Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Savoirs religieux et genèse des sciences humaines

Maurice Olender
p. 139-140

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Olender, maître de conférences

Sexe, laideur et norme chez les anciens : le cas du dieu Priape (suite)

1Textes et images le font savoir : le dieu Priape est petit, trop petit. Son membre viril, marque de naissance, est disproportionné : trop grand. Ce phallus, qu’il ne peut jamais dissimuler sous son vêtement, finit par le cacher, quand sa partie devient son tout (Annuaire 2003-2004, page 167). Les problèmes de Priape sont liés à son aspect ; les textes anciens mettent en scène un dieu tracassé par son apparence inconvenante.

2Au IIe siècle de l’ère commune, Lucien classe les figures de dieux suivant leur matériau (hule) et leur art (techne). Il assigne ainsi un ordre hiérarchique : les statues sont en or, argent, ivoire, bronze, pierre, et, taillées par Phidias, Alcaménès, Myron ou Euphranôr : du matériau, de l’habileté de la main dépend la qualité artistique (techne). Pour Lucien, ceux qui ne font pas partie de cette assemblée s’entassent à l’écart, avec d’autres dieux grossiers, sans art (atech-nos) (Zeus tragique, 7).

3Parmi ceux-ci, les textes font une place de choix à Priape. Il est le mal poli, le mal « taillé par la serpe (xois) d’un berger inculte » dans un médiocre bois de figuier (Anthologie de Planude, 86). Quand Columelle, spécialiste en matière d’agriculture mais aussi homme de terrain, décrit l’effigie de Priape, il confirme : mieux vaut « vénérer ce dieu dans le tronc (truncum) d’un vieil arbre dégrossi (dolatum) au hasard (forte) » (X, 31). Le verbe latin, dolare, suppose une taille à l’aide de la dolabre, un outil à deux faces, à la fois hache et pioche – qui peut désigner à l’occasion le couperet d’un boucher.

4« L’analyse » proposée par la parodie de Lucien (que les Pères de l’Église ont si bien lu) éclaire plus d’une question liée au corpus priapique, dont nous avons poursuivi l’étude cette année, examinant diverses formes de la laideur classique. En effet, le bois médiocre et la taille hâtive de son effigie, ses conduites obscènes, garantissent à cet immortel un aspect « déclassé » parmi les dieux. Son schéma corporel cumule les indices de la laideur virile chez les anciens : il est petit, laid, disproportionné, impudique, incapable de la moindre continence, toujours ithyphallique ; ce qui s’oppose aux normes de la beauté classique qui imposent d’être grand, bien formé en un équilibre harmonieux, pudique, d’avoir une conduite faite de tempérance, de retenue et de maîtrise, un sexe bien proportionné à l’ensemble du corps et plutôt de petite taille.

5Priape peut ainsi faire office de bon guide. Sa figure permet d’explorer les valeurs de beauté et de laideur, les resituant parmi d’autres problèmes formulés par les anciens quand ceux-ci s’interrogent sur les normes sensibles, supposant des contraintes, nécessaires aux conduites politiques dans la cité.

Publications

  • La chasse aux évidences. Sur quelques formes de racisme entre mythe et histoire. 1978-2005, Paris, Galaade, 2005, 396 p.
  • Las lenguas del Paraiso, traduction de Horacio Pons, Buenos Aires, Fondo de Cultura Economica, 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 139-140.

Référence électronique

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17405

Haut de page

Auteur

Maurice Olender

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals