouit dans la vision du monde européenne. Il n’est pas offert au regard. Le paysage et l’imagerie de la rizière ou de la forêt dans l’Inde sont « enveloppants » : ce ne sont pas des images, c’est un milieu où nous sommes plongés. Mais cette vision humorale du monde, nous ne pouvons en rendre pleinement raison que lorsque nous repérons, au centre des traditions philosophiques en Inde et surtout dans la philosophie du langage, le statut privilégié de la relation iconique au sens de Peirce. L’une des conclusions de notre enquête était que nous ne devrions jamais parler de symbolisme en Inde, parce que c’est là (comme la notion de Nature) une notion ethnocentrique, occidentale. Nous devrions toujours mettre en lumière, dans les sémiologies indiennes (les théories du signe), l’omniprésence du lien iconique entre l’enonciation et la référence. On voit, sans que je puisse en dire plus dans le cadre d’un bref compte rendu, la complémentarité des deux domaines philosophiques que je me proposais d’explorer dans l’Inde : d’un côté les choses du corps et de la Terre, de l’autre les actes d’énonciation et de Parole.

Publications

  • « Bodily humors in the scholarly tradition of Hindu and Galenic medicine as an example of naive theory and implicate universals », dans Nature knowledge. Ethnoscience, cognition, and utility, sous la dir. de G. Sanga et G. Ortalli, New York et Oxford, Berghahn Books, 2004, p. 262-271.
  • « Propositions autour de la parole et du langage : les origines de la voix humaine », dans Le Nouveau Musée de l’Homme, sous la dir. de J.-P. Mohen, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 173-180.
  • « Indienne (Médecine) », dans Dictionnaire de la pensée médicale, sous la dir. de D. Lecourt, Paris, PUF, 2004, p. 640-643.
  • « Les structures élémentaires », dans Lévi-Strauss, sous la dir. de M. Izard, Paris, Les Cahiers de l’Herne, 2004, p. 188-195.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 503-504.

Référence électronique

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17006

Haut de page

Auteur

Francis Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals