Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 304-305

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance historique : Marx et Heidegger

1L’étude comparative des philosophies de l’histoire de Marx et de Heidegger devait permettre de pointer un certain nombre d’homologies structurelles susceptibles d’éclairer les rapprochements, plus ou moins explicites, effectués par différents auteurs contemporains, essentiellement français, se référant en même temps aux acquis de la linguistique et de la psychanalyse. Pressenti par Eric Voegelin, ce phénomène de convergence a fait l’objet d’un examen approfondi dans l’ouvrage récent de Heinz-Dieter Kittsteiner, Mit Marx für Heidegger, mit Heidegger für Marx (traduction française à paraître aux éditions du Cerf), qui dégage la trame commune, d’inspiration gnostique, sur laquelle reposent les conceptions également totalisantes, quoique politiquement antagonistes, des deux penseurs de l’histoire les plus Influents de notre époque. En effet, le terme de gnose ou de gnosticisme désigne l’approche spéculative du mouvement historique en tant que tel, dont Hans Jonas s’est efforcé de circonscrire, au-delà des métaphores foisonnantes et des mythologies éclectiques, les principaux moments structurants : théologique, cosmologique, anthropologique, eschatologique. Selon cette séquence constitutive, la divinité originaire, assimilée à la puissance Infinie du négatif, voit surgir en son sein le pouvoir démiurgique d’un créateur du monde, qui assujettit l’homme à la positivité aliénante des choses, jusqu’à ce qu’un dieu rédempteur le délivre de ce mirage néfaste et rétablisse la plénitude négative des origines. Il est aisé de reconnaître le même enchaînement « historial » (ou plutôt « destinal », geschicklich) chez Heidegger, pour qui la dynamique négative de l’Être (Seyn=Nichts, das nichtet) se fige dans la représentation métaphysique des Étants (le Gestell), qui condamne l’homme à « l’oubli de l’être », synonyme d’un « déclin » inexorable, mais débouchant « lorsque le péril est à son comble » (Hölderlin) sur l’avènement salvateur (Ereignis) du « tournant » (Wende, Kehre), tandis que chez Marx, la dialectique du travail et du capital, inhérente à la propriété privée, engendre l’aliénation symétrique de l’ouvrier et du capitaliste, en attendant que la négativité radicale Incarnée par le dénuement matériel et moral du prolétariat déclenche la révolution rédemptrice. Dans l’un et l’autre cas, c’est la catastrophe, au sens littéral de « retournement », qui marque la fin des illusions démiurgiques et libère l’Être des entraves qu’il s’est lui-même infligées. La lecture parallèle d’écrits heideggeriens de la seconde période (dont les textes réunis sous le titre « Histoire de l’être », ainsi que la conférence de juin 1945 intitulée « Pauvreté ») et des manuscrits parisiens de Marx a servi à étayer l’hypothèse de départ et donné lieu à des interrogations sur le rôle des philosophies de l’histoire dans les stratégies de légitimation de la science historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 304-305.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17521

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals