Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 524-528

Texte intégral

Tassadit Yacine, maître de conférences

1. Productions culturelles et agents de production dans les sociétés berbères

1Dans ce premier séminaire, Tassadit Yacine a consacré de longues introductions à des ouvrages théoriques en anthropologie peu accessibles aux étudiants débutants, comme elle a essayé de brosser un tableau du champ des études berbères (leur aire d’extension) et des différents groupes qui le constituent.

2Jean-Luc Jamard (directeur de recherche au CNRS), dans une intervention intitulée « Les “races” et leurs frontières mouvantes : modes d’emploi, modes de production », a pu montrer comment les « races » ont été inventées, fabriquées de façon toujours plus diversifiée dans maintes sociétés colonisées, comme en certains pays d’Afrique du Nord. La « race » est l’une des figures de l’identité/altérité collective, aussi construite que d’autres. Les cultures antillaises, par exemple, héritières de l’esclavage « biracial », en fournissent un paradigme. Moment zéro : on est « Nègre » parce qu’esclave et non l’inverse. Ensuite, le métissage complique la racialisation distinctive avec la formation d’un « capital racial » incorporé, enjeu et moyen de stratégies sociales – notamment matrimoniales –, encore aujourd’hui. Or ces phénomènes, « grossis » en Caraïbe comme dans un laboratoire, sont aussi discernables, mutatis mutandis, dans toute société peu ou prou multiraciale (ou pluriethnique).

3Le second volet concerne des études de cas. Clothilde Gharsa a montré comment une analyse synchronique et diachronique de la dénomination « barbare » permet une étude socioanthropologique des rapports de pouvoirs et de dominations vécus par les sociétés berbères au cours de leur histoire. L’analyse des textes parcourant l’Antiquité jusqu’à nos jours donne lieu à une analyse de cette nomination exogène comme cause et conséquence de représentations. On peut ainsi saisir le sens du passage de l’adjectif « barbare » au substantif Barbarie qui désigna longtemps le Maghreb et le débat qu’il suscita pour enfin se traduire par son abandon au profit de Berbérie lors de la période coloniale. Cette dénomination de l’autre par l’autre dans la langue de l’autre fait aujourd’hui l’objet d’un rejet et d’un désir d’appropriation de son propre pouvoir culturel et social, voire politique, d’où l’adoption du terme « amazigh » (Imazighen au pluriel) par lequel les Berbères se nomment à présent.

4Aziz Kich (Ircam, Maroc) s’est interrogé sur la place de la poésie en émigration. Timnadin, genre poétique commun à toute la région du sud-est, est très prisée par la vox populi pour dire l’exil, ses aventures et ses déboires. Même si les émigrés parviennent à atteindre l’objectif fixé (celui de résoudre des questions économiques), il n’en demeure pas moins que c’est la solitude et la souffrance morale qui prédominent dans l’expression de leur subjectivité par médiation de la poésie.

5En dehors de ce qui est nommé ou exprimé de façon explicite par les productions discursives, nos séminaires s’attachent aussi à la dimension berbère dans des secteurs artistiques et/ou esthétiques où cette dimension de la culture n’est pas toujours nommée ni reconnue comme telle. Il en est ainsi de la recherche de Salima Naji qui concerne la place de l’architecture et ses fondements anthropologiques.

6Ainsi, après avoir rappelé la généalogie du mot kasbah dans les textes orientalistes d’une part et les usages du mot arabe qasba d’un point de vue makhzénien d’autre part, il a été question d’évoquer ses équivalents berbères précoloniaux jusqu’aux dérivés actuels autour du tourisme notamment. La disparition de l’architecture traditionnelle dans le champ culturel marocain, son abandon progressif puis, depuis la décennie 1990, sa renaissance ou plutôt sa reconversion dans le tourisme ou les mouvements culturels berbères incite à forger des grilles d’analyses spécifiques. La complexité du phénomène observé depuis 1993 dans toute la vallée du Dadès, le Haut Dra et les contreforts atlassiques (hôtels de luxe aux maisons d’hôtes, une multitude de gîtes ou d’auberges, campings, etc.) montre que le produit Kasbah oscille entre une modernité affichée et un retour à l’authenticité systématique.

7Le patrimoine du bâti monumental a connu diverses évolutions, du bricolage aux sauvetages traditionnels, en passant par le réinvestissement progressif de l’objet ancien en « l’améliorant » pour forcer son authenticité, jusqu’aux résines et décors gigantesques de cinéma. La mise aux normes toutes récentes d’hébergement préconisée par le ministère du Tourisme accuse davantage encore le trait. Le Sud marocain est ainsi le lieu d’un imaginaire fécond où la Kasbah occupe une position d’artefact, lieu d’une appropriation et de manipulations nombreuses ; explorer les rapports entretenus à son endroit permet de saisir le champ de ce mot et de cet objet dans la société marocaine et dans la société occidentale.

8Saarah Cabalion, quant à elle, s’est attachée à comprendre le rôle de la culture dans la domestication des animaux chez les Touaregs Iwemelleden (Niger).

9Après avoir précisé les concepts d’action et de système domesticatoire, utilisés pour cerner les rapports des Touaregs Iwellemmedan aux animaux domestiques, elle a dressé un bilan des travaux déjà conduits au sein de ce même groupe. Curieusement, on ne s’était pas encore intéressé de façon systématique à la domestication animale dans cette société d’éleveurs par excellence. Dans la deuxième partie de son exposé, la chercheuse a présenté la société touarègue en décrivant leur système de comportements et d’idéologies envers leurs animaux. Dans la troisième partie, elle a donné le sens de cette combinaison particulière d’attitudes et de techniques, en bref, de ce « système domesticatoire » si spécifique au groupe étudié.

2. Rapport de genres au Maghreb et au Machrek

10Dans ce séminaire organisé en collaboration avec Sonia Dayan (professeur de sociologie à l’Université Paris-VII), nous avons mis l’accent sur le rôle des femmes dans les sociétés actuelles du Maghreb et du Machrek.

11Au Maghreb et Machrek, Sonia Dayan, Ghania Berro et Samya Saleh se sont consacrées à l’étude du changement social et culturel et ses effets sur les rapports de genre en Égypte, en Palestine et en Syrie. Sonia Dayan est intervenue à plusieurs reprises pour évoquer les femmes et la politique au Moyen-Orient, tandis que Samya Saleh a montré le rôle de celles-ci dans la vie politique égyptienne, et que Ghania Berro s’est attachée à décrire leurs difficultés dans les camps palestiniens du Sud Liban. Les femmes jouent un rôle déterminant dans la vie sociale mais elles résistent de mille manières aux groupes dominants en tant que réfugiées palestiniennes et en tant que femmes.

12Mériem Rodary, quant à elle, a traité du « Travail des femmes et croisement des dominations au Maroc ». À partir du cas des activités féminines liées aux cérémonies accompagnant les rites de passage au Maroc (naissance, mariage, circoncision, perçage des oreilles, etc.), elle s’est intéressée au croisement de divers mécanismes de domination qui affectent le travail des femmes. En effet, des rapports de pouvoir tels que les rapports sociaux de sexe, les rapports sociaux de classe, et le (post)colonialisme, se croisent et se renforcent entre eux, au détriment des femmes des milieux « populaires » qui exercent ces activités informelles.

13Peut-on analyser les rapports entre les genres en faisant l’impasse sur l’importance de la subjectivité dans les rapports entre les hommes et les femmes, qui est souvent évacuée des sciences sociales ? Un volet important du séminaire de cette année a été consacré à la dimension subjective dans les relations entre les hommes et les femmes.

14Sherry Ortner (professeur à l’Université Columbia, New York), directeur d’études invitée, s’est attachée à étudier cette notion au cours de plusieurs séances. Elle a commencé par rappeler le travail important de l’éminent anthropologue américain C. Geertz et a terminé sur l’apport théorique d’autres chercheurs américains avant d’évoquer ses propres travaux spécialisés dans le champ des gender studies aux États-Unis.

15Dans le prolongement de ce qui a été énoncé par Sherry Ortner, deux chercheuses ont présenté des études de cas en France et en Afrique de l’Ouest.

16La première étude concerne les rapports de sexe en immigration, étudiés par Hamelle Christelle. Au cours de cet exposé, il a été montré comment la stigmatisation raciste subie par les Français descendant de migrants du Maghreb produisait, chez ces derniers, des réactions de résistance, consistant en une revendication identitaire destinée à resignifier en positif une identité « arabe » ou « maghrébine » malmenée. La stigmatisation raciste utilisant les dimensions du genre pour inférioriser les groupes minoritaires (les hommes arabes seraient machistes par nature tandis que les femmes seraient particulièrement soumises), les normes qui régissent les rapports entre hommes et femmes constituent de fait un enjeu important dans cette affirmation identitaire. En dépit de l’inégalité que le principe de virginité représente dans l’éducation des garçons et des filles, certaines jeunes filles revendiquent curieusement leur attachement à ce principe. Cette revendication à première vue étonnante, devient intelligible lorsqu’on la resitue dans l’esprit de résistance aux rhétoriques racistes qui anime ces jeunes femmes.

17La seconde étude concerne les hommes et les femmes bamiléké (Ouest Cameroun) observés par Carine Plancke. La danse, étant une technique corporelle stylisée et institutionnalisée, se situe à la frontière de l’objectif et du subjectif, du social et de l’intime. D’une part, elle mime le social, réaffirme les structures sociales de base et les dynamiques de pouvoir qui y sont impliquées et, d’autre part, touche aux émotions, au plus profond de l’être humain. L’étude des danses bamiléké explore l’interaction entre ces deux aspects et révèle un lien frappant avec la différence sexuelle qui structure cette société du Cameroun de l’Ouest.

Publications

  • « Colonialisme et exclusion familiale : les exemples de Jean Amrouche et Daniel Prévost », Hommes & migrations, 1244, juillet-août 2003, p. 65-82.
  • « L’indépendance tragique ou l’exil absolu », Area, 5, sept. 2003, p. 121.
  • « L’Algérie, matrice d’une œuvre », dans Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, 2003, p. 333-344.
  • « Voir au plus loin : Pierre Bourdieu peintre du monde social », Awal (L’autre Bourdieu, dossier spécial), 27, 2003, p. 7-11.
  • « Conflictes linguitics i dentaris : la berberitat », Islam i societat al Magrib contemporani, sept. 2003, p. 67-78.
  • « European mediterranean Interculturality. Tassadit Yacine Interviews Pierre Vidal-Naquet », Qaderns de la Méditerrania, 4, 2003, p. 218-226.
  • « Du bon usage de l’ethnologie », Actes de la recherche en sciences sociales, 153, déc. 2003, p. 9-18.
  • « Du prolétariat et de la paysannerie en Algérie. Pour une archéologie de la domination symbolique », dans L’Anthropologie du Maghreb selon Berque, Bourdieu, Geertz et Gellner (actes du colloque de Lyon, 21-23 septembre 2001), Paris, Awal/Ibis Press, 2003, p. 179-193.
  • « La seguridad ha mejorado en Argelia pero la economia bàsica es dramaticá », El periodico, 25 janvier 2004, p. 8-9.
  • « Image de soi et altérité coloniale. L’exemple de Jean Amrouche », Cahiers de la Méditerranée, 66, 2004, p. 293-303.
  • « Autour de la Méditerranée », Awal (entretien avec Pierre Vidal-Naquet), 29, 2004, p. 3-15.
  • « Imaginaire et création en Algérie : l’exemple kabyle », dans Literatures orals i nous espais de communicacio a la mediterrania, Barcelone, Publicacions de la Residencia d’investigadors, 22, 2004, p. 25-42.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Anthropologie des sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 524-528.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Anthropologie des sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17018

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals