Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle

Kapil Raj et Yves Cohen
p. 154-156

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Kapil Raj, maître de conférences

Sciences et mondialisations, XVIe-XXe siècle

1Ce séminaire mensuel part du constat qu’il n’y a pas une, mais plusieurs mondialisations : de celle du commerce à celle de nos jours, en passant par l’âge des empires planétaires (ibériques, britanniques, français) et la mondialisation Industrielle. Toutes ont au premier chef touché les savoirs scientifiques et techniques : savoirs et savoir-faire navigationnels, géographiques, botaniques, médicaux, ethnographiques, commerciaux, administratifs, furent radicalement transformés à la lumière de contacts avec d’autres civilisations. Au cours des siècles, allant de pair avec des régimes changeants de la mondialisation, les modes de construction, de légitimation et de circulation des savoirs et savoir-faire scientifiques et techniques, tout autant que leur contenu, ont subi d’importantes mutations. Ainsi, nous nous proposions dans ce séminaire de repérer et d’historiciser ces changements, des premiers contacts entre différentes cultures aux phénomènes actuels.

2Pour cette première année, nous avons d’abord dressé une bibliographie de la littérature existante sur le sujet et en avons fait un examen critique. Nous nous sommes ensuite penchés sur les questions de périodisation et de typologie afin d’éviter les chausse-trappes d’un européocentrisme naïf ainsi que sur les rapports entre chacune des mondialisations avec ses précédentes. Dans les séances restantes, nous avons commencé à analyser la production, la légitimation et la circulation des savoirs dans chaque type de mondialisation à travers des textes emblématiques de chacune : le journal d’Antonio Pigafetta, chroniqueur du voyage de Magellan ; les Colloques des simples et des drogues de l’Inde de Garcia da Orta, publiés à Goa en 1563 ; enfin les douze tomes du Hortus Malabaricus (publiés à Amsterdam entre 1678 et 1693), œuvre collective d’une équipe constituée de jardiniers, artistes et lettrés Indiens, de Luso-Indiens, de moines italiens et d’administrateurs néerlandais sous la direction de Hendrik Adriaan Van Reede, directeur des territoires sud-asiatiques de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales vers les années 1670. Nous allons poursuivre cette analyse en abordant les mondialisations suivantes au cours de l’année prochaine.

Publications

  • Relocating modem science : Circulation and the construction of scientific knowledge in South Asia and Europe, Seventeenth to Nineteenth Centuries, Delhi, Permanent Black, 2005.
  • « Surgeons, fakirs, merchants and craftsmen : Making L’Empereur’s Jardín in Early Modern South Asia », dans Colonial botany : Science, commerce, and politics in the Early Modern World, sous la dir. de L. Schiebinger et C. Swan, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2005, p. 252-269.

Kapil Raj, maître de conférences
Yves Cohen, directeur d’études

Savoirs, pratiques et objets : localités et circulations

3Durant cette troisième année de notre séminaire, nous avons eu l’occasion d’étendre le champ de nos réflexions sur la production des savoirs, des pratiques et des objets localement situés (en relation avec des processus de circulation régionale, coloniale, voire planétaire) à des conjonctures, périodes et institutions encore peu étudiées sous cet angle. En effet, au lieu de s’attacher au simple suivi des entités qui circulent dans le temps ou dans l’espace, nous nous proposions dans ce séminaire de saisir les circulations depuis les localités et réciproquement, les localités se définissant à travers ces circulations. Ainsi, après un résumé des conférences des années précédentes afin de mieux cerner les problématisations et acquis du séminaire, nous avons commencé l’année avec l’étude de la co-constitution de deux « localités » – l’Inde coloniale et la Grande-Bretagne émergente entre 1800 et 1850 – à la lumière d’un même processus de circulation des acteurs et de leurs savoirs et savoir-faire incorporés entre deux institutions cartographiques, le Survey of India et l’Ordnance Survey of Great Britain and Ireland (Kapil Raj). Ont suivi des présentations et discussions sur les tensions qui définissent la Compagnie de Jésus au XVIe siècle, institution à la fois romaine et mondiale (Antonella Romano) ; sur l’évolution du kabyle en France en rapport avec le kabyle de la Kabylie, les langues régionales européennes et la politique langagière de la Commission européenne (Nikola Tietze) ; sur l’émergence du modèle « toyotiste » non pas comme création purement endogène mais comme résultat de processus de circulation et de négociation notamment entre le Japon et les États-Unis (Sébastien Lechevalier). Yves Cohen a présenté ses études sur l’intense circulation de thématiques liées à la foule, aux masses et aux chefs durant la première moitié du XXe siècle. Ainsi, entre autres, Le Bon, Binet, Lénine et Plekhanov servent de repères mondiaux pour la formation de psychologies du leadership et aussi de théories du chef à disposition des mouvements ouvriers comme de l’édification de puissantes dictatures. Thomas Cayet a présenté sa recherche sur la formation d’une élite internationale de spécialistes du management scientifique durant l’entre-deux-guerres (en retour, les membres de cette élite acquièrent dans ces échanges internationaux un crédit qu’ils monnayent dans leur carrière nationale). L’année s’est conclue avec deux conférences données par Susan Solomon, directrice invitée à l’École, la première sur les difficultés d’exporter la géographie médicale allemande vers l’Union soviétique durant les années 1920 malgré une circulation féconde d’autres idées, théories et pratiques médicales entre les deux pays ; la seconde sur l’autocensure dans la manière dont la politique bolchevique fut présentée au public américain par les auteurs du rapport sur le système de santé publique soviétique et l’impact de celle-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kapil Raj et Yves Cohen, « Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 154-156.

Référence électronique

Kapil Raj et Yves Cohen, « Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17421

Haut de page

Auteurs

Kapil Raj

Articles du même auteur

Yves Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals