Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie politique de l’Italie contemporaine

Jean-Louis Briquet
p. 791-792

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Louis Briquet, chargé de recherche au CNRS

1La conférence se proposait d’étudier les transformations politiques de l’Italie depuis la fin de la « première République ». Les premières séances (jusqu’à Noël) ont consisté en une longue introduction portant sur les dynamiques de cette crise (depuis les scandales politico-financiers qui ont éclaté au début de l’année 1992 jusqu’à la victoire de Silvio Berlusconi aux élections législatives de 1994). On a tenté en même temps de préciser les thèmes et les problématiques de recherche permettant une analyse sociopolitique de cette crise : 1) sociologie des crises politiques (à travers notamment les travaux de Michel Dobry) et critique des modèles d’interprétation couramment avancés dans les sciences sociales du « système politique » italien (notamment la thèse selon laquelle l’effondrement du régime au début des années 1990 serait la conséquence « naturelle » des « dysfonctionnements » de ce système, à laquelle on a cherché à opposer une analyse fondée sur les stratégies des acteurs politiques en « situation fluide ») ; 2) analyse de la corruption, qui s’est surtout penchée sur les acteurs du dévoilement que sont les magistrats (ainsi que les journalistes), sur les dynamiques sociales et politiques qui ont permis ce dévoilement et sur ses effets en terme de délégitimation du système politique et de ses protagonistes ; 3) dynamiques de l’émergence de nouvelles forces politiques (notamment la Lega et Forza Italia), qui a permis d’aborder les questions du « populisme » et de « l’anti-politique » (encore une fois, il s’est agi d’examiner de manière critique ces catégories « fourre-tout » pour leur préférer une étude de ces partis à partir des logiques spécifiques de leur implantation dans l’espace politique italien). Enfin, le dernier thème abordé a regardé les controverses, à la fois savantes et politiques, portant sur l’histoire de l’Italie républicaine, telle qu’elle a pu être « réévaluée » après la crise déclenchée par Tangentopoli. On a ici examiné la manière dont cette crise a influé sur l’historiographie contemporaine de l’Italie, en offrant aux chercheurs de nouvelles sources (en particulier les sources judiciaires) mais aussi et surtout en redéfinissant les enjeux contemporains de la réflexion sur le passé.

2La seconde partie de la conférence, à partir de janvier, a été consacrée à des séances thématiques autour d’intervenants extérieurs, qui ont permis de développer les points qui viennent d’être évoqués. Sont successivement intervenus : Alfio Mastropaolo (professeur de science politique à l’Université de Turin), « Antipolitique : une autre perspective sur la crise politique italienne » ; Hervé Rayner (chercheur au LASP, Université Paris-X), « Sociologie des scandales politiques : le cas de Tangentopoli » ; Antoine Vauchez (chercheur au CNRS, CURAPP, Université d’Amiens), « L’institution judiciaire remotivée. Le processus d’institutionnalisation d’une “nouvelle justice” en Italie » ; Jean-Louis Briquet (chercheur CNRS, CERI, Paris), « La question mafieuse dans l’Italie républicaine » et « Le procès Andreotti : sociologie d’une “affaire” politique » ; Christophe Bouillaud (professeur de science politique à l’ΙΕΡ de Grenoble) et Lynda De Matteo, chercheuse au LAIOS, « La Ligue du Nord : sociologie et anthropologie d’un nouveau sujet politique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Briquet, « Sociologie politique de l’Italie contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 791-792.

Référence électronique

Jean-Louis Briquet, « Sociologie politique de l’Italie contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17255

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals