Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Méréologie et phénoménologie de la perception spatiale

Luciano Boi
p. 621-623

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Luciano Boi, maître de conférences

1Le séminaire a été consacré à une analyse de quelques aspects du rapport entre géométrie et perception et, en particulier, du phénomène de la perception spatiale. On a développé l’hypothèse centrale selon laquelle la perception est d’abord et avant tout un mode de connaissance privilégié du monde phénoménal, pourvu d’une certaine organisation géométrique dynamique. Cela signifie qu’elle peut varier, dans certaines limites de stabilité perceptive, en fonction du contexte d’action, de préhension et sémiophysique dans lequel se trouve l’observateur, ainsi que des différentes modalités à travers lesquelles il perçoit l’environnement et les objets qui y sont situés. Plus précisément, le séminaire s’est attaché à mettre en évidence le rôle que jouent quelques propriétés géométriques fondamentales de l’espace ambiant « vécu », du monde physique et des objets qui l’« habitent », pour arriver à mieux comprendre la façon dont les structures perceptives se constituent. Un point sur lequel nous avons insisté, est que ces propriétés géométriques (métriques, topologiques, texturales, optiques, etc.) des « choses spatiales », au lieu d’être un élément somme toute secondaire par rapport à la constitution « objective » du monde phénoménal, comme notamment Husserl et les théoriciens de la Gestalt encore le croyaient, prennent une part fondamentale dans le processus de formation des « objets de perception ». Nous avons en particulier insisté, en nous appuyant sur quelques exemples récents étudiés par les théories neurophysiologiques de la perception, sur ce que la géométrie du monde phénoménal doit être considérée non pas comme une donnée statique ne concernant que la configuration des stimuli physiques ou la simple forme apparente des objets, mais bien plutôt comme un processus profondément dynamique impliqué dans tous les « moments » de la constitution de ce même monde phénoménal.

2L’idée de l’espace de la perception comme d’un espace quotient global produit de plusieurs sous-espaces physiologiques et représentatifs, un espace qui ne serait pas donné d’avance, mais qui résulterait plutôt d’une sorte de genèse psychophysique, s’est révélée très féconde dans les recherches récentes visant à élucider les relations entre propriétés spatiales et structures perceptives. Nous en avons discuté à la fois les bases expérimentales et la portée théorique. Il a été également question de la signification épistémologique et des caractéristiques plus proprement psychophysiques de ce concept. Quant à sa signification épistémologique, on a vu qu’elle sous-tend la conception husserlienne de la perception spatiale, qui la conçoit comme une « formation continue de sens ». Cela signifie que chaque modalité de la perception sensible (de la vue, du toucher, de l’ouïe, etc.) peut être considérée comme perception de la même chose, notamment comme ostension d’une figure spatiale et d’une couleur déterminées qui se recouvrent et se fusionnent. Ce mouvement de formation continue du sens accompagne chaque nouvelle étape de la constitution de la chose spatiale, en tant qu’objet de perception. On remarque ainsi, par exemple, que la diversité des ostensions partielles d’une seule et même chose forme un système, et que celui-ci peut être mis en corrélation avec la diversité des processus kinesthésiques. Ceux-ci forment, à leur tour, un nouveau système qui comprend deux unités particulières distinctes lui appartenant : les kinesthésies internes (accompagnées de sensations musculaires) et les mouvements extérieurs réels du corps. Pour en rester à cet exemple, on a vu comment les kinesthésies actuelles prennent place dans un système de kinesthésies possibles qui leur co-appartiennent. C’est, en effet, à partir de cette chaîne de corrélations se déroulant dans un horizon actuel et dans un horizon possible que se constitue la chose spatiale identique. Aussi, on a souligné qu’une perception est toujours une exécution unitaire résultant essentiellement de la façon dont jouent ensemble des fonctions (et des modalités) perceptives qui sont dans un rapport de corrélation.

3En nous appuyant sur quelques modèles de perception contextuelle, on a pu remarquer que la géométrie et la topologie propres au monde phénoménal sont porteuses de nouvelles couches de sens, qui peuvent être tout à fait absentes dans la simple configuration des stimuli physiques élémentaires. Cela et d’autres faits conduisent à considérer la perception comme un phénomène dynamique et global. En plus des mécanismes pour la discrimination des objets et de leurs formes, elle comporte en effet différents types de mouvements, ainsi que les modalités de l’orientation, de la localisation, de l’identification, de la préhension, de la mémoire topographique et/ou topologique, etc. Force est alors d’admettre que toute représentation intelligible que l’on cherche à avoir des objets situés dans l’environnement se forme parallèlement à une « conquête » physique et sensible de l’espace et du temps.

Publications

  • Voir le compte rendu « Géométrie, théorisation scientifique et philosophie de la nature » dans la rubrique « Méthodes et techniques des sciences sociales ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciano Boi, « Méréologie et phénoménologie de la perception spatiale », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 621-623.

Référence électronique

Luciano Boi, « Méréologie et phénoménologie de la perception spatiale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17084

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals