Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire de la psychologie et de la psychopathologie

Jacqueline Carroy
p. 159-161

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacqueline Carroy, directrice d’études

La science des rêves au XIXe et XXe siècles : genèse et réception de l’interprétation des rêves en France

1Le séminaire de cette année a poursuivi des investigations historiques engagées depuis 2001 sur le thème de l’auto-observation et du savant rêveur, narrateur et théoricien de ses propres rêves, en s’attachant plus précisément à la naissance de la psychanalyse. On a replacé L’interprétation des rêves dans le fil de cette histoire, en faisant l’hypothèse que c’est en situant Freud dans son époque, et non en l’Isolant de celle-ci, que l’on peut saisir précisément son originalité. Dans cette perspective, plutôt que de parler en terme de précurseurs à propos des prédécesseurs ou des contemporains de Freud, il peut être plus fructueux de redonner à l’auteur de L’interprétation des rêves une posture de lecteur de la « science des rêves » de son temps, plus précisément française ou francophone, et de le faire par là même apparaître comme un héritier créateur.

2On a étudié ainsi comment il a lu, directement ou indirectement, les travaux de savants comme Maury ou Hervey de Saint Denys. On pourrait dire que Freud veut publier un livre qui remplace Le sommeil et les rêves de Maury et qui acquière de même un statut classique, en proposant, comme Maury, une théorie générale de l’évolution du psychisme, une méthode et une nouvelle anthologie onirique. Freud s’est du reste mis en scène comme rêvant à la place de Maury lorsqu’il a repris un rêve célèbre dans lequel le savant français se voyait jugé sous la Terreur puis guillotiné, en y interpolant ses propres rêveries et en transformant un rêve de terreur, au sens psychologique et historique de ce mot, en un rêve d’ambition. Freud a été fasciné par Hervey de Saint-Denys qui avait mis en exergue le fait que l’on pouvait développer une conscience de rêver et diriger ses rêves. On s’est demandé pourquoi, de façon non « freudienne » au regard des lectures dominantes qui sont faites actuellement de L’interprétation des rêves, Freud a maintenu, à l’instar d’Hervey de Saint-Denys, que « tout au long de notre état de sommeil nous savons que nous rêvons ».

3On s’est intéressé d’autre part à la réception de L’interprétation des rêves en France et dans les pays de langue française. Dès avant 1914, le livre a été assez tôt cité et recensé, souvent de façon conséquente et plutôt favorable. Il est apparu comme une synthèse et une somme importantes pour des auteurs comme Henri Bergson, Marcel Foucault ou Nicolas Vaschide. La principale critique faite à l’ouvrage concernait le rêve comme réalisation d’un souhait ou d’un désir : on se demandait si Freud avait eu raison de généraliser cette proposition. C’est sur ce point que s’affirmait un désaccord avec les premiers lecteurs de Freud qui se réclamaient du mouvement psychanalytique et qui publiaient des rêves interprétables en termes freudiens. La tradition de l’auto-observation des rêves s’est maintenue par ailleurs en dehors d’une allégeance affichée au freudisme. On a développé l’exemple de Maurice Halbwachs, qui note ses productions oniriques plus ou moins régulièrement jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et propose une théorie psychologique des rêves en terme de langage intérieur Inconscient présentée comme compatible avec celle de Freud.

4Au terme de cette enquête, on a pu proposer le tableau plus nuancé d’une genèse et d’une réception de L’interprétation des rêves qui ne se réduiraient ni à l’histoire d’une invention ex nihilo, ni à celle d’un fourvoiement irrémédiable.

5En avril 2005, Valeria Babini, professeur à l’Université de Bologne et invitée à l’École, a fait un exposé sur le « rêve à deux » chez Lasègue et Falret.

6Enfin, en mai 2005, Jean-Louis Fabiani et moi avons réuni nos séminaires pour trois séances. Prenant comme point de départ une enquête sur la classe de philosophie publiée par le journaliste Fernand Vanderem en 1894, nous nous sommes proposés d’analyser à nouveaux frais ce débat, qui eut lieu à un moment important de la redéfinition républicaine de l’enseignement dans les lycées et les collèges. Le projet était de susciter une dynamique collective : plusieurs intervenants, venus d’horizons de recherche différents, ont apporté des éclairages inédits sur la place de la philosophie dans la réorganisation disciplinaire à la fin du XIXe siècle (A.-M. Drouin, S. Dupouy, V. Guillin, D. Merllié, D. Ottavi, D. Ribard, N. Richard).

Publications

  • « L’étude de cas psychologique et psychanalytique (XIXe siècle-début du XXe siècle) », dans Penser par cas, sous la dir. de J.-C. Passeron et J. Revel, Paris, Éd. de l’EHESS (« Enquête », 4), 2005, p. 201-228.
  • « Magnétismes », Cosi fan tutte, Paris, Publications de l’Opéra national de Paris, 2005, p. 70-74.
  • Avec Ν. Edelman, Α. Ohayon et Ν. Richard, dir., Les femmes dans les sciences de l’homme (XIXe-XXe siècles). Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ?, Paris, Séli Arslan, 2005, 318 p.
  • Avec N. Richard, « Mathilde Frigard femme savante et criminelle. Lorsque l’histoire des sciences croise celle des faits divers », dans Les femmes dans les sciences de l’homme..., op. cit., p. 301-316.
  • Avec R. Plas, « La psychologie : science naturelle et science morale ? Lettres inédites de Théodule Ribot à Henri Piéron », Revue philosophique, 3, 2005, p. 335-356.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 159-161.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17424

Haut de page

Auteur

Jacqueline Carroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals