Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoires et idéologies de l’art contemporain

Éric Michaud
p. 653-654

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Éric Michaud, directeur d’études

Fabriques de l’homme nouveau

1Le séminaire a poursuivi cette année une recherche, entreprise de longue date, sur les figures de l’homme nouveau qu’ont dessinées conjointement, aux XIXe et XXe siècles, artistes, politiques et idéologues. (L’examen du chiasme de l’art et du travail durant la même séquence historique, engagé l’année précédente et annoncé dans le programme, a donc été suspendu.)

2« Souvent, avait noté Plutarque, des femmes ont esté amoureuses d’images et de statues, & ont enfanté des enfans semblables à icelles. » Depuis les pratiques d’éleveurs contées par la Genèse – et longuement commentées par les Pères de l’Église – jusqu’à celles de l’anthropotechnie moderne, le séminaire s’est interrogé sur ce singulier pouvoir attribué aux images de suspendre les lois naturelles de l’hérédité pour faire advenir enfin l’Homme nouveau. Ce mythe d’une image séminale substituée à la semence paternelle a souvent concentré l’espoir d’une émancipation des limites biologiques.

3Car si l’imagination trop vive des mères avait été jusqu’au XVIIIe siècle la cause d’enfantements monstrueux, elle se prêterait bientôt, à l’inverse, au perfectionnement méthodique de l’espèce : maîtriser la production des images vers lesquelles s’orienterait le désir maternel, c’était maîtriser du même coup la reproduction biologique. Ainsi la puissance séminale de l’image s’effaçait-elle au profit de son action épigénétique. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, où Oscar Wilde rappelait que la vie imite l’art bien plus que l’art n’imite la vie, nombreuses furent les utopies qui se peuplèrent de figures idéales, issues autant des rêves d’harmonie sociale que des croyances médicales ou populaires tout imprégnées de christianisme. Ainsi, disait Auguste Comte, l’utopie de la Vierge-Mère, engrossée par le seul effet du milieu qui l’entoure, serait à la Religion de l’humanité ce que l’Eucharistie avait été au catholicisme.

4Mais ce siècle fut aussi celui qui structura la mémoire nerveuse sur le modèle de la mémoire génétique : les temporalités de la psyché se soumettaient aux mêmes rythmes que les temporalités biologiques, avec leurs latences et leurs grossesses, les mêmes répétitions et les mêmes différences. Les mécanismes de l’hypnose et de la suggestion révélaient la puissance de cette nouvelle Trinité profane, capable d’engendrer l’Homme nouveau. Les techniciens de la propagande et de la publicité mirent bientôt toute leur foi dans son efficacité : maîtriser les images – dont Jacques Lacan soulignait encore la « puissance morphogène » – c’était maîtriser les vrais géniteurs de l’humanité à venir.

5Le séminaire a également entendu les communications de Catherine Fraixe, Monia Abdallah, David Monteau et Thomas Schlesser sur l’état de leurs recherches. Il a par ailleurs eu le plaisir d’accueillir nos collègues David Porterfield (Université de Montréal), John Onians (University of East Anglia, professeur invité à l’IΝΗΑ), Giovanni Careri, Michael Fried (Université Johns Hopkins, directeur d’études invité à l’École) et Daniel Sherman (Université de Wisconsin, Milwaukee, directeur d’études invité à l’École).

Publications

  • « Le présent du futurisme. Les vertiges de l’auto-destruction », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 21, « Art et société. Les ruptures de la Belle Époque », 2003, p. 21-42.
  • The cult of art in Nazi Germany, trad. de J. Lloyd, Stanford, Californie, Stanford University Press (« Cultural memory in the present »), 2004, 272 p.
  • « L’homme nouveau et son autre dans l’Allemagne national-socialiste », dans L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945). Entre dictature et totalitarisme (actes du colloque), sous la dir. de M.-A. Matard-Bonucci et P. Milza, Paris, Fayard, 2004, p. 301-315.
  • « 1933 : le triomphe de Richard Wagner. La destruction de la politique », dans Le IIIe Reich et la musique, sous la dir. de P. Huyn, Paris, Fayard/Cité de la Musique, 2004, p. 57-64.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Michaud, « Histoires et idéologies de l’art contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 653-654.

Référence électronique

Éric Michaud, « Histoires et idéologies de l’art contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17100

Haut de page

Auteur

Éric Michaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals