Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Économie

Inégalités

Patrick Moyes
p. 811-813

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Patrick Moyes, directeur de recherche au CNRS

1Un premier chapitre préliminaire introduit les notions de base informationnelle, de préférence sociale et de fonctionnelle de bien-être social. La notion de base informationnelle structure l’information disponible en distinguant : i) l’échelle de mesure utilisée pour apprécier le bien-être individuel, et ii) la possibilité ou non d’effectuer des comparaisons de bien-être entre individus. Le théorème d’Arrow indique qu’il n’existe pas de fonctionnelle possédant un certain nombre de propriétés raisonnables et engendrant un préordre social total transitif lorsque l’information disponible fait intervenir une échelle ordinale et ne permet pas d’effectuer des comparaisons interindividuelles. L’introduction de structures informationnelles plus riches admettant la possibilité de comparaisons interindividuelles d’utilités permet de caractériser un certain nombre de règles classiques telles que le maximin, le leximin, l’utilitarisme ou encore les fonctionnelles Cobb-Douglas et CES.

2Nous considérons dans une première partie le cas où les individus sont identiques et nous assimilons un état à une distribution de revenus. Nous introduisons dans un second chapitre des familles d’indicateurs d’inégalité spécifiques en privilégiant l’approche éthique qui consiste à construire l’indicateur d’inégalité à partir de la donnée d’une fonction de bien-être social vérifiant un certain nombre de propriétés. Nous présentons successivement les familles d’indicateurs de Atkinson-Kolm-Sen et de Kolm-Pollak. Un troisième chapitre est consacré à l’approche en terme de dominance du bien-être et de l’inégalité lorsque les individus sont identiques. Après avoir défini les grandes classes d’indicateurs de bien-être social, nous introduisons le critère des quantiles et le critère de Lorenz généralisé qui représentent en quelque sorte le point de vue de l’unanimité pour ces différentes classes d’indicateurs de bien-être social. Une démarche similaire est appliquée à la mesure de l’inégalité et nous amène à introduire les critères de Lorenz relatif et absolu.

3L’appréciation d’une situation à partir des seuls revenus peut conduire à des résultats erronés et nous consacrons une seconde partie à l’approche multidimensionnelle de l’inégalité et du bien-être. Nous supposons dans un quatrième chapitre qu’il est possible de distinguer les agents sur la base d’un critère objectif – par exemple la santé pour un individu ou la composition familiale pour un ménage – permettant de classer ceux-ci du point de vue de leurs besoins. Nous présentons un certain nombre de transformations élémentaires dont l’effet sur le bien-être social doit être positif. Nous identifions les propriétés des fonctions d’utilité qui garantissent que de telles transformations se traduisent bien par une amélioration du bien-être social du point de vue de l’utilitarisme. Enfin nous montrons comment il est possible de vérifier en pratique la dominance à partir des fonctions de distribution jointes des variables revenu et besoin. Dans un cinquième chapitre nous considérons la notion d’inégalité dans le cadre d’une économie d’échange où tous les biens sont parfaitement divisibles et transférables entre agents. Les différentes transformations élémentaires qui ont été proposées généralisent toutes la notion de transfert progressif d’une certaine manière. Nous présentons les généralisations de la notion de transfert progressif proposées par – voire implicitement à la base des approches dues à – Kolm (1977), Bourguignon (1989), et Atkinson et Bourguignon (1982). Nous identifions les classes des fonctions d’utilité qui garantissent que le bien-être social utilitariste augmente suite à de telles transformations et indiquons – lorsqu’ils sont disponibles – les tests statistiques qui permettent de vérifier la dominance. Enfin dans le sixième chapitre nous prenons en compte le fait que les revenus ne sont pas perçus par les individus à une seule et même date mais plutôt tout au long de leurs vies. L’introduction de la dimension temporelle remet en cause les résultats exposés plus haut et nous amène à considérer trois conceptions distinctes de l’inégalité. La prise en compte de la distribution du revenu sur plusieurs périodes ou entre différentes générations nous conduit naturellement à examiner la relation entre inégalité et mobilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Moyes, « Inégalités », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 811-813.

Référence électronique

Patrick Moyes, « Inégalités », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17285

Haut de page

Auteur

Patrick Moyes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals