Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du pouvoir et des élites

Monique de Saint Martin
p. 556-558

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Monique de Saint Martin, directrice d’études

Transformations et restructurations des groupes dirigeants et des pouvoirs

1Après une analyse de l’utilisation qu’ont faite différents sociologues des notions : élite, catégorie dirigeante, groupe dirigeant/dominant, classe dominante, nous avons abordé les questions de la constitution et de la transformation des élites politiques dans des contextes très variés. Plutôt que d’affirmer d’emblée l’existence de groupes, on a cherché à comprendre comment dans des situations relativement instables se constituent des relations de pouvoir entre adhérents, militants, élus de différents partis ou d’un même parti, entre hommes politiques et autres fractions des élites ou encore entre gouvernants et gouvernés, et on a analysé le travail politique nécessaire pour constituer et fortifier les relations de pouvoir, travail dont la spécificité a été soulignée dans les différents contextes étudiés. Les recherches menées par différents participants au séminaire ont servi de support à ces réflexions et à ces analyses.

2S’appuyant sur une recherche menée dans les communautés d’agglomération de Grenoble, Voiron, Lens-Liévin, David Le-Bras a pu montrer que la construction identitaire intercommunale nécessite un travail politique de simplification et d’enchantement du réel visant à dissimuler les tensions et à favoriser l’adhésion collective ainsi qu’un travail d’institutionnalisation de l’identité intercommunale. Ce travail est pour une part réalisé dans les conseils communautaires, composés d’élus mais où interviennent aussi les techniciens ; et les questions politiques y sont souvent réduites à des problèmes techniques. Le travail politique a pu aussi être observé au quotidien dans la recherche sur les militants et les dirigeants du Parti des Travailleurs à Brasilia, menée par Daniella Rocha qui a analysé les effets de l’arrivée au pouvoir des membres de ce parti, puis de leur échec, au niveau régional, sur les acteurs, sur la vie interne et sur les relations à l’intérieur du parti. Dans l’Argentine radicale des années 1916-1930, Marcela Ferrari a également cherché à saisir le travail politique et les relations de pouvoir au quotidien : la gestion des relations familiales, associatives et professionnelles, la constitution de comités, les interventions diverses, les réponses aux sollicitations, et parfois des actions violentes, sont quelques-unes des composantes de l’activité des hommes politiques et des intermédiaires.

3Ce sont aussi les questions de la lente professionnalisation des élites politiques, des processus par lesquels advient l’autonomie de l’activité politique, et de la constitution d’un pouvoir plus enraciné dans l’action politique que le pouvoir des notables ou de l’oligarchie, qui ont été discutées dans le cas de la recherche sur les députés, les sénateurs et les électeurs en Argentine, et plus largement dans le séminaire. Mais cette autonomie n’est jamais conquise une fois pour toutes. Le pouvoir politique et le pouvoir économique peuvent parfois se trouver concentrés dans un ensemble de familles, traditionnelles ou nouvelles, ou dans un groupe dominant. Cette concentration, qui n’est jamais sans failles, et sans provoquer des tensions, a été analysée par Rodrigo Contreras dans le cas de la société chilienne contemporaine et par Marie-Orange Rivé-Lasan dans le cas des élites dirigeantes de l’État sud-coréen au pouvoir entre 1961 et 1992. Le séminaire s’est aussi appuyé sur la contribution de François Denord qui a présenté sa recherche sur la genèse et l’institutionnalisation du néolibéralisme en France des années 1930 aux années 1950.

4Une grande attention a été prêtée aux situations où les mouvements de recomposition et de reconfiguration l’emportent sur les processus de reproduction des élites. L’exposé de Barbara Bauchat sur la « bourgeoisie de passage » à Metz et à Strasbourg, a permis une interrogation sur la pertinence d’un clivage entre « établis » et « de passage » à l’intérieur de la bourgeoisie. Tassé Abye, analysant l’immigration éthiopienne en France et aux États-Unis, et Boubacar Niane présentant sa recherche sur les cadres des Organisations non gouvernementales, ont permis un travail de réflexion sur ces situations où les détenteurs de positions élevées ne sont pas assurés de leurs positions et se trouvent souvent tiraillés entre des mondes différents.

5Les questions de l’éducation et de la formation des élites, toujours présentes dans le séminaire, ont été abordées directement, à l’occasion notamment des exposés d’Ana Maria F. de Almeida, Graziela Perosa sur les écoles privées à São Paulo et sur la construction des inégalités sociales devant l’éducation au Brésil et de José Manuel Resende (Universidade Nova de Lisboa) sur la construction des identités professionnelles des professeurs de l’enseignement secondaire au Portugal dans les années 1960.

6Enfin, les questions de méthode ont été largement discutées dans le séminaire. On s’est notamment intéressé à la constitution de différents types d’annuaires biographiques (officiels, mondains, journalistiques) et aux modes de présentation de soi, aux stratégies identitaires des élites politiques à partir d’une analyse des annuaires et de biographies d’hommes politiques ainsi qu’à l’observation de type ethnographique, avec l’analyse par Bruno Cousin de la mise en scène des successions et des investitures patronales dans la grande bourgeoisie industrielle en Italie.

Publications

  • Der Adel. Soziologie eines Standes [trad. de L’espace de la noblesse], Konstanz, UVK Verlagsgesellschaft mbH, 2003, 284 p.
  • Introduction à Circulação internacional e formação intelectual das Elites Brasileiras, sous la dir. de A. M. F. Almeida, L. Bicalho Canêdo, A. R. Garcia et A. B. Bittencourt, Campinas, Editora da Unicamp, 2004, p. 17-26.
  • Préface à T. Abye, Parcours d’Éthiopiens en France et aux États-Unis. De nouvelles formes de migrations, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 9-18.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 556-558.

Référence électronique

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17038

Haut de page

Auteur

Monique de Saint Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals