Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Épistémologie historique

Gérard Jorland
p. 623-625

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Gérard Jorland, directeur d’études

Empathie et intersubjectivité

1Trois thèmes ont été abordés. Le premier concerne l’utilisation par Darwin du concept smithien de sympathie. Ce que veut établir Darwin, c’est que l’homme descend d’un être inférieur et c’est sur ce point très précis qu’il s’agit d’une véritable révolution, non seulement en histoire naturelle, mais dans toute la pensée scientifique classique pour laquelle « il ne peut pas y avoir plus dans l’effet que dans la cause ». Pour que l’homme descende d’un être inférieur, il doit le faire en partage avec d’autres êtres vivants, d’autres primates d’abord, d’autres mammifères ensuite, etc. Il est donc essentiel pour Darwin d’établir que l’homme n’innove en rien, que sa différence avec les autres animaux est de degré et non de nature. Si dans l’Origine des espèces il a soutenu que l’homme n’est en rien différent des autres animaux sur le plan biologique, il montre, dans La descendance de l’homme, qu’il n’est pas non plus différent d’eux ni sur le plan moral ni sur le plan esthétique, puis, dans L’expression des émotions, qu’il ne se singularise pas plus sur le plan psychologique des émotions, c’est-à-dire des « facultés mentales ».

2Darwin aborde la question des sentiments moraux, et donc de la sympathie, à partir d’une remarque de Wallace que la sélection naturelle n’a plus exercé qu’une influence secondaire sur les modifications corporelles de l’homme dès que ses facultés mentales lui ont permis d’adapter le monde à lui et non plus de s’adapter au monde. Ce dont il s’agit, c’est du système nerveux central auquel Darwin fera jouer un rôle clé dans les émotions, et même dans la sélection sexuelle. Pour lui, la sélection naturelle a fait évoluer les facultés mentales, dont l’instinct de sympathie, qui ensuite se sont substituées à elle pour prolonger l’évolution. Toutefois, il y a un effet pervers de la sympathie. Elle étend la bienveillance à tout le monde, y compris aux plus faibles, aux débiles, aux malades, c’est-à-dire qu’elle agit contre la sélection naturelle. La sélection naturelle développerait un instinct qui va contre elle, or comme elle ne développe que ce qui est avantageux, la sélection naturelle serait donc, de ce fait, désavantageuse. La sélection de la sympathie est défavorable, non pas à l’individu, mais au groupe, or il est sélectionné parce qu’il est favorable non à l’individu, mais au groupe. Il y a bien paradoxe.

3Le deuxième thème concerne la théorie husserlienne de l’empathie telle qu’elle est développée dans les trois volumes posthumes Zür Phänomenologie der Intersubjektivität. Dans la phénoménologie, la conscience est avant tout conscience de son corps au monde et le monde de la conscience est tel qu’il lui apparaît à travers son corps, donc un monde de phénomènes. La conscience incarnée est aussi conscience d’autres corps. Comment sait-elle que ces corps incarnent d’autres consciences ? Comment la conscience d’autrui apparaît-elle à travers son corps à ma conscience comme une conscience incarnée ? C’est à ce propos que Husserl rencontre le problème de l’Einfühlung. L’enjeu en est non seulement une réduction à la subjectivité transcendantale mais une réduction à l’intersubjectivité transcendantale, constitutive d’un monde objectif.

4Nous avons vu tout du long que Husserl était mal à l’aise avec cette notion d’Einfühlung, mal à l’aise parce qu’au lieu d’une manifestation d’autrui à ma conscience, il s’agit au contraire d’une transposition de ma conscience pour ainsi dire dans le corps d’autrui. C’est ma conscience qui, au lieu d’être fondement transcendantal, devient phénomène pour elle-même via le corps d’autrui. Elle n’est pas visée de l’autre mais visée d’elle-même dans l’autre. Husserl n’a pas cessé d’élaborer et de réélaborer ce phénomène. Nous avons commencé de le suivre dans cette valse-hésitation. Cette étude sera poursuivie l’année prochaine.

5Le troisième thème concerne l’empathie dans la psychanalyse. Lucien Molette (Saint-Étienne) a présenté son rôle chez Klein et Bion dans l’analyse des enfants où le transfert est impraticable.

6Gustavo Caponi de l’Université Santa Catarina du Brésil a donné deux conférences sur la théorie darwinienne de l’évolution par la sélection naturelle.

Publications

  • « La sous-détermination des théories médicales par les statistiques : le cas Semmelweis », dans Body counts. Medical quantification in historical and sociological perspectives/Perspectives sociologiques et historiques sur la quantification médicale, sous la dir. de G. Jorland, A. Opinel et G. Weisz, Montréal, Mac Gill Up, 2004, p. 205-225.
  • « L’empathie, histoire d’un concept », dans L’empathie, sous la dir. de A. Berthoz et G. Jorland, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 19-49.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Jorland, « Épistémologie historique », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 623-625.

Référence électronique

Gérard Jorland, « Épistémologie historique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17085

Haut de page

Auteur

Gérard Jorland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals