Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des formes de discrédit

Rose-Marie Lagrave
p. 597-598

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Rose-Marie Lagrave, directrice d’études

1. Le communisme agraire (avec Agnès Roche, maître de conférences à l’Université d’Auvergne)

1Ce séminaire a été consacré à la discussion des différents articles qui vont composer le prochain numéro de la revue Études rurales concernant le communisme rural en France. Sans reprendre les controverses et les conflits d’interprétation du communisme, objet du séminaire de l’année précédente, on s’est attaché à développer une approche en termes d’histoire sociale de la politique partisane pour mettre au jour les ressorts de l’adhésion communiste, et l’organisation du travail du parti en milieu rural. Trois pôles de réflexion ont été privilégiés. Dans un premier temps, on a reconstitué les tensions et les concurrences entre la SFIO et le PC, puis on a procédé à une cartographie des élections cantonales et législatives pour mettre au jour la pérennité et la fidélité des votes communistes dans certains bastions ruraux. L’Allier a fait l’objet d’un traitement particulier, non seulement en raison de la longévité et du poids du vote communiste dans ce département, mais également en raison de la prégnance d’une culture et d’une sociabilité communistes peu communes dans d’autres bastions.

2La restitution de figures paysannes qui ont marqué le PC (Renaud Jean, Waldeck Rochet) a donné lieu à des discussions sur les limites du travail biographique et les processus de dépaysannisation de certains responsables d’un parti ouvriériste.

3Enfin, on a tenté de montrer les nouveaux effets de connaissance dès lors que l’on ressaisit l’histoire du Parti communiste du point de vue de l’histoire locale et de l’histoire rurale. Par exemple, il est désormais établi que les cantons ruraux ont mieux et plus longtemps résisté au déclin du communisme, constat qui réinterroge la stratégie ouvriériste du parti, et les modalités d’écriture d’une histoire du PC délaissant son versant militant en milieu rural.

2. Pouvoirs et construction des sexes et des sexualités

4On a poursuivi cette année l’examen des féminismes contemporains en centrant l’analyse sur la genèse et l’évolution du Mouvement de libération des femmes (MLF), tout en mettant au jour les héritages et les discontinuités avec les suffragistes de l’entre-deux-guerres et les « années Beauvoir ». Au cours de la première partie du séminaire, on a procédé à la confrontation d’ouvrages consacrés au MLF et la presse de l’époque avec trois grands « témoins » qui ont participé à la naissance du mouvement (A. Zelensky, L. Kandel, M. Surduts). Cet exercice d’ego-histoire a permis de mettre en évidence différentes versions du même événement, de travailler sur les modalités de la mémoire militante, et de retracer des trajectoires et des prises de position parfois divergentes sur des thématiques les plus actuelles.

5Dans un second temps, on s’est attachée à analyser le discours savant sur le MLF, en retenant moins les informations qu’apportent les recherches que les différentes postures des chercheurs à l’égard de leur objet, pris entre engagement et distanciation. Les interventions et les ouvrages de N. Heinich, P. Molinier et M. Le Dœuff ont constitué le socle d’une réflexion sur les positions normatives, les ambivalences et les tensions entre engagement féministe et volonté d’objectivation. Loin de nier cette tension, on l’a constituée en matrice d’engendrement de différents régimes de connaissances, en montrant que les deux pôles que l’on a coutume d’opposer (connaissance militante/connaissance savante) ont des points d’intersection à condition de référer ces deux discours aux conditions de leur production. Or, et c’est une difficulté supplémentaire, le contexte des années 1970 portait à délégitimer le discours savant en donnant le primat à l’expérience militante, en sorte que les archives et les textes de cette époque doivent être lus à la lumière de ce contexte. Les apports et les limites de ces recherches avaient pour objectif de mieux situer et d’apprécier les ruptures et les continuités avec les nouvelles luttes féministes actuelles, objet de plusieurs thèses en cours.

6J’ai participé par ailleurs, en tant que discutante au colloque « Corps et affects », sous la direction de F. Héritier, au Collège de France, en novembre 2003.

Publications

  • « La lucidité des dominées », dans Travailler avec Bourdieu, sous la dir. de P. Encrevé et R.-M. Lagrave, Paris, Flammarion, 2003, p. 311-321.
  • « Dezbatere pe marginea Dezbaterilor », dans Directii si terne de cercetare in studiile de gen din Romania, sous la dir. de I. Baluta et I. Cirstocea, Bucarest, Colegiul Noua Europa, 2003, p. 239-246.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 597-598.

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17061

Haut de page

Auteur

Rose-Marie Lagrave

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals