Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Connaissance du monde arabe (lectures croisées II) : les langages de l’orientalisme

Jean-Claude Vatin
p. 778-779

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Vatin, directeur de recherche émérite au CNRS

1En 2002-2003, après un rappel des jugements critiques portés sur les sciences occidentales de l’Orient d’A. Abdel Malek à E. Saïd, en passant par le Mal de voir et la Fascination de l’Islam, entre autres, on avait tenté de dégager une théorie critique d’un orientalisme d’abord considéré comme global et axé sur la séquence colonisation-décolonisation (même si le cadre des champs académiques n’était pas unitaire et la chaîne exégétique se révélait discontinue).

2À cet effet, furent réexaminés les ouvrages, parmi les plus marquant, de E. Gellner, R. Montagne, J. Berque, C.-A. Julien, C. Geertz, M. Rodinson. À quoi s’ajoutèrent quatre ouvrages collectifs à dominantes anthropologique, historique, politique, littéraire.

3En 2003- 2004, si le dispositif d’analyse est resté central, on aura proposé une vision plus éclatée de l’orientalisme. En le décomposant en plusieurs formes et expressions. Et en fonction de diachronies repérables, de « temps idéologiques » différenciés, de modes de traitement, de reconsidérations non uniquement académiques ou politiques. On aura cherché à saisir comment se sont imposés d’autres regards, d’autres attitudes, partant d’autres méthodes ; se sont mises en place d’autres manières de lire (et/ou de relire), de juger, de comprendre ; ont été forgés d’autres postulats, d’autres méthodes discursives ; ont joué telles influences, telles contraintes.

4Les codes critiques se sont nuancés, singularisés. En liaison avec l’évolution des disciplines, les modifications des perceptions, les changements des relations, intercommunautaires, interethniques, du contexte mondial...

5Une sorte de mutation est en cours. Elle est perceptible dans la façon dont les œuvres « classiques » (ou en voie de l’être) sont désormais reprises, réappréciées pendant que d’autres sont « déclassées ». C’est ce discours critique renouvelé – dont on a repéré les sources et les prodromes, avant d’en considérer les manifestations – que l’on aura observé, à travers : le roman historique (Kadaré, Maalouf, et al.), le roman « désertique » (Mammeri, Memmi, Le Clézio...), la production historique académique (Valensi, Ageron, A. Madani, Elsenhans...) ; à travers aussi des intercesseurs, passeurs ou transhumants (T.E. Lawrence, E. Saïd, A. Hourani) ; à travers enfin des publications, collectives ou individuelles, traitant de : religion, politique, État, en « Orient ».

6Telle est la réponse esquissée aux deux questions banales : pourquoi et comment les langages de l’orientalisme changent-ils, et, avec eux, les perceptions réciproques (Orient-Occident) ? Pourquoi et comment se renégocient histoires et savoirs, théories et paradigmes, monopoles et concurrences ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Vatin, « Connaissance du monde arabe (lectures croisées II) : les langages de l’orientalisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 778-779.

Référence électronique

Jean-Claude Vatin, « Connaissance du monde arabe (lectures croisées II) : les langages de l’orientalisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17239

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vatin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals