Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles

Patricia Sampaio Silva
p. 173-175

Texte intégral

Patricia Sampaio Silva, maîtresse de conférences

L’émergence du Brésil moderne. Les nouveaux mondes dans l’ère des États-nations

1Le séminaire a été organisé selon deux types de séances. Les premières ont été consacrées à l’étude des changements majeurs survenus dans la société brésilienne de 1870 à 1930. L’objectif recherché était de réaliser une mise à niveau sur l’histoire du Brésil pour des étudiants de niveaux très différents, tant en fonction de leurs disciplines d’études que de leurs degrés de formation (auditeurs libres, étudiants de DEA, doctorants). Le second type de séances fut consacré à la construction d’un terrain d’étude, situé dans les régions semi-arides, qui permette ensuite de procéder à l’articulation de ce local avec les transformations ayant lieu aux niveaux régional et national.

2Chacune de ces séances s’est appuyée à la fois sur l’analyse de sources et sur une bibliographie spécifique, de préférence des travaux les plus récents de l’historiographie brésilienne, laquelle privilégiait aussi une approche comparative. Un exposé d’environ trois-quarts d’heure en rapport avec la période ou les enjeux du thème amorçait le cours, puis revenait aux étudiants d’analyser les sources. Ce séminaire s’est donc organisé avant tout comme un espace de discussion visant également une relecture de certaines catégories couramment utilisées dans l’historiographie brésilienne. Nous avons ainsi pu nous interroger sur la dimension idéologique des études sur une forme de clientélisme de l’époque, le coronelisme, sur le fonctionnement du système politique ou sur la structure foncière.

3Nous avons tout d’abord abordé la guerre menée par le Brésil aux côtés de l’Argentine et l’Uruguay contre le Paraguay entre 1865 et 1870. Ce conflit, l’un des plus sanglants qui eut lieu en Amérique latine, marque en effet un tournant dans l’histoire de l’Empire brésilien. Après nous être intéressés aux principales transformations (processus d’urbanisation, abolition de l’esclavage, essor de la culture du café), nous nous sommes penchés sur la diffusion des idées scientifiques européennes et leur influence sur les écoles de droit. Il fut ensuite question du renversement de la monarchie et de l’instauration de la République en 1889, changement de régime qui plongeât le pays dans dix années de troubles, et des moyens mis en œuvre pour parvenir à la stabilisation du régime.

4Une attention particulière a été accordée à l’analyse de la réalité de l’armée, notamment les jeunes officiers scientifiques, les tenentes, qui furent à l’origine de la chute de l’Empire, et à l’examen d’une certaine idéologie militaire forgée au lendemain de la guerre du Paraguay. La compréhension du rôle que les jeunes officiers attribuent désormais à l’armée, c’est-à-dire d’assainir la vie publique et de se porter garante du bon fonctionnement des institutions brésiliennes, est donc indispensable pour donner sens à leurs révoltes et à leur mouvement, le tenentismo, particulièrement expressif durant cette première expérience républicaine. Le dernier point traité, avant de procéder à la construction d’un terrain d’étude, fut celui des changements majeurs survenus dans les années 1920 et qui annoncent la fin de la Première République.

5Il a été ensuite question de l’étude de cas de deux vastes communes rurales du semi-aride, région connue de nos jours sous le terme de Sertao. L’analyse des différentes définitions de ce terme, depuis le XVIIIe jusqu’au XXe siècle, a permis de dégager les enjeux d’une telle association, tandis que l’examen de la particularité de la structure foncière de ces régions a conduit à complexifier notre regard sur le monde rural brésilien, le désenclavant d’un modèle commun, l’existence Inconditionnelle du latifundium. L’attention accordée à l’économie des patronymes, prénoms et surnoms, a permis de mettre en évidence l’écheveau complexe des relations sociales. Et un regard attentif a été également porté tant sur la place pour le moins ambiguë des femmes que sur la notion de vergonha (vergogne, honte) censée orienter les rapports sociaux, y compris lors des manifestations de violence.

6À partir de l’action ordinaire de ses membres, il nous donc a été possible de reconstituer un monde aux hiérarchies imbriquées, au sein duquel la mobilité demeurait malgré tout envisageable. Passant de l’« histoire au village » à l’« histoire des villages », nous avons entamé l’analyse de l’imbrication des espaces, rural et urbain, laïc et religieux, moderne et traditionnel. La prise en compte des traces, parfois infimes, laissées par les individus de cette société et la mise en rapport du collectif et du singulier ont permis une lecture nouvelle des méthodes historiographiques et l’établissement d’un dialogue avec les autres disciplines.

7Ce dialogue s’est prolongé hors du séminaire et a fourni matière à une intervention lors d’un séminaire coordonné par Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin sur les expériences du passé, dans le cadre de l’enseignement des médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Sampaio Silva, « Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 173-175.

Référence électronique

Patricia Sampaio Silva, « Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17439

Haut de page

Auteur

Patricia Sampaio Silva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals