Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la transmission orale en Europe

Nicole Belmont
p. 517-519

Texte intégral

Nicole Belmont, directrice d’études

Masculin/féminin dans les contes de tradition orale (suite)

1Durant les premiers séminaires de l’année, nous avons poursuivi l’étude des contes-nouvelles qui mettent en scène les relations entre jeunes gens et jeunes filles au moment du mariage. Ces relations, toujours difficiles, deviennent souvent des affrontements empreints de violence : violence verbale ou physique.

2Le récit qui a retenu le plus l’attention, « La fille dédaigneuse et les trois galants du cimetière » (T 940), présente l’intérêt supplémentaire d’exister sous des formes littéraires, depuis Boccace. On a pu ainsi confronter la façon dont la littérature écrite et la tradition orale traitent le même thème. L’analyse du conte révèle un autre type d’antagonisme entre jeunes gens et jeunes filles au moment du mariage. La jeune fille qui a trois prétendants ne veut d’aucun : encore une « fille difficile », rebelle au mariage. Elle les envoie successivement au cimetière ou à l’église pour prendre part à une sorte de représentation théâtrale imaginée par elle. Ils comprennent qu’à ce jeu ils ont été joués eux-mêmes et décident de se venger. La seconde partie du récit populaire met en scène un scénario symétrique et inverse du premier, une farce faite à la jeune fille, aussi cruelle que celle infligée par elle aux jeunes gens. Le point essentiel tient au fait que les versions littéraires (Boccace et Nicolas de Troyes pour l’essentiel) ignorent ce second épisode pour ne garder qu’un récit mettant en garde les jeunes filles (ou les jeunes veuves) contre les assiduités d’hommes dont elles ne veulent pas. Il est impossible de savoir quelle est la forme première – écrite ou orale –, mais on a ici affaire à un cas de figure particulièrement intrigant du point de vue des rapports écrit/oral.

3Le reste de l’année, revenant aux contes dits merveilleux, on a amorcé l’étude d’un récit très peu fréquent en France, bien qu’attesté au Canada francophone, « L’enfant de Marie » (T 710). Il connaît deux sous-types : une jeune fille affronte soit un antagoniste féminin, soit un antagoniste masculin. Il a semblé intéressant d’observer comment se déroule l’initiation féminine face à une femme ou face à un homme, chacun dans un rôle ambivalent vis-à-vis d’elle. Une dynamique inverse apparaît clairement : intériorisation dans un cas, extériorisation dans l’autre, chaque vecteur représenté par un motif très frappant, chambre interdite d’un côté, soulier perdu de l’autre (le conte-nouvelle des Trois galants montrait cette même dynamique intérieur/extérieur). Le thème du cannibalisme, présent dans les deux occurrences, concerne la dévoration d’une part des enfants, d’autre part de cadavres. Le rapport à une figure maternelle entraîne le phantasme de l’ingurgitation de nouveau-nés, tandis que celui à une figure paternelle s’accompagne d’un phantasme incestueux nécrophage. L’itinéraire initiatique de la jeune fille passe d’abord par un comportement d’indiscrétion, puis par une extrême discrétion, au péril de sa vie, à partir du moment où elle a découvert le secret du personnage à la fois tutélaire et terrifiant qui préside à son apprentissage de femme.

4Ce conte est connu en Irlande sous ses deux formes (il a été importé au Canada francophone par des Irlandais immigrés). Il provient sans doute des pays de la Méditerranée par la voie maritime, à une époque inconnue, mais suffisamment ancienne pour déterminer des variantes locales. Son imagerie très forte et très riche en fait un sujet d’étude particulièrement productif. On y ajoutera l’an prochain l’analyse des versions méditerranéennes.

Publications

  • Introduction, notes et indexation à Contes, E. Cosquin, Arles, Picquier, 2003
  • « Légende populaire et fioritures savantes. Les Archives de Robert Hertz sur saint Besse », Le Monde alpin et rhodanien (« Fondateurs et acteurs de l’ethnographie des Alpes »), 1-4, 2003, p. 77-90.
  • « Le langage du basilic. À propos du conte-nouvelle “La fille au pot de basilic” », Cahiers de littérature orale, 53-54, 2003, p. 305-320.
  • « L’animalità nella fiaba. Metamorfosi degli animali nella fiaba », La Ricerca folklorica (« Retoriche dell’animalità »), 48, 2003, p. 77-88.
  • « Lo Cunto de li Cunti et la tradition orale du conte », Giovan Battista Basile e l’invenzione della fiaba, M. Picone et A. Messerli (éd.), Ravenne, Angelo Longo editore, 2004, p. 213-222.
  • « Du mythe au conte. Du côté d’histoire de Lynx », dans Lévi-Strauss, sous la dir. de M. Izard, Paris, Les Cahiers de l’Herne, 2004, p. 244-252.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Belmont, « Anthropologie de la transmission orale en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 517-519.

Référence électronique

Nicole Belmont, « Anthropologie de la transmission orale en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17015

Haut de page

Auteur

Nicole Belmont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals