Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Démographie

Questions de démographie indienne

Christophe Z. Guilmoto
p. 746-748

Entrées d’index

Index thématique :

Démographie
Haut de page

Texte intégral

Christophe Z. Guilmoto, directeur de recherche à l’IRD

1Après des conférences consacrées l’année dernière à la structure démographique indienne, cette seconde série a abordé, le plus souvent à partir d’exemples de terrain, trois thématiques plus fines : changement social, mobilité, genre et démographie.

2Les premières séances ont été l’occasion de décrire les composantes principales du changement social dans l’Inde rurale et ses rapports étroits avec la dynamique démographique, à partir d’un panel de villages d’Inde du sud. Nous avons exploré les dimensions essentielles des transformations observées dans ces villages : développement du secteur non agricole, gains migratoires, amélioration des infrastructures sanitaires, etc. Une attention particulière a été portée aux facteurs de désenclavement, autant en matière de transport que dans le domaine de la communication. De ces paysages très contrastés émergent distinctement des formes communes d’évolution dans les villages les plus ouverts à l’échange alors que les autres localités, souvent défavorisées d’un point de vue agricole, semblent en retrait. L’articulation avec les transformations démographiques (transition de la fécondité et diffusion de la contraception) permet de distinguer les villages favorisés et, au sein même des localités, les groupes pionniers.

3Un second volet de conférences recouvre les questions de genre, trop longtemps ignorées de l’approche démographique. Dans un contexte de rapide masculinisation de la population, une comparaison à l’échelle globale de l’Inde et de la Chine donne à voir la convergence singulière des trajectoires des deux géants asiatiques qui partagent un rapide développement économique et une baisse de fécondité prononcée. Dans le détail, les différences visibles entre les deux pays suggèrent au contraire de s’intéresser à l’action de l’État et des institutions traditionnelles. Stéphanie Velia (Université de Bordeaux) a offert une présentation régionale des discriminations dans la région de Salem au Tamil Nadu, qui connaît un surplus exacerbé de garçons en raison de la pratique courante d’infanticides féminins et d’avortements sexo-sélectifs. L’approche adoptée, fondée sur une première exploration démographique et cartographique, est enrichie par une connaissance fine de la région et de son substrat anthropologique qui, en dernière analyse, fournit sans doute la clé pour comprendre cette hyper-masculinité locale. Deux exposés viennent prolonger cette réflexion, le premier : Katia Radja (Université de Versailles) concernant la dot dans sa dimension économique et sociale. La formalisation théorique du phénomène est mise en regard des observations récentes sur l’expansion géographique et sociale du phénomène. Dimension différente, la maternité est l’objet d’un exposé de Virginie Chasles (Université de Rouen), qui a travaillé en zone rurale d’Andhra Pradesh. Les comportements des femmes durant leur grossesse, leur maternité et après la naissance offrent une fenêtre précieuse pour examiner la mise en œuvre individuelle du changement démographique, de la baisse de la natalité aux nouveaux comportements de santé.

4Le dernier volet des conférences est consacré aux migrations et à l’urbanisation en Inde. Une présentation de Sébastien Oliveau (Paris-I) sur les rapports entre villes et campagnes dans le sud du pays, entend représenter et modéliser l’impact exact de l’urbain sur la modernisation villageoise. De manière plus large, les conférences ont été l’objet d’un tableau récent des migrations, à la fois internes et internationales, dans l’Inde contemporaine. Ce survol rassemble à la fois les statistiques disponibles sur les grands courants migratoires et une analyse plus qualitative de phénomènes moins bien saisis par la démographie : les mouvements de réfugiés transfrontaliers, notamment dans l’Inde orientale, et les migrations de travail circulaires ou à courte distance. Après un panorama des courants internationaux, Philippe Venier (Migrinter, Poitiers) nous a offert un exposé entièrement dédié aux migrants du Kerala dans le Golfe, qui représentent la forme la plus visible du redéploiement migratoire indien durant les trente dernières années.

5Ces conférences sur deux années n’ont certes guère épuisé notre thématique, mais elles ont offert un échantillon stimulant de réflexions sur les liens structurels entre d’une part changements sociaux, spatiaux et économiques et d’autre part transformations du régime démographique. La rapide recomposition du paysage démographique, à travers catégories sociales et régions historiques, constitue un formidable terrain pour une telle entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Z. Guilmoto, « Questions de démographie indienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 746-748.

Référence électronique

Christophe Z. Guilmoto, « Questions de démographie indienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17201

Haut de page

Auteur

Christophe Z. Guilmoto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals