Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Géographie culturelle

Augustin Berque
p. 117-119

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Augustin Berque, directeur d’études

Médiance et soutenabilité dans l’habitation japonaise

1Comme chaque année depuis 2001, mon enseignement était articulé à la recherche définie pour la période 2001-2010 dans mon texte « L’habitat insoutenable » (L’Espace géographique, 2002, XXXI, 3, 241-251). L’automne 2004 a été marqué par le colloque tenu du 20 au 27 septembre 2004 à Cerisy-la-Salle sous le titre « Les trois sources de la ville-campagne » et concluant le séminaire collectif du même nom organisé à l’EHESS en 2002-2003 et 2003-2004 (actes à paraître chez Belin sous le titre La Ville insoutenable. Les trois sources du mythe de la ville-campagne).

2L’insoutenabilité se définit sur trois plans : 1) écologiquement, la non-dura-bilité ; 2) éthiquement, une injustice croissante ; 3) esthétiquement, la dégradation des paysages.

3« Paysage et écoumène », cours donné dans le cadre du DEA « Jardins, paysages, territoires » a situé comme chaque année la question du paysage au sein d’une problématique de l’écoumène.

4« Médiance et soutenabilité dans l’habitation japonaise » se situait dans la perspective du programme de recherche collective du même nom dont j’ai la charge au Nichibunken (Centre de recherches internationales sur la culture japonaise, Kyoto) pour une durée d’un an (avril 2005-mars 2006). Le cours donné à l’EHESS de novembre 2004 à mars 2005 a été centré sur l’architecture du thé à l’époque Muromachi (mi-XIVe-fin XVIe siècle), qui à maints égards a institué les paradigmes esthétiques de l’habitation japonaise moderne.

5Ce cours était couplé au séminaire collectif « L’habiter dans sa poétique première », préparant le colloque du même nom prévu à Cerisy-la-Salle du 1er au 8 septembre 2006. Les interventions au séminaire ont sondé les perspectives définies par l’argument ci-après : « L’humain habite en poète » : ces mots de Hölderlin nous ont hantés depuis le commentaire qu’en a fait Heidegger dans un texte écrit peu après sa fameuse conférence Bâtir, habiter, penser (1951). Ces deux textes introduisirent à une ontologie de l’habiter qui a subverti les dogmes du mouvement moderne en architecture. Ils disent en effet l’inverse de ce que le mécanicisme moderne a tendu à Imposer sur une Terre ramenée à sa dimension physique, en deçà même du vivant : la dimension de la machine, qu’Invoqua par exemple à la lettre un Le Corbusier. Ils affirment au contraire que l’espace de notre existence est déploiement au-delà des limites de l’objet moderne. Il est autre chose que l’étendue cartésienne ou que l’espace absolu de Newton, ce réceptacle neutre et universel où la modernité a plongé le monde et, ce faisant, a fait taire ce que l’Antiquité avait nommé le poème du monde.

6La poétique première de l’habiter humain, c’est ce poème du monde : cela en quoi l’œuvre humaine, déployant la Terre en Monde, devient écoumène, la demeure de notre être : oikoumenê gê, la Terre habitée.

7La question concerne virtuellement tous les domaines de l’activité humaine. On ne cherchera donc pas à en décrire tous les aspects, mais à en saisir la dynamique foncière, dans certains motifs privilégiés :

  • le déploiement de notre corporéité, de la biologie à la chorégraphie ;
  • le déploiement de nos temporalités, des saisons aux rythmes de la ville ;
  • le déploiement de nos spatialités, de nos figures mentales aux formes architecturales ;
  • le déploiement des choses en parole humaine, de la poésie au mythe de la machine ;
  • les limites, condition du sens de tout cela, que nous assure la Terre.

8Par-dessus tout, ce questionnement insiste sur les thèmes génériques pouvant conduire à une vision plus cohérente et plus authentique du rôle de l’architecture dans le déploiement du Monde. Au-delà des impasses de notre genre de vie – cet habitat insoutenable qui est le nôtre –, il s’agit de la pérennité de l’être humain sur la Terre.

Publications

  • « The idea of disurbanity », dans Design philosophy papers, Collection one, A.-M. Willis (éd.), Ravensbourne (Australie), Team D/E/S Publications, 2004, p. 22-32.
  • « La Momie et le bulldozer : ontologie du patrimoine bâti en Orient et en Occident », Annals XX Universitat d’Estiu : Patrimoni naturali i culturali, Andorre, Govern d’Andorra, 2004, p. 101-119.
  • « Offsprings of Watsuji’s theory of milieu (fûdo) », GeoJournal, 60, 2004, p. 389-396.
  • « La table rase et la momie : de l’attitude moderne envers les formes bâties, et de son possible dépassement », Bulletin n° 39, CPAU Aquitaine, février 2004, p. 56-68.
  • « De La Source aux fleurs de pêcher à La Rose malade, ou l’inauthenticité », dans Japon pluriel 5. Actes du cinquième colloque de la Société française des études japonaises, sous la dir de P. Griolet et M. Lucken, Arles, Philippe Picquier, 2004, p. 245-258.
  • « Milieu et identité humaine ». Annales de géographie, CXI II, 638-639, juillet-octobre 2004, p. 385-399.
  • « Ce qui fonde l’éthique environnementale », Diogène, 207, juillet-septembre 2004, p. 3-14.
  • « Les trois sources de la ville-campagne », Urbanisme, 339, novembre-décembre 2004, p. 18-19.
  • « Miya to pomeryumu – toshi no sôsetsu [Miya et pomoerium – fonder la ville], dans Toshi to kôgai [Ville et banlieue], sous la dir. de E. Imahashi, Tokyo, NTT Shuppan, 2004, p. 299-322.
  • « La forclusion du travail médial », L’Espace géographique, xxxiv, 1, 2005, p. 81 -90.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 117-119.

Référence électronique

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17389

Haut de page

Auteur

Augustin Berque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals