Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Filière « Territoires, espaces, sociétés »

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov
p. 731-732

Texte intégral

Sous la responsabilité de Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov, directeurs d’études

1Le séminaire bimensuel « Divisions spatiales et sciences sociales » constitue l’enseignement spécifique dispensé par la filière d’études doctorales « Territoires, espaces, sociétés ». Il est dévolu à la lecture d’œuvres qui traitent de l’espace, qu’elles le prennent pour objet où qu’elles le mobilisent comme analyseur des phénomènes sociaux. Les choix ont un caractère composite en termes de disciplines, d’époques et de statuts des « écrits » (textes « classiques » ou documents originaux à usage de sources pour les sciences sociales, textes porteurs de démarches novatrices).

2Cette année, le programme a introduit une contribution au débat sur le modèle économique féodal et ses implications spatiales dans le contexte andin. Jacques Poloni-Simard a repris l’article de Ruggero Romano, « American feudalism », soulignant l’exemplarité d’un exercice de méthode et de démarche historienne. Les lectures retenues dans les autres séances faisaient largement place aux problématiques urbaines, selon quatre perspectives.

  • L’ethnographie urbaine, sur la base d’une enquête dans un espace portuaire (étude de Jacques Loew sur les dockers de Marseille, présentée par Pierre-Paul Zalio) ; du débat critique à propos des travaux récents de l’ethnographie urbaine américaine (compte rendu d’ouvrages de Loïc Wacquant, présenté par Émilie Bajolet et Sophie Corbillé) ; et du fonctionnement d’un pôle d’immigration autour du quartier de la gare à Rome (confrontation d’une démarche inspirée par l’anthropologie urbaine américaine avec les approches de la géographie sociale urbaine, par Pierpaolo Mudu).
  • L’habitat, abordé selon une démarche originale où une forme spatiale, celle de l’hôtel particulier, est mobilisée pour comprendre l’évolution d’une identité sociale, l’aristocratie de cour (texte de Norbert Elias présenté par Caroline Varlet).
  • L’articulation d’une problématique spatiale avec une approche politique, dans un travail invitant au renouvellement en histoire urbaine (texte de Maurice Agulhon sur « Paris. La traversée d’est en ouest », présenté par Isabelle Backouche).
  • Les dispositifs prescriptifs à l’origine de la fondation de villes à partir d’une lecture croisée du Traité d’architecture de Vitruve et des Nouvelles ordonnances de découverte et de peuplement de la Nouvelle-Espagne, faite par Alain Musset et Yann Rivière.

3Parallèlement au séminaire de lecture, quatre journées d’études figuraient dans le programme d’activités de la filière. À l’initiative du Groupe de géographie sociale et d’études urbaines, Marie-Vic Ozouf-Marignier et Nicolas Verdier ont pris pour objet la cartographie historique, l’histoire de la cartographie et la fabrique d’atlas. Sur la base de travaux récents ou en cours, les organisateurs visaient une réflexion sur les différents usages de la carte dans les registres savant, administratif, ou aux fins d’arbitrage de conflits. Sous le titre « Villes du politique. Espaces du pouvoir, pouvoir de l’espace », Isabelle Backouche et Vincent Duclert entendaient poser la question de l’inscription du politique dans les grandes villes, avec le souci de dépasser une lecture de la symbolique des pouvoirs pour comprendre comment l’expression du politique façonne la ville (journée organisée par le Centre de recherches historiques et le PRI « Études urbaines »). Annie Sevin et Nicolas Verdier ont coordonné une série de communications sur dossiers, avec pour objectif de rendre compte d’une diversité de formes de constructions territoriales à partir de démarches situées localement. Les expériences mobilisées s’inscrivaient dans une pluralité de contextes nationaux et historiques (journée « Politiques territoriales et acteurs locaux », organisée par le Groupe de géographie sociale et d’études urbaines). La journée conçue par Laurent Coudroy de Lille et Olivier Ratouis, conviait les participants à confronter les acquis d’une recherche collective en cours sur les langages techniques et spécialisés de l’urbain ; travaux qui analysent ces lexiques de professionnels ou de savants, les enjeux spécifiques de leur élaboration, leur intervention dans la constitution d’un champ disciplinaire (rencontre organisée par l’Université Paris-XI et l’UMR Louest ; l’Université du Littoral, Dunkerque ; l’EHESS, PRI « Études Urbaines »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov, « Filière « Territoires, espaces, sociétés » », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 731-732.

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier et Christian Topalov, « Filière « Territoires, espaces, sociétés » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17183

Haut de page

Auteurs

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Articles du même auteur

Christian Topalov

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals