Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Georges B. Dertilis
p. 283-285

Texte intégral

Georges B. Dertilis, directeur d’études

1. Formation de l’État et acteurs sociaux : Grèce, 1830-1990

1Nous avons résumé cette année la réflexion des années précédentes sur la formation, la légitimation et l’évolution de l’État grec moderne, en insistant sur quelques interprétations possibles de ce processus.

  1. L’Etat grec, construction « ex nihilo ». Structures et réseaux de pouvoir au XVIIIe siècle : l’État ottoman et les Institutions locales ethno-religieuses. Restructuration du pouvoir après l’Indépendance. Construction des nouvelles institutions étatiques. Recentrage des réseaux sociaux et d’un « plexus de pouvoir » autour de l’État en formation. La légitimation, condition sine qua non pour la survie de l’État et du plexus de pouvoir.
  2. La légitimation de l’État par le nationalisme (sujet à reprendre en 2005-2006). Identité nationale, identification à l’antiquité, continuité historique. Nationalisme, irrédentisme et surenchères populistes. Dépenses militaires et surendettement : une continuité de cent soixante-dix ans.
  3. La légitimation par le réformisme démocratique et parlementaire. La petite propriété paysanne et la grande propriété moribonde. L’instauration précoce du régime démocratique parlementaire. Les grandes réformes pro-paysannes : distribution des terres ; réforme fiscale ; réforme du système de crédit agricole et populaire. Paysans, marchands, prêteurs d’argent : un compromis social. Les couches urbaines défavorisées et contestataires, source potentielle de révolte, cible privilégiée du populisme et des idéologies fascisantes du XXe siècle.
  4. La légitimation par le populisme. Le clientélisme, le pouvoir, l’État. Réseaux politico-étatiques et réseaux civiques, infiltrations réciproques. L’enchevêtrement entre l’État et la « société civile » et les restructurations du plexus de pouvoir. Les revendications sociales neutralisées par le clientélisme, un consensus partiel et partisan et les compromis sociaux qui en résultent.
  5. Conflits sociaux et soupapes de sécurité. Émigration, mobilité sociale, mentalités d’ascension sociale. Migrations de masse et migrations d’élite, une distinction essentielle.
  6. Transgresser les frontières, neutraliser le pouvoir de l’État. La diaspora de la période ottomane : marchands, prêteurs d’argent, banquiers et armateurs, organisation en réseaux ethno-religieux et familiaux. Les entrepreneurs et les armateurs grecs de l’Empire ottoman et de la diaspora face à l’État nouveau : Identité nationale et cosmopolitisme. Une marine marchande « ethnique » à la première place mondiale. Réseaux fondés sur la famille et l’origine ethnique. Flexibilité et adaptabilité, mobilité spatiale, économique et sociale, partage des informations et des risques : des avantages comparatifs ? Précapitalisme archaïque, capitalisme libéral moderne ou capitalisme néolibéral postmoderne ?

2Deux séances du séminaire ont été dirigées par nos invités, qui ont présenté les thèmes suivants sur la légitimation de l’État. Marilise Mitsou, Université de Munich : « De l’État-nain à l’Empire grec : visions politiques au lendemain de la révolution grecque ». St. Pesmazoglou (Université Panteion, Athènes) : « Aspects du fondement mythologique de l’État grec moderne ».

3Le séminaire se poursuivra en 2005-2006 avec Yannis Tsiomis.

2. Les nouveaux États méditerranéens (avec Maurice Aymard, directeur d’études et Gilles Pécout, professeur à l’ENS)

4Cf. le compte rendu de M. Aymard.

Séminaire d’Athènes de l’EHESS

5Ce séminaire est une activité parallèle de la direction d’études sur la Grèce moderne et contemporaine. Sous l’égide de l’ambassade de France à Athènes et des ministères de la Culture et de l’Éducation nationale de Grèce, ce séminaire bimensuel est organisé conjointement avec les Archives historiques de l’Université d’Athènes et l’Institut français d’Athènes. L’objectif est d’inviter chaque année six enseignants de l’EHESS à présenter leurs travaux autour d’un thème. « Sources, témoins, mémoire et histoire » fut le thème des années 2002-2003 et 2003-2004. « Immigration, émigration et mouvement de populations » fut le thème de l’année 2004-2005.

Publications

  • Histoire de l’État grec [Historia tou hellinikou kratous], 1830-1920, 2 vol., i-xvii p. + 1108 p. (avec 141 tableaux et 34 graphiques) + 80 p. d’illustrations hors texte, 1re éd. : Athènes, Banque nationale de Grèce, Programme de recherches, 2004 ; 3e éd. révisée : Athènes, Hestia, 2005.
  • « Silences, fixations et modes dans l’historiographie de la Grèce moderne », Colloque L’historiographie de la Grèce moderne et contemporaine, 1833-2002, novembre 2002, Centre national de recherches, Athènes, Acta, vol. 1, 2005, p. 275-281.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges B. Dertilis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 283-285.

Référence électronique

Georges B. Dertilis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17506

Haut de page

Auteur

Georges B. Dertilis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals