Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie religieuse européenne

Philippe Boutry et Dominique Julia
p. 821-822

Texte intégral

Philippe Boutry, directeur d’études
Dominique Julia, directeur de recherche au CNRS

Liturgies et sacralités

1Le Centre d’anthropologie religieuse européenne a poursuivi sur une seconde année sa réflexion sur le thème « Liturgies et sacralités dans l’Europe moderne ».

2Une séance initiale (4 novembre 2003), d’intérêt très général, a été consacrée à la présentation par André Vauchez, professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris-X, ancien directeur de l’École française de Rome et membre de l’Institut, de la grande enquête en cours d’achèvement conduite sur toute l’étendue de la péninsule en collaboration entre plusieurs universités et instituts de recherche italiens et l’École française de Rome pour un recensement des sanctuaires depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours (Un grand projet de recherche et de publication : le Censimento des sanctuaires de l’Italie). A. Vauchez a rendu compte des aspects méthodologiques et problématiques et a présenté les premiers résultats scientifiques de cette très vaste entreprise internationale. Une seconde séance d’intérêt général (2 mars 2004) a permis à Daniel Roche, professeur au Collège de France, de développer les réflexions contenues dans son dernier ouvrage autour des thématiques de Religion et mobilités ; il a en particulier, contre les idées reçues, insisté sur les éléments de mobilité inscrits dans la culture chrétienne des sociétés de l’âge moderne (choix du conjoint, itinéraires professionnels des réguliers eT des séculiers, pèlerinages proches et lointains).

3Le thème central des liturgies et des sacralités a été au cœur des autres interventions. Nicole Lemaitre, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-I, a consacré une séance (3 février 2004) aux Livres liturgiques antérieurs au Concile de Trente et leur usage par l’historien ; elle a développé à l’aide de plusieurs études de cas la diversité qui préside à la fabrication des rituels avant la progressive imposition du Rituel romain de Paul V (1614). Pierre-Antoine Fabre a centré son intervention (6 janvier 2004) sur la figure et sur l’œuvre de Jérôme Nadal, Temps du récit et ordre liturgique dans les Evangelicae historiae imagines (1593) ; il a montré l’implication des contraintes liturgiques dans l’entreprise à la fois iconographique, exégétique et apologétique du jésuite espagnol. Dominique Julia a ouvert le dossier d’une enquête en cours sur Les travaux de la Commission de réforme liturgique de Benoît XIV (4 mai 2004) ; si l’examen par les congrégations romaines du Saint-Office et de l’Index du nouveau propre parisien réélaboré sur l’ordre de Mgr de Vintimille par des érudits jansénistes ne débouche sur aucune condamnation effective, les discussions et les critiques qu’il suscite permettent de mieux appréhender les enjeux et la signification de la réforme de la liturgie au milieu du XVIIIe siècle ainsi que la profondeur des méfiances et des incompréhensions réciproques entre Rome et Paris. Pierre Ragon, professeur d’histoire moderne à l’Université de Rouen, a donné une intervention (1er juin 2004) sur Reliques et images au Mexique (XVIIe-XVIIIe siècle), qui lui a permis d’aborder les questions de l’importation des reliques en terre américaine, des conflits qu’elles suscitent et des usages divers que le clergé colonial et les communautés indigènes entendent en faire dans les contextes locaux où elles s’insèrent.

4Deux contributions spécifiques se sont enfin données pour objet une analyse des formes liturgiques urbaines. Thierry Amalou, docteur en histoire de l’Université Paris-I, a présenté sur la base de sa récente thèse de doctorat Les dévotions collectives et le culte du saint patron à Senlis : la liturgie civique au service du pouvoir politique, vers 1520-vers 1610 (2 décembre 2003) ; dans cette ville complètement acquise aux catholiques, il a montré comment le déploiement liturgique a permis une reprise en main urbaine sous l’égide des autorités royales, ce qui aboutit à l’accaparement de la tradition par un gallicanisme exacerbé au lendemain de la Ligue. Paul D’Hollander, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Limoges, en traitant de Processions et espace public en France au XIXe siècle (6 avril 2004), a souligné les évolutions du contexte juridique, politique et religieux dans lequel la religion est autorisée à « descendre dans la rue » ainsi que les tensions et les difficultés que suscite la volonté de « visibilité » du culte catholique dans l’espace public à l’âge libéral.

5Le séminaire de l’année suivante prolongera ces réflexions sur « Liturgies et temporalités ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Centre d’anthropologie religieuse européenne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 821-822.

Référence électronique

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Centre d’anthropologie religieuse européenne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17291

Haut de page

Auteurs

Philippe Boutry

Articles du même auteur

Dominique Julia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals