Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique

Éloi Ficquet
p. 170-171

Texte intégral

Éloi Ficquet, maître de conférences

1L’étude des constructions territoriales de l’État éthiopien contemporain a été poursuivie cette année. Après l’examen segment par segment des contours frontaliers, entamé l’an dernier, l’attention a porté sur les structures administratives successivement mises en place au cours du XXe siècle et sur l’évolution des techniques cartographiques qui ont servi à les représenter.

2Sous le règne de Menilek II (1889-1913), les limites du royaume chrétien d’Éthiopie ont été reconnues internationalement par une série de traités conclus entre 1889 et 1907 avec les puissances coloniales avoisinantes. Les batailles et les négociations engagées pour défendre l’unité et l’indépendance de la monarchie chrétienne ont impliqué une extension considérable de son aire de souveraineté. Les conquêtes poussées jusqu’aux confins ont été entreprises et gagnées avec le projet de reconstituer ce que l’historiographie récente a appelé la « Grande Éthiopie », c’est-à-dire le périmètre du royaume chrétien à son apogée au XVIe siècle, tel qu’il était remémoré, et même au-delà par une extrapolation vers des limites imaginaires très larges, du Nil à l’océan Indien. Les confrontations et les ajustements entre les avancées conquérantes des armées chrétiennes et les empiétements coloniaux ont progressivement dessiné un tracé frontalier, fixé sur des cartes, inscrit dans le paysage par des bornes.

3Dans cette enveloppe cartographiée par retouches successives, l’empire bâti par Menilek et ses généraux formait un ensemble disparate d’organisations territoriales. Ces territoires étaient taillés à la mesure des grands dignitaires qui en avaient la charge et qui percevaient un revenu fiscal. Leurs limites étaient de nature très variable, certaines très sédimentées, d’autres plus malléables. Une simplification usuelle rapporte ces frontières régionales à des isolats naturels, délimités par des fractures géographiques nettes (vallées fluviales et lignes de crête). Mais elles procédaient plutôt de la densité des moyens de contrôle que les délégués locaux du pouvoir royal, plus ou moins rivaux, pouvaient affecter au maintien de leurs autorités sur des zones d’insoumission relative – ou plutôt de soumission versatile. Les variations d’extension de ces zones interstitielles ne s’arrêtaient pas aux accidents du paysage, mais ces faits géographiques étaient conventionnellement retenus dans l’imaginaire collectif pour se représenter la configuration générale des territoires.

4L’exigence moderne de fixation graphique des tracés territoriaux s’est progressivement appliquée à l’intérieur du pays. Pour homogénéiser sa structure, notamment pour se substituer aux enchevêtrements des droits fonciers locaux, l’État éthiopien s’est équipé de règles administratives uniformes et hiérarchisées. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, on observe un processus rapide de cristallisation cartographique de la structure administrative territoriale à des échelles toujours plus précises. Mais les dynamiques économiques et politiques, au moteur des conflits frontaliers et des remaniements territoriaux, ont sans cesse rappelé que ces frontières, extérieures et intérieures, ne représentaient qu’un état provisoire des relations de pouvoir et que leur inscription sur des documents officiels ne pouvait suffire à les fixer.

5Pour nourrir ces analyses, le séminaire a accueilli les interventions de deux historiens de l’Éthiopie. Shiferaw Bekele, historien à l’Université d’Addis Abeba, a décrit le développement et le déclin du chemin de fer entre Djibouti et Addis Abeba et montré l’impact de ce moyen de transport dans l’évolution des dynamiques de construction territoriale. Alessandro Triulzi, professeur à l’Orientale de Naples, a interrogé la notion éthiopienne de périphérie, dar agär, à partir de son expérience d’historien ayant travaillé dans une région distante du centre national, mais elle-même organisée en cercles concentriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloi Ficquet, « Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 170-171.

Référence électronique

Éloi Ficquet, « Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17436

Haut de page

Auteur

Éloi Ficquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals