Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Séminaire pluridisciplinaire de formation à la recherche sur la Corée

Alexandre Guillemoz
p. 719-720

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité d’ Alexandre Guillemoz, directeur d’études

1Frédéric Boulesteix (Université Hankuk des études étrangères, Séoul) : Les représentations de la Corée et des Coréens en France (XIIe-XXe siècle), un ailleurs dans l’ailleurs des représentations de l’Asie de l’Est. Frédéric Boulesteix distingue plusieurs périodes dans les mailles du discours français et inscrit sa démarche dans une poétique de l’altérité.

2Antonetta Bruno (Université La Sapienza, Rome) : Les récents travaux d’anthropologie sur le langage rituel. Problématique mise en œuvre dans un travail d’interprétation des chants de mudang.

3Élisabeth Chabanol (EFEO, Séoul) a présenté l’état de ses recherches et de ses hypothèses concernant les relations entre la capitale et la province dans le Silla ancien (Ier-IVe siècle). L’étude de la structure et du mobilier montre une grande ressemblance avec les tombes de la capitale. À qui donc étaient destinées ces sépultures provinciales ?

4Koen de Ceuster (Université de Leiden) a insisté sur l’importance de l’empathie dans le processus de la recherche historiographique à propos de la lecture d’un lettré, Yun Ch’iho (1865-1945) qui non seulement participa au mouvement de modernisation de la monarchie coréenne, mais fut surtout un témoin de son époque par l’écriture de son journal jusqu’en 1945.

5Eckart Dege (Université de Kiel) a montré comment il a conduit ses recherches puis accumulé des données socioéconomiques sur toutes les régions agricoles de la Corée du Sud depuis le début des années 1970 (analyse basée sur plus de deux mille cinq cents fermes). Ces données lui permettent de montrer que deux des sept groupes distingués ont été capables de passer d’une économie de subsistance à une économie de marché, soit 30 % des personnes interrogées. Les autres paysans ont migré vers les villes.

6Marion Eggert (Université de la Ruhr, Bochum) nous a entraînés dans le récit que fit un lettré, Pak Chiwòn (1737-1805) de son voyage en Chine. Il narre l’étonnante variété des parlers dans la Chine des Quing et les confronte d’une manière originale avec l’usage de la langue chinoise classique par les lettrés coréens. On assiste à l’invention d’un nouveau style littéraire.

7Valérie Gelézeau (Université de Marne-la-Vallée) a présenté son ouvrage sur la ville de Séoul. Mettant en place une sémiologie des paysages urbains, elle parle de « Cités radieuses » dans une ville géante. Ces grands ensembles de Séoul bouleversent les idées reçues et permettent d’envisager d’un œil neuf les relations entre les formes urbaines et le lien social.

8Keith Howard (Université de Londres) s’est interrogé sur la validité du discours de préservation de l’identité nationale dans le domaine de la musique. Il constate que la nomination d’individus détenteurs d’un art comme « bien culturel intangible » met en place une sorte de réificatión de ces formes culturelles.

9Simon Kim (Université Koryò, Séoul) a présenté ses réflexions sur la naissance de la littérature coréenne moderne. Il a souligné l’originalité du naturalisme de Kim Tongin qui ne ressemble ni à celui de Zola, ni à celui des Japonais, mais qui, pourtant, s’est nourri de ces deux traditions pour trouver sa singularité.

10LI Jin-mieung présentant ses recherches sur la dénomination des mers en Asie orientale a confronté les positions japonaises aux arguments avancés par les Coréens qui souhaitent appeler mer de l’Est, la mer dénommée depuis le XIXe siècle, mer du Japon. Les nouvelles cartes occidentales comportent maintenant les deux appellations.

11Nathalie Luca (CNRS) a présenté ses réflexions sur les relations entre la politique et le protestantisme en Corée du Sud. Elle note que dans la vision de certains protestants la réussite économique était interprétée comme un signe de l’élection divine de la Corée du Sud et que la Corée du Nord était diabolisée. Toutefois, la crise asiatique de 1997 semble avoir mis un terme à cette théodicée.

12Roald Maliangkay (Université de Londres) a traité des aspects méconnus de la musique pendant la période coloniale japonaise. Il note qu’il y avait une participation active des Coréens à l’industrie du disque (enregistrement, diffusion...).

13Boudewijn Walraven (Université de Leiden) a souligné le rôle central du gouvernement dans l’édition des livres. Les premières traces de commercialisation datent du XVIe siècle, mais ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’un commerce prospéra. L’engouement des Coréens, toutes classes confondues, pour la chose écrite joua un rôle prépondérant dans la production des livres, plus que le développement du capitalisme.

14Alexander Zhebin (Center for Korean Studies, Institute of Easter Studies, Moscou) a présenté ses travaux sur les cellules de voisinage, structure de base en Corée du Nord. Elles ont un rôle structurant pour l’encadrement idéologique et ont été aussi utilisées lors des difficultés climatiques et économiques subies depuis le début des années 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Guillemoz, « Séminaire pluridisciplinaire de formation à la recherche sur la Corée », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 719-720.

Référence électronique

Alexandre Guillemoz, « Séminaire pluridisciplinaire de formation à la recherche sur la Corée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17164

Haut de page

Auteur

Alexandre Guillemoz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals