Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches sur le Japon

Patrick Beillevaire et Guillaume Carré
p. 849-850

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre de recherches sur le Japon
Haut de page

Texte intégral

Patrick Beillevaire, directeur de recherche au CNRS
Guillaume Carré, maître de conférences

Culture et idéologie dans le Japon moderne

1QUATRE séances du séminaire de cette année ont traité de l’organisation socioéconomique du Japon à différentes périodes : sous ses aspects les plus contemporains avec les exposés de Sébastien Lechevalier (CEPREMAP, CRJ) sur l’inégalité homme/femme dans la segmentation du marché du travail, et de Paul Jobin (maître de conférences à l’Université Paris-VII) sur les syndicats contestataires et le mouvement anti-pollution ; au cours des années 1920 et 1930, avec l’étude du rôle de l’éducation technique et des instituts de recherche publics dans le développement des petites et moyennes entreprises par Sawai Minoru (professeur à l’Université d’Ôsaka) ; avant la Restauration de Meiji, avec la présentation de ses recherches sur le système monétaire par Guillaume Carre. Trois autres exposes ont mis en évidence la récurrence et l’adaptation de la référence à la tradition dans la culture japonaise d’aujourd’hui : ceux de Bernard Stevens (professeur à l’Université catholique de Louvain) sur l’usage de la réflexion heideggerienne par les philosophes japonais, de Jean-Michel Butel (doctorant à l’INALCO) sur les études folkloriques et le poids de l’héritage de Yanagita Kunio, de Fabienne Duteil-Ogata (EFEO) sur un exemple de « folklorisation » du théâtre kagura. La construction du discours historique a été abordée à la fois par Kinoshita Naoyuki (maître de conférences à l’Université de Tôkyô), qui a montré comment la nation en guerre avait été représentée dans les monuments et les parades de l’ère Meiji, et par Noriko Berlinguez-Kono (maître de conférences à l’Université Lille-Ili), qui a analysé l’action de la « Société japonaise pour la réforme des manuels d’histoire » dans sa dimension sociologique. Enfin, Nakano Setsuko (professeur à l’Université de Kanazawa) a présenté ses recherches sur la culture féminine au début de l’époque d’Edo (XVIIe siècle), et Josef Kyburz (chargé de recherche au CNRS) a montré le relativisme culturel dans la perception du corps en procédant à l’étude comparée des représentations de celui-ci au Japon et en Occident, de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Beillevaire et Guillaume Carré, « Centre de recherches sur le Japon », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 849-850.

Référence électronique

Patrick Beillevaire et Guillaume Carré, « Centre de recherches sur le Japon », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17320

Haut de page

Auteurs

Patrick Beillevaire

Articles du même auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals