Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson et Anne Rasmussen
p. 265-267

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson, directeurs d’études avec Anne Rasmussen, maître de conférences à l’Université Strasbourg-I

Atelier d’histoire : comment on écrit l’histoire de la Grande Guerre

1Cette année universitaire a été l’occasion d’un changement de formule pour ce séminaire consacré depuis plusieurs années à l’histoire de la Grande Guerre. On a souhaité lui donner une dimension plus expérimentale en accueillant de façon privilégiée en son sein, pour les discuter, des travaux en cours émanant principalement de jeunes chercheurs, ou d’historiens et d’historiennes plus confirmés, mais engagés dans des champs d’études nouveaux. Ce caractère plus « pratique », qui passait notamment par l’étude plus immédiate de sources, a orienté le séminaire vers la forme d’un atelier qu’on envisage de lui conserver dans les années à venir.

2S’ouvrant au moment même de la publication d’une importante Encyclopédie de la Grande Guerre (Bayard, 2004), dirigée par Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker, et à laquelle avaient contribué plusieurs participants du séminaire, celui-ci a débuté avec une discussion de cet ouvrage.

3On a pu revenir à cette occasion sur les acquis de l’« historiographie de l’Historial de Péronne », en discuter les apports, faire état des limites et des nouveaux territoires qui restent à conquérir.

4La deuxième séance du séminaire s’est arrêtée sur la question des modalités de la représentation de la guerre par le biais de l’étude d’images et de mots engendrés par le conflit, voire celle de l’agencement des uns et des autres. Stéphane Audoin-Rouzeau a ainsi présenté les dessins du soldat Gaston Lavy, dont il a publié le journal (Un de la territoriale, Larousse, 2004). Odile Roynette (Université de Besançon) est revenue sur son ouvrage Les mots de la guerre (Belin, 2004) où elle a rassemblé tout un vocabulaire propre au monde des soldats. Christophe Prochasson a étudié pour sa part le rôle des grammairiens et lexicographes dans l’invention d’une « langue du feu », les discussions engendrées durant la guerre par une telle proposition et les relations entre l’expérience du feu et les positions occupées durant ces controverses épistémologiques.

5Le troisième moment du séminaire, animé par Anne Rasmussen, a permis de présenter des travaux en cours sur les pratiques et discours médicaux confrontés au temps de l’urgence de guerre. Christine Debue-Barazer et Sébastien Perrolat (Université de Poitiers) ont consacré leur communication à l’étude d’un important corpus de photographies déposé dans les archives du Val-de-Grâce. L’objectif de cette séance était de revisiter la relation « guerre et médecine » en questionnant le cadre analytique venu de l’histoire anglo-saxonne, autour des processus de militarisation et de médicalisation.

6On a pu parfois relever non sans raison que l’histoire culturelle de la Grande Guerre avait par trop laissé à l’écart une histoire militaire démonétisée par des approches culturalistes qui s’intéressaient plus aux effets ou aux formes symboliques de la guerre qu’aux institutions et aux cadres « durs » du combat. Olivier Cosson, Anne Duménil (Université de Picardie) et Emmanuel Saint-Fuscien ont fait état des renouveaux que l’histoire culturelle avait apportés à l’histoire militaire. Ces trois jeunes chercheurs ont montré dans la présentation de leurs travaux (anticipations des formes de combat pour Cosson, armée allemande pour Duménil, étude de la discipline militaire française pour Saint-Fuscien) qu’histoire culturelle et histoire militaire ne s’opposaient en rien et avaient l’une et l’autre profit à se féconder.

7Une séance du séminaire a été consacrée à la transformation des identités féminine et masculine dans la guerre. Clémentine Vidal-Naquet est partie de l’étude de la loi de 1915 instituant en France le mariage par procuration pour s’interroger sur la manière dont le conflit travaille le couple et l’intimité, par le déplacement des frontières public-privé. Ruth Amossy (Université de Tel Aviv) a présenté une recherche en cours dans laquelle elle étudie au plus près les récits et témoignages d’Infirmières à l’aide d’outils sémiologiques et par l’étude des procédés de discours. On est revenu à cette occasion sur le statut du texte chez les historiens et sur la question controversée du témoignage. On a aussi pu entendre lors de cette séance un exposé de Maddalena Carli (Université de Teramo, Italie) centré sur les représentations de la Grande Guerre dans les expositions fascistes.

8La dernière séance a été confiée à Elizabeth Fordham et Galit Hadad (Université de Tel Aviv) qui l’une et l’autre ont traité de la question des intellectuels pendant la Grande Guerre. La première a rouvert le dossier de la mobilisation des élites culturelles des années 1910, en étudiant notamment le rôle qu’eurent Henri Massis et Alfred de Tarde, auteurs sous le pseudonyme d’Agathon d’une enquête à succès Intitulée Les jeunes gens d’aujourd’hui, dans l’adhésion aux valeurs guerrières de la jeunesse Intellectuelle. À l’Inverse, Galit Hadad s’est attachée au discours pacifiste, sensibilité que l’histoire culturelle de la Grande Guerre n’a sans doute pas suffisamment prise en compte. La séance a notamment permis une lecture à nouveaux frais des deux notions, « mobilisation » et « pacifisme », à la lumière de la « culture de guerre » qui déplace les filtres interprétatifs militaire et politique portés par le langage lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 265-267.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17493

Haut de page

Auteurs

Stéphane Audoin-Rouzeau

Articles du même auteur

Christophe Prochasson

Articles du même auteur

Anne Rasmussen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals