Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Processus sociaux de construction de l’identité

Francine Muel-Dreyfus
p. 550-551

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études

1Nous avons poursuivi cette année la réflexion sur les approches sociologiques de la notion de stigmate engagée l’an dernier : processus sociaux de construction du stigmate, modes de stigmatisation, phénomènes d’intériorisation du stigmate. J’ai proposé au départ aux participants une bibliographie augmentée sur ce thème et nous avons déterminé ensemble les lectures prioritaires autour de trois grands axes : École et rapport école/métier, exclusion et classement scolaire ; stigmate social/stigmate racial ; stigmate social/stigmate sexuel.

2Plusieurs séances ont été consacrées à la construction du stigmate sexuel comme stigmate social.

3Rémy Caveng, doctorant, a présenté sa recherche sur l’invention du poste de conseillère municipale en France dans les années 1930 fondée sur le dépouillement d’archives municipales inédites où l’on voit s’élaborer à chaud les stratégies du partage des compétences symboliques et pratiques selon le sexe ; côté femmes, l’apolitisme est de rigueur, les candidatures « politiques » étant d’emblée rejetées au nom d’une spécificité féminine de l’expertise.

4Ioana Cîrstocea a exposé l’économie générale de sa thèse, soutenue en juin, qui traite de la construction politique et sociale du genre en Roumanie en période de crise et de refondation de l’ordre politique et social : la mise en place du régime communiste (1944-1960) et les dix années qui suivent la chute du communisme (1989), période communément appelée la « transition ». De façon comparative, elle montre l’importance de la « question femme » dans les deux configurations sociopolitiques, les divers pôles et agents de production de l’« identité féminine », les fabriques de stéréotypes et, de façon plus complexe, les enjeux proprement politiques des redéfinitions du féminin et leur inscription dans la philosophie sociale et politique.

5Valérie Pouzol, docteure en histoire, dont la thèse doit paraître en octobre 2004 aux éditions Complexe, a présenté son enquête commencée en 1995 sur les mouvements de femmes pour la paix en Israël et en Palestine. Ces femmes « invisibles », « clandestines », qui ont connu des expériences successives et diverses de ce qu’elles désignent comme une transgression sociale, ont livré dans des entretiens approfondis les ressorts de leurs trajectoires militantes et leurs représentations de la violence dans les deux sociétés.

6Catherine Chauvin, doctorante, a présenté sa recherche en cours sur la féminisation des métiers de la magistrature et notamment son étude ethnographique des positionnements masculins et féminins devant le « grand oral » de l’École nationale de la magistrature qui accorde une place importante à l’évaluation des émotions corporelles.

7Nous avons particulièrement travaillé sur la notion de violence symbolique et sur ce dernier point, j’ai présenté une communication « Symbolic violence, masculine domination and politicization of gender » au colloque franco-indien « Pierre Bourdieu : sociologist and sociologies », tenu à l’Université de Delhi en février 2004.

8Un ensemble de séances ont été consacrées à la mise en perspective de la sociologie et de la psychanalyse, centrées sur les travaux de Pierre Bourdieu, Jacques Maître et Abdelmalek Sayad.

Publications

  • « Une écoute sociologique de la psychanalyse », dans Travailler avec Bourdieu, sous la dir. de P. Encrevé et R.-M. Lagrave, Paris, Flammarion, 2003, p. 227-235.
  • « La rééducation de la sociologie sous le régime de Vichy », Actes de la recherche en sciences sociales, 153, juin 2004, p. 65-77.
  • « Le féminin sous Vichy : une catégorie “apolitique” au service de la politique », dans Les femmes dans les années quarante, Juives et non-Juives, souffrances et résistance (actes du colloque de Lacaune, septembre 2003), sous la dir. de J. Fijalkow, Paris, Les Éditions de Paris, 2004, p. 51-62.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Muel-Dreyfus, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 550-551.

Référence électronique

Francine Muel-Dreyfus, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17032

Haut de page

Auteur

Francine Muel-Dreyfus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals