Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Étudier la mémoire du communisme en Europe centrale après 1989

Françoise Mayer
p. 789-790

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Mayer, maître de conférences à l’Université Montpellier-III

1La question des conflits d’interprétation à l’égard du passé et des comptes à régler avec ce passé affecte selon différentes modalités toute société en mutation, quel que soit le continent où elle se situe. En Europe centrale, l’effondrement du communisme a fait de cette question un enjeu majeur des transitions à la démocratie. Après 1989 les régimes postcommunistes construisent leur légitimité sur le rejet de l’expérience communiste et réorganisent leur dispositif identitaire à partir du mythe fondateur de la mort du communisme. Des gestes officiels (changements des noms des États, des emblèmes nationaux, lieux rebaptisés, déboulonnage des statues) viennent souligner ce besoin de discontinuité politique. Au-delà de ces mesures symboliques de désidentification, chaque pays emprunte des voies spécifiques pour gérer la rupture avec le communisme en tant que régime, système de valeurs, idéologie. Faut-il se rappeler ou bien oublier ? Que faut-il rappeler, dans quelle mesure et comment ? L’ouverture des archives, la promotion de l’histoire contemporaine, et l’attention portée aux associations du souvenir sont autant de moyens qui s’offrent aux divers États pour faire passer le passé. Certains régimes optent en outre pour un engagement juridique assez poussé (comme en Allemagne ou en République tchèque), d’autres au contraire semblent pencher pour une politique du « gros trait » (comme en Slovaquie ou en Pologne, du moins dans un premier temps). Dans un cas comme dans l’autre, la référence au passé communiste revient de façon obsédante dans le débat public sous des formes les plus diverses, inextricablement liée au processus de recompositions identitaires.

2L’analyse de ces sociétés en transformation passe donc, entre autres, par une étude approfondie de ces manifestations de « la mémoire du communisme ». À partir de l’analyse du cas tchèque, nous avons exploré au cours des différentes séances des méthodes permettant d’analyser comment une société sortant du communisme s’y prend pour gérer son rapport au passé au plan politique, pourquoi elle choisit certaines options, quelle interprétation générale du communisme se dégage de l’ensemble des mesures politiques et juridiques à l’égard du passé, quel impact cette gestion institutionnelle du passé a sur les groupes et les individus, comment ces derniers vont élaborer et défendre leur propre représentation du passé, et enfin, quelle place vont occuper les historiens dans les inéluctables conflits d’interprétations à l’égard de ce passé.

3Les approches proposées dans le cadre de cette série de conférences ont fait porter l’analyse sur plusieurs registres (politique, juridique, mémoriel, historien) et sur plusieurs niveaux de discours – discours national (dans l’analyse du corpus législatif), discours politique (dans l’étude des positions des différents partis), discours communautaire (dans le cas d’associations du souvenir), discours scientifique (les historiens). L’objectif principal de la démarche était de croiser ces logiques discursives afin d’aborder les questions de mobilisations publiques du passé moins en termes d’usages politiques du passé qu’en termes de recomposition identitaire et de redistribution du sens. L’ambition poursuivie visait à considérer les différents types de références au passé comme des éléments de discours sociaux plus larges, afin d’intégrer l’étude du rapport au passé dans les sociétés sortant du communisme à une sémiotique de leurs cultures.

4Une partie des séances était dédiée à des réflexions théoriques, sur la façon de construire la mémoire en objet de recherche, sur les notions et concepts mobilisables dans une telle étude. Une autre partie abordait les questions des rapports entre politique et mémoire, mémoire et justice, mémoire et vérité qui ont été ensuite discutés à partir du cas tchèque ou roumain (grâce à la participation de Mlle Ursachi, doctorante à Paris-I).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Mayer, « Étudier la mémoire du communisme en Europe centrale après 1989 », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 789-790.

Référence électronique

Françoise Mayer, « Étudier la mémoire du communisme en Europe centrale après 1989 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17253

Haut de page

Auteur

Françoise Mayer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals