Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des Sciences de la Vie et de la Terre

Claudine Cohen
p. 158-159

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Cohen, maître de conférences

La trace, le fossile, la preuve : usages du « paradigme indiciaire » en paléontologie et en préhistoire

1Les stratégies d’enquête du paléontologue et du préhistorien s’apparentent à celles du détective : la fouille minutieuse, la reconstitution des espèces perdues, les tentatives pour identifier les intermédiaires et reconstituer le tissu complexe de l’histoire de la vie. Ces démarches particulières impliquent des modalités pratiques pour l’acquisition, l’authentification, la reconstitution des objets. Les techniques permettant de replacer le fragment au sein d’une totalité sont portées par des intentions théoriques et des contextes scientifiques et sociologiques qui se sont modifiés au cours de l’histoire du savoir paléontologhe. Stratégies Intellectuelles, procédures pratiques (fouille, reconstitution) cadres théoriques (théorie de l’organisme, théorie de l’évolution) stratégies rhétoriques (rhétorique de la narration, de l’image, de l’exhibition) ont une histoire, elles se sont transformées au cours du développement de ces disciplines.

2Mais c’est aussi en un sens plus littéral qu’on peut dire que le préhistorien et le paléontologue étudient des traces. La paléoichnologie, née au début du XIXe siècle aux États-Unis, est la science des empreintes animales fossiles : discipline annexe de la paléontologie, marginale à ses débuts, elle apporte aujourd’hui des renseignements essentiels sur l’apparence et le comportement des animaux disparus, sur leurs affinités évolutives, et sur les grandes étapes du développement du monde animal marquées par les transformations des modes de locomotion.

3L’ichnologie préhistorique, étude des empreintes humaines, livre les seules images vraies que nous ayons des hommes de la préhistoire. Tandis que le paléontologue n’a affaire qu’à des os desséchés, l’ichnologue distingue les formes du corps, les contours des pieds ou des mains, il voit en volume la réalité de l’individu ou de l’objet. Des techniques récentes de moulage et de relevé ont permis de recueillir ces empreintes dans les grottes, ou plus rarement dans des sites de plein air : elles nous font suivre le jeu d’un enfant dans les flaques, la démarche prudente d’un adolescent le long d’une paroi, la piste d’un groupe d’adultes arpentant le sol boueux, le geste d’une main appuyée dans la terre meuble. L’empreinte traduit la vie, elle trahit l’individu, elle est la trace même du mouvement.

4La tracéologie enfin, fondée au milieu du XXe siècle par le préhistorien russe Nikolaï Semenov (La technologie primitive paraît en 1956 en russe à Saint-Pétersbourg), allie systématiquement l’étude des traces lisibles sur les objets manufacturés ou utilisés par l’homme à la fabrication expérimentale des outils préhistoriques Outre la chaîne des gestes, des opérations cognitives et empiriques qui président à sa fabrication, l’objet est également étudié du point de vue de sa fonction et de son utilisation. L’étude des traces d’usure joue un rôle essentiel pour comprendre la fabrication et l’utilisation des objets. D’un autre côté, cette utilisation est testée par les préhistoriens, qui se trouvent conduits à se mettre dans les conditions mêmes de leur utilisation. L’ethnologie ajoute des éléments importants à cette étude. Ainsi, des enquêtes ethnographiques réalisées auprès des derniers tailleurs de pierre de Nouvelle-Guinée ont permis de décrire les gestes et les séquences d’opérations techniques qui président à la réalisation de leurs outils, ainsi que le contexte culturel de ces opérations.

5Les sciences des traces et des empreintes préhistoriques apparaissent dans leur principe et dans leurs méthodes comme des modèles pour comprendre les stratégies de preuve dans les disciplines qui procèdent par le déchiffrement et l’interprétation des vestiges anatomiques et biologiques des êtres éteints. Malgré leurs spécificités, elles illustrent de façon exemplaire les particularités et les difficultés méthodologiques des « sciences historiques de la nature » qui visent à la reconstitution du passé le plus lointain de l’homme et de la vie.

Publications

  • « Histoire de la paléoanthropologie », dans Manuel de paléontologie humaine, sous la dir. de J.-J. Hublin et B. Vandermeersch, Éd. du CTHS, 2004, I, p. 44-78.
  • « Balzac et l’invention du concept de milieu », dans Balzac géographe : Territoires, sous la dir. de P. Dufour et N. Mozet, Paris, Christian Pirot, 2004, p. 25-32.
  • « Le mammouth dans l’histoire », Dossiers de l’archéologie, mars 2004, p. 18-22.
  • « Fictions et récits de la préhistoire », dans Écrivains de la préhistoire, sous la dir. de A. Benhaïm et M. Lantelme, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004, p. 10-31.
  • « Homo prometheus : l’imaginaire prométhéen dans les représentations de la préhistoire », Communications, « L’Idéal prométhéen », 78, 2005, p. 175-187
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Cohen, « Histoire des Sciences de la Vie et de la Terre », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 158-159.

Référence électronique

Claudine Cohen, « Histoire des Sciences de la Vie et de la Terre », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17423

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals