Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Histoire et archéologie médiévale

Jean-Michel Poisson
p. 129-130

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Michel Poisson, maître de conférences

L’habitat rural au Moyen Âge : histoire et archéologie

1Le thème des agglomérations rurales a continué à faire l’objet du séminaire, en concentrant l’attention sur le rôle des structures castrales dans l’émergence de pôles de peuplement structurés. Les recherches de G. Fournier en Auvergne ont montré le rôle joué au cours du haut Moyen Âge par les forteresses publiques dans la structuration de l’habitat rural. Dans un contexte de peuplement dispersé, de grandes enceintes installées sur des sites naturels difficiles d’accès offraient un refuge temporaire aux populations rurales en cas de nécessité. Les exemples de Chastel-Marlhac, Pirmil ou Carlat montrent que ces châteaux ont par la suite accueilli à leur contact un habitat permanent, et il est logique de penser que ces villages ont concentré et fixé au contact de la forteresse une population paysanne jusque-là dispersée dans un rayon suffisamment restreint pour rendre possible leur « retrait » dans l’enceinte en cas de besoin. Cette situation montre que le regroupement spontané de populations rurales dans des sites fortifiés s’est manifesté de façon contemporaine, voire antérieure aux processus d’incastellamento d’initiative seigneuriale, réalisés souvent de façon autoritaire.

2Pour comparer ces situations, il apparaît nécessaire de réexaminer la question dans des zones où l’Incastellamento est le plus nettement attesté : l’Italie. Les dossiers historiques et archéologiques de Caprignano (Sabine) et Capaccio (Campanie) offrent des exemples de la création d’un habitat fortifié sur un site protégé, dès le XIe siècle, sur initiative seigneuriale ou épiscopale. L’installation, dans ces sites nouveaux, de populations villageoises précédemment implantées dans des lieux plus exposés (l’ancienne cité romaine de Paestum pour Capaccio) semble résulter sinon d’une contrainte, en tout cas d’une initiative collective fortement encouragée par le pouvoir local. Cependant, il faut reconnaître que si l’enquête archéologique atteste une certaine concomitance entre abandons d’anciens habitats et créations de castra, elle n’est guère armée pour préciser davantage les caractères du processus.

3D’autres types précoces d’agglomérations rurales fortifiées ont été examinés pour tenter d’avoir une vision diversifiée du phénomène. Ce sont d’abord les enceintes fossoyées, encore appelées « petites enceintes » pour les distinguer des sites-refuges installés sur de vastes reliefs naturels. Le plus souvent réalisés avec des moyens modestes – bâtiments de bois protégés par un fossé et un rempart de terre – ces sites sont difficiles à classer dans la mesure où ils ne sont perceptibles que lorsqu’ils ont été abandonnés précocement et ont donc laissé au sol des empreintes visibles. Les camps vikings peuvent dans une certaine mesure être assimilés à ce type de structures, par leur morphologie (mis à part leurs plans réguliers qui les singularisent) et leur caractère éphémère. Dans de très rares cas en effet on a pu démontrer qu’ils avaient donné lieu à une agglomération durable (Furnes). Un autre type d’habitat qui s’apparente aux catégories précédentes est constitué par les gròds polonais. Apparaissant dès le XIe siècle, ces établissements sont constitués d’une structure castrale accompagnée d’une agglomération villageoise en bois protégée par de puissants remparts de terre et de bois. Ces agglomérations, qui sont souvent le siège d’un important pouvoir local (Gniezno, Opole, etc.) possèdent de nombreux caractères proto-urbains et ont joué un rôle capital dans l’émergence de l’État polonais.

4Enfin, on a abordé la question des modalités matérielles de l’implantation des bourgs castraux en relation avec les premiers châteaux. Dans cette catégorie, on a choisi de s’intéresser en premier lieu à la question des mottes castrales. Les recherches archéologiques menées sur plusieurs de ces sites (Le Plessis-Grimoult en Normandie ou Montfélix en Champagne, par exemple) ont permis de se poser la question de l’articulation matérielle entre le château proprement dit et les structures annexes susceptibles d’avoir accueilli, dès les phases les plus anciennes, une agglomération villageoise. Le rôle de la basse-cour, qui a fait l’objet d’un des derniers congrès de castellologie médiévale « Château-Gaillard », a ainsi été mis en évidence.

Publications

  • « Le château des comtes d’Albon », dans Fortifications et châteaux dans la Drôme, sous la dir. de M. Bois et C. Burgard, Paris, Creaphis, 2004, 191 p.
  • Coll., Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, Grenoble, Patrimoine en Isère, 2004, 102 p.
  • Avec A. Bazzana, dir., Ruralia V. Water management in medieval rural economy [Les usages de l’eau en milieu rural au Moyen Âge], Prague, Pamàtky archeologické, sup-plementum 17, 2005, 269 p.
  • Coll., Saint Guignefort. Légende, archéologie, histoire, Châtillon-sur-Chalaronne, 2005, 64 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 129-130.

Référence électronique

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17397

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Poisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals