Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Archéologie

Terres méridionales, entre Antiquité et Moyen Âge (IVe-IXe siècle) : l’apport de l’archéologie

Christophe Pellecuer
p. 742-743

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Christophe Pellecuer, conservateur du patrimoine, CNRS-Culture

1La période du IVe au IXe siècle, en France méditerranéenne comme dans d’autres régions, est restée pendant longtemps en marge des préoccupations des spécialistes de l’Antiquité comme du Moyen Âge. Aujourd’hui, des collaborations fructueuses, sinon une réflexion commune, peuvent voir le jour lorsque l’on veut traiter sur la longue durée, au-delà des découpages conventionnels, des questions relatives au peuplement – les origines du village –, aux transformations de l’économie, ou plus largement à la culture matérielle, comme l’évolution du vaisselier céramique. La recherche méridionale doit beaucoup aux travaux et à la personnalité de Paul-Albert Février. Ce dernier n’hésitait pas, dans sa contribution à l’Histoire de la France urbaine, à souligner « l’unité d’une Antiquité qui n’a pas fini de porter ses fruits jusqu’en plein IXe siècle ». Cette approche de la Gaule méridionale, charpentée à partir de dossiers archéologiques, demandait cependant une introduction ayant valeur de repère. Ainsi ont été abordées les transformations des cadres territoriaux, depuis les siècles de la Narbonnaise impériale jusqu’aux temps des royaumes romano-barbares, les tendances d’évolution du peuplement durant l’Antiquité tardive et enfin la question du climat corrélée à celle de la mobilité des sols dans la perspective d’une histoire des paysages. La ville – la civitas des sources tardives – est le premier des thèmes traités. L’image courante est celle d’un organisme se perpétuant sur la lancée des siècles précédents. Des réalisations nouvelles prennent une signification particulière, comme la construction d’édifices consacrés au culte chrétien ou d’enceintes urbaines. L’actualité des découvertes archéologiques – Arles ou Marseille – a permis de s’interroger sur le déplacement du site épiscopal, de la périphérie vers le centre, manifestation peu équivoque de la promotion du culte dans les affaires de la cité. Le dossier des enceintes tardives n’a pas bénéficié des mêmes progrès de la recherche de terrain, mais l’on admet pour celles-ci des chronologies trop diverses pour s’en arrêter à l’interprétation d’un mouvement de fortification lors d’une unique période de crise. Le bilan n’est pas plus aisé pour cerner les constructions privées et l’évolution des quartiers. L’étiolement des modèles antérieurs ne peut guère être contesté mais cette « autre façon d’habiter la ville », selon une formule largement reprise, reste difficile à appréhender. Le cas de Nîmes, analysé dans le détail, bénéficie d’une solide tradition d’archéologie préventive et permet de saisir l’ampleur des changements intervenus. L’exemple est d’autant plus démonstratif que ce chef-lieu de cité connaît durant le Haut-Empire une extension considérable avec 220 hectares. Cependant, la réduction de surface ne saurait à elle seule résumer un phénomène complexe, où la rétraction sur la longue durée des zones occupées – seulement 30 hectares pour l’assiette urbaine médiévale – s’accompagne d’un maintien et d’une revitalisation du rôle des anciens édifices publics. L’approche de l’armature urbaine a été prolongée avec une attention particulière accordée aux « agglomérations secondaires » selon la typologie des archéologues, agglomérations intercalaires entre le chef-lieu et les exploitations rurales. Une soixantaine d’entre elles en Languedoc-Roussillon a fait l’objet d’une publication collective récente. Leur disparition ou tout au contraire leur affirmation durant l’Antiquité tardive peut permettre une nouvelle définition de la hiérarchie des agglomérations dans le « pagus » en construction. Les études de cas menées montrent des continuités avec les centres des vicaria de l’époque carolingienne. À l’inverse, cette approche régressive permet de postuler un statut public pour ces agglomérations ignorées des sources tardo-antiques. La présentation détaillée de plusieurs dossiers – comme à Lunel-Viel ou Balaruc-les-Bains dans l’Hérault – permet d’aborder la question de la genèse villageoise au-delà du modèle emblématique du castrum languedocien. Enfin, il n’était guère possible de ne pas évoquer la villa antique tant son poids est fort dans l’historiographie régionale. Le regard porté sur les origines et le développement du modèle classique permettra de placer l’archéologie du domaine méridional et son devenir durant l’Antiquité tardive au centre du programme de conférences de l’année 2004-2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pellecuer, « Terres méridionales, entre Antiquité et Moyen Âge (IVe-IXe siècle) : l’apport de l’archéologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 742-743.

Référence électronique

Christophe Pellecuer, « Terres méridionales, entre Antiquité et Moyen Âge (IVe-IXe siècle) : l’apport de l’archéologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17195

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals