Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Identités, savoirs, aménagement

Marie-Vic Ozouf-Marignier
p. 122-123

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Marie-Vic Ozouf-Marignier, directeur d’études

Décentralisation et recompositions territoriales infra-étatiques. Approches contemporaines

1Le séminaire a débuté par une mise en perspective historique des ambiguïtés et enjeux liés à la décentralisation, du point de vue de sa composante territoriale. Les séances suivantes se sont ordonnées selon deux axes d’analyse.

2Le premier a été consacré à l’historiographie et à la problématique récentes de l’étude des Identités territoriales. Si la notion d’identité est devenue depuis quelques décennies un thème majeur de l’ensemble des sciences sociales, rares sont les travaux qui se penchent sur une catégorie spécifique d’identités, celles qui se fondent sur la territorialité. Les travaux du géographe finlandais Anssi Paasi, pour partie théoriques et méthodologiques, pour partie appuyés sur un important matériau empirique, abordent avec une perspective constructiviste la notion d’identité territoriale. Ciblant son approche sur le niveau régional, au sens large et multiscalaire, il propose de distinguer entre l’identité d’une région (les traits divers qui différencient – ou sont utilisés dans le discours pour différencier – une région d’une autre) et l’identité (ou conscience) régionale (identification d’une population à une région selon divers stéréotypes). D’autres travaux permettent d’introduire des nuances face au primat de l’approche constructiviste, qui subsume souvent à l’excès l’intentionnalité et la logique raisonnée. Les études réunies dans un récent numéro des Annales de géographie sur les « composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités » invitent à se frayer un chemin entre un culturalisme excessif et un essentialisme étroit. L’idée de situation (ou de circonstances), la prise en compte de la durée, l’attention à la matérialité des marqueurs identitaires liés au territoire, permettent d’aller dans ce sens. À titre d’expérimentation, quelques séances ont traité de la production d’Images symboliques telle qu’elle est mise en œuvre dans la politique de communication des collectivités territoriales depuis les années 1980. Exemple de ce marketing territorial qui contribue à réifier des formes d’identité, la construction de sites internet par les nouveaux territoires issus des récentes politiques d’aménagement du territoire a constitué un premier terrain d’étude, mis en œuvre par Annie Sevin et Marie-Vic Ozouf dans le cadre d’une recherche contractuelle.

3Lié à cette dernière investigation, un second volet du séminaire a traité des politiques publiques de d’aménagement et de développement local, tant en milieu rural que dans les zones agglomérées. Les lois d’aménagement du territoire de 1995 et 1999 ont été étudiées dans leur genèse, leurs sources d’inspiration scientifique et leurs vocations respectives. Il en a été de même pour la série de lois encourageant, depuis 1992, la coopération intercommunale et la rationalisation de la fiscalité locale. Enfin, en résonance avec le colloque « La ville sans bornes » organisé par l’Université Paris-XIII, dans lequel plusieurs participants au séminaire sont intervenus, une réflexion a été menée sur les projets d’agglomération développés dans le cadre des politiques publiques contractuelles depuis 2000.

4Le séminaire a d’autre part accueilli les conférences de professeurs invités. Josefina Gómez Mendoza (Université autonome de Madrid) a examiné la prise en compte du paysage dans les politiques régionales en Espagne et a présenté le travail collectif réuni dans l’Atlas de los paisajes de España. François Walter (Université de Genève), faisant écho à la première partie du séminaire, a proposé une réflexion historiographique et épistémologique sur la notion de territorialité. Celle-ci est souvent revêtue de significations et d’enjeux idéologiques exprimés au moyen de métaphores botaniques. F. Walter en a exploré la palette, inscrite non seulement dans les discours et les imaginaires, mais aussi dans les pratiques.

5Enfin, plusieurs exposés de travaux de DEA ou de doctorat ont été présentés. Camille Tiano a analysé les symboliques urbaines élaborées dans le cadre des politiques municipales de requalification de l’image des centres ville à Lille, Dunkerque et Marseille. De son côté, Baptiste de Coulon a proposé une lecture des travaux de Claude Raffestin sur la territorialité. Theodoros Spyros, s’appuyant sur ses recherches de doctorat sur une communauté valaque du nord de la Grèce, a décrit le processus de recomposition territoriale au niveau communal en Grèce depuis 1998.

Publications

  • Dir. du numéro « Les pays et leurs enjeux », Les études sociales, 139-140, 1er et 2e semestre 2004.
  • « Le pays des leplaysiens : réalité sociale ou catégorie d’analyse ? », Les études sociales, op. cit., p. 7-38.
  • « Pays », GDR Libergeo, Hypergeo, http://hypergeo.free.fr/​article.php3?id_article=269.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Identités, savoirs, aménagement », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 122-123.

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Identités, savoirs, aménagement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17393

Haut de page

Auteur

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals