Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen

Paolo Odorico
p. 280-282

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

Lectures horizontales dans la production littéraire à Byzance

1Dans l’appréciation de la littérature byzantine, les chercheurs ont toujours privilégié la méthode philologique et mis en valeur la tradition littéraire ancienne. Toutefois, utilisant les méthodes de la sociologie de la littérature, il convient d’analyser le pourquoi de la production : quelles sont les raisons qui ont déterminé l’écriture ? Quel poids a exercé le public sur les formes de la composition ? Sommes-nous à même d’identifier les circuits des lecteurs ? Pour étudier le chemin du patronage aux lecteurs, nous avons considéré des branches littéraires hétéroclites : la production juridique, les visions sur l’au-delà, les compositions poétiques et la production historiographique.

1) L’historiographie

  1. Les comptes rendus de Jean Caminiatès, d’Eustathe et de Jean Anagnostès relatifs aux trois prises de Thessalonique ont toujours été considérés comme des chroniques ; cependant chaque texte est déterminé par les avantages que l’auteur veut tirer de son œuvre : la liberté de l’esclavage (Caminiatès), l’autodéfense face aux accusations de collaboration avec l’ennemi (Eustathe), la défense de la gestion de la société par l’Église (Anagnostès).
  2. « La construction du personnage dans la chronique de Georges le Moine » par H. A. Théologitis, ATER.

2Après un examen rapide des débats théoriques sur l’histoire autant que témoin d’une réalité extérieure, mais aussi autant que narration qui utilise les ressorts de la fiction, nous avons avéré l’existence de cette duplicité auprès des historiens byzantins. Nous avons examiné les préambules des diverses œuvres historiographiques, et constaté que le récit historiographique byzantin, soumis à des traitements littéraires, utilise les ressorts de la rhétorique tout en opérant des choix narratifs et stylistiques et obéissant à une réalité intratextuelle et générique. Nous avons examiné la narration sur Alexandre le Grand par George le Moine, pour conclure que le récit de vie d’Alexandre constitue une mise en intrigue ciblée, une construction consciente de la mémoire historique. L’objectif de l’auteur, en accord avec ses déclarations de principe, est de composer un récit qui puisse véhiculer une réalité édifiante, en ayant recours à des éléments sélectionnés à partir des sources non seulement historiographiques mais aussi littéraires (notamment au Roman d’Alexandre), assemblés par la suite dans une mise en intrigue vectorielle et opérationnelle dans le but de structurer le récit en tant qu’un tout signifiant édificateur.

2) Littérature juridique

3« Réalités juridiques byzantines du XIIIe au XVe siècle : de la dégradation des structures étatiques à l’établissement d’une juridiction ecclésiastique en matière civile ou bien un renouveau juridique à réévaluer ? » par C. Pitsakis, professeur à l’Université de Thrace.

4Après la prise de Constantinople par les croisés en 1204 et sa reprise en 1261, Byzance n’était plus l’Empire de jadis, malgré les efforts pour maintenir ses apparences formelles. La décomposition de l’État, les invasions étrangères, les guerres civiles, la diminution de son territoire, les crises économiques et sociales se reflètent dans une dégradation progressive des structures étatiques. Généralement on pense que l’Église, moins influencée par ces facteurs, a réussi à se substituer aux instances civiles défaillantes, en s’appropriant parfois l’Initiative législative. Cependant, nous avons une série de projets impériaux de réforme judiciaire, comme l’institution des « juges généraux des Romains », qui pourraient être considérés comme une institution parallèle voire rivale à la juridiction ecclésiastique. En outre, depuis la fin du XIIIe siècle se manifeste une activité importante de rédaction de manuels juridiques, véritables « codifications » privées : s’agirait-il simplement d’une production visant à procurer aux instances de ces nouvelles juridictions ecclésiastiques civiles des instruments commodes de travail, ou bien d’un véritable renouveau juridique ?

3) Les visions de l’au-delà

5« Le regard sur l’avenir à Byzance », par P. Magdalino, professeur à l’Université St. Andrews.

6Les cours ont esquissé les phénomènes fort importants mais assez négligés de la prédiction de l’avenir à Byzance. Sans négliger le pronostic « scientifique » des astrologues, et les diverses formes de divination primitive, l’enquête a principalement porté sur la prophétie orale et écrite. Elle a d’abord considéré la question des sources, en constatant la distinction fondamentale entre textes prophétiques et mentions de prophéties dans les œuvres littéraires, surtout récits hagiographiques et historiques. Nous avons examiné la relation entre prophétie byzantine et traditions antiques, notamment l’Ancien Testament et les apocryphes juifs, et la tradition des oracles païens, consciemment remplacée par le charisme prophétique des saints. Après nous être penchés sur la prophétie apocalyptique, nous avons abordé le thème de la prophétie byzantine : les prédictions concernant les changements politiques, la mort et la succession des empereurs, ainsi que la problématique de l’identité des prophètes et de leur fonction sociale : dans quelle mesure peut-on comprendre la réalité de ces personnages, et saisir le rapport entre prophétie orale et prophétie écrite dans une littérature où les récits de prophéties répondent toujours à des fins et des conventions littéraires ?

4) La poésie

7« La poésie byzantine et ses fonctions dans la société » par W. Hörandner, professeur à l’Université de Vienne.

8Nous avons présenté le sujet selon les axes suivants : a) De nouvelles formes pour des contenus et des fonctions nouvelles. Dans les discussions des dernières décennies, on a toujours observé une relation étroite entre la formation de nouvelles formes métriques et les fonctions de la production poétique dans une société en transformation. Dans ce sens, nous avons étudié l’hymno-graphie, la naissance du vers politique et le caractère double du trimètre iambique ancien devenu dodécasyllabe byzantin ; b) L’épigramme byzantine. À l’origine, toutes les épigrammes avaient une fonction bien définie. Dans beaucoup de cas on ne peut plus distinguer cette fonction avec certitude. Or, il y a un nombre remarquable de pièces qui se trouvent encore inscrites sur les objets pour lesquelles elles ont été composées ; c) Théodore Prodrome et la poésie aulique. Présentation d’un représentant typique de la poésie aulique : sa position à la Cour et les circonstances de sa vie ; d) Un poème véhicule d’opinions déviantes. À l’exemple du poème sur la construction du monastère du Pantokrator à Constantinople on a montré comment dans un poème les accents peuvent s’éloigner discrètement de la version officielle.

Publications

  • « Gli gnomologi greci sacro-profani. Una presentazione », dans Aspetti di letteratura gnomica nel mondo antico, t. 2, sous la dir. de M. S. Funghi, Florence, Leo S. Olschki editore, 2004, p. 61-96.
  • « Gli “avatars” degli specula principis : ideologia imperiale tra Bisanzio e l’Occidente », dans La formazione del principe in Europa dal Quattrocento al Seicento. Un tema al crocevia di diverse storie, sous la dir. de P. Carile, Rome, Aracne, 2004, p. 27-37.
  • « La pesanteur des mots. À propos des traductions du Digénis Akritas », dans Les Akrites de l’Europe, 6 vol., sous la dir. de H. Ahrweiler, t. 2 : Les mythes et les légendes que partagent les peuples de l’Europe. Actes du colloque organisé par l’Université de l’Europe à Paris le 21 mars 2003, Université de l’Europe, 2004, p. 35-43
  • « L’unicité du héros : le Digénis Akritas », SO DEBATE, Symbolae Osloenses, 79, 2004, p. 74-77.
  • « Habiller le prince. Vêtements et couleurs à la cour de Byzance », dans Comunicare e significare nell’alto meioevo. 15-20 aprile 2004 [Settimana di studio della fondazione Centro italiano di studi sull’alto medioevo LII], Spoleto, Presso la sede della fondazione, 2005, p. 1013-1058.
  • « Aper eisin pseydea : les images des héros de l’Antiquité dans le Digénis Akritas », dans La réception de l’Antiquité dans le roman byzantin et néo-hellénique (en grec), sous la dir. de St. Kaklamanis et M. Paschalis, Athènes, Stigmè, 2005, p. 31-47.
  • Jean Caminiatès, Eustathe de Thessalonique, Jean Anagnostès : Thessalonique. Chroniques d’une ville prise, textes présentés et traduits du grec par P. Odorico, Toulouse, Anacharsis, 2005, 302 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 280-282.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17504

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals