Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Comment mesurer la cohésion sociale ?

Bertrand Roehner
p. 794-795

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Bertrand Roehner

1La cohésion sociale est une notion vaste et floue. Tenter de la définir a priori serait une gageure. C’est à l’observation que cette étude s’adressera pour la définir et pour la mesurer. Une analogie éclairera ce point. Pour étudier la cohésion et la solidité d’une canne en bois, on peut suivre trois méthodes. La première consiste à se servir de cette canne comme on s’en sert normalement pour sa promenade quotidienne et à voir au bout de combien de temps elle se cassera. Suivant la seconde méthode, au lieu d’attendre durant des mois ou peut-être des années une éventuelle rupture sous l’effet de causes naturelles, on provoquera l’événement ; pour ce faire on peut par exemple donner des coups répétés de plus en plus forts sur une enclume jusqu’à la rupture. La première méthode peut être qualifiée d’observationnelle, la seconde d’expérimentale.

2La troisième méthode est très différente des deux premières. Elle passe par l’observation minutieuse du bois dont est faite la canne : description des fibres dont est fait ce bois, énumération des vers et autres parasites qui peuvent en affecter la solidité. Ces observations, certes, n’ont qu’un rapport relativement lointain avec la cohésion de la canne. Pour pouvoir en inférer des conclusions, il faudra en plus disposer de ce que l’on pourrait appeler une « théorie ». Celle-ci nous apprendra, par exemple, que si le bois contient dix parasites par centimètre cube, sa solidité sera diminuée de 17 % par rapport à un bois indemne de parasites. Comme on s’en doute, une connaissance de ce type ne pourra elle-même être obtenue que par recours à l’observation ou à l’expérience. Cette troisième méthode semblera si contournée et indirecte que le lecteur sera en droit de se demander pourquoi nous l’avons mentionnée. Personne ne songerait sérieusement à tester la solidité d’une canne en bois ainsi. Pourtant, c’est précisément cette approche qui est la plus communément utilisée dans les sciences sociales. Pour estimer la cohésion d’une société, on décrira les différentes idéologies et institutions qui concourent à cette cohésion ; la religion, le patriotisme, la famille, les églises et les associations caritatives, l’armée, les organisations professionnelles, et bien d’autres aspects seront passés en revue avec le souci de voir dans quelle mesure ils remplissent leur rôle de ciment social. Mais, comme dans le parallèle de la canne, remonter de la solidité des parties à celle du tout suppose une « théorie » ; ainsi, il faudrait par exemple savoir qu’une hausse du taux de divorce de 25 % se traduit par un affaiblissement de 4 % de la cohésion sociale. Nul besoin de dire que dans l’état actuel des sciences sociales, nous ne disposons pas d’informations aussi précises. De plus, pour compliquer encore les choses, les institutions composant le corps social ne sont ni invariantes dans le temps, ni indépendantes les unes des autres. Ainsi, le rouage « armée » dépend du rouage « famille » et chacune de ces institutions est sans doute affectée par le facteur « religion ». Bien plus encore que dans le cas relativement simple de la canne en bois, on se trouve ici devant une tâche multiforme et dont les résultats peuvent être d’interprétation difficile.

3Durant les vingt dernières années, il y a eu des avancées remarquables dans cette voie, en particulier sous l’impulsion de Robert Putnam. En développant la notion de capital social, ce sociologue de Harvard a popularisé la notion de cohésion sociale au point d’en faire un enjeu du débat politique. Grâce à ses travaux, nous savons maintenant beaucoup mieux comment les Américains interagissent socialement par le biais d’organisations collectives de toutes sortes, qu’elles soient confessionnelles, sportives, politiques ou culturelles. Cependant, la question de savoir comment ce tissu contribue à la cohésion sociale globale reste posée. Même si l’intuition suggère que plus ce tissu sera dense, plus la cohésion sociale sera grande, cette intuition demande à être non seulement vérifiée mais surtout spécifiée quantitativement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Roehner, « Comment mesurer la cohésion sociale ? », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 794-795.

Référence électronique

Bertrand Roehner, « Comment mesurer la cohésion sociale ? », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17261

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals