Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire de l’Espagne

Bernard Vincent
p. 307-308

Texte intégral

Bernard Vincent, directeur d’études

Les minorités dans l’Empire espagnol à l’époque moderne

1Au cours de cette année il nous a semblé important d’accorder une attention particulière aux communautés de Noirs dans l’espace Ibérique entre le XVe et le XIXe siècle. Jamais celles-ci n’avalent été étudiées en tant que minorité or elles occupent de ce point de vue une place remarquable.

2Elles font l’objet d’une discrimination de la part de toutes les autres communautés ce qui permet de poser la question des expressions d’un racisme que la recherche a d’ordinaire nié ou esquivé mais aussi de politiques visant à mieux les intégrer. Ces dernières sont à l’œuvre principalement à travers la constitution de confréries dont nous connaissons désormais assez bien les lieux d’implantation et les activités et trouvent de très riches traductions dans les arts et les lettres, principalement dans le théâtre à travers les comedias de santos. En effet alors que le théâtre du Siècle d’Or est peuplé de domestiques et d’esclaves noirs suscitant par leurs manières et leur langage l’hilarité des spectateurs, des saints noirs (Benoît de Palerme, Antoine de Noto, Moïse) sont parallèlement les héros d’œuvres édifiantes. Ces comedias ont contribué à la diffusion des dévotions aux saints noirs qui a concerné l’ensemble de deux empires espagnol et portugais, diffusion dont les confréries ont été un vecteur essentiel. C’est pourquoi nous nous sommes engagés avec d’autres chercheurs français, brésiliens, costariciens, mexicains dans une enquête sur le culte de saints noirs dans le monde.

3Nous n’avons pour autant pas oublié le dossier des relations de la chrétienté et de l’islam dans le monde méditerranéen d’Ancien Régime. Et sous diverses formes en profitant du concours permanent au séminaire de Wolfgang Kaiser, professeur à l’Université de Paris.

4Avec lui nous nous sommes intéressés à l’économie de la rançon des captifs et à ses diverses modalités. Ce thème fera l’objet d’une étude approfondie l’année prochaine. En outre les travaux récents, d’Anne Brogini, et en particulier sa thèse « Malte, frontière de chrétienté (1530-1670) » ont montré la nécessité d’étudier la présence de l’islam dans l’ensemble de l’espace sous contrôle de la monarchie catholique, concrètement de Malte aux Canaries. Dans cette perspective nous avons constaté que par exemple l’Inquisition n’a cessé, contrairement à ce que l’on a dit, de porter son attention par divers biais à toutes les catégories de « mahométanisants ».

5Miguel Angel de Bunes qui dirige l’équipe de chercheurs appartenant au Consejo Superior de Investigaciones Históricas et partenaire de notre enquête sur l’Afrique du Nord espagnole a fait un exposé sur les princes musulmans convertis au christianisme dans l’Espagne des XVe-XVIIIe siècles et Pascual Martínez Sopena (Université de Valladolid) a présenté son dossier sur « les francos » dans l’Espagne médiévale.

Publications

  • « La sociedad », dans Tiempos del Quijote, A. Feras et J. E. Gelabert (éd.), Madrid, 2004, p. 279-307.
  • Avec J.-R Dedieu, éd., L’Espagne, l’État, les Lumières, Mélanges en l’honneur de Didier Ozanam, Madrid-Bordeaux, Casa de Velasquez, 2004, 324 p. Avant-propos de B. Vincent.
  • Préface à J. A. Martinez, Prisioneros de los infieles, Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos XVI-XVII), Barcelone, Belleterra, 2004.
  • Préface à M. E. Perry, The Handless maiden, Moriscos and the politics of religion in Early Modern Spain, Princeton, Princeton University Press, 2005.
  • Préface à I. Olagüe, La Revolución Islámica en Occidente, Cordoue, Plurabelle, 2004, p. 15-19.
  • « O legado historiográfico de Pierre Vilar », Ler história, 47, ISCTE-Lisbonne, 2004, p. 237-239.
  • « L’Islam en Espagne à l’Époque moderne », dans Identité périphériques, Péninsules ibériques, Méditerranées, Amérique latine, M.-L. Copete et P. Caplan (éd.), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 41-52.
  • « Pauvreté, marginalité et dépendance dans le Royaume de Grenade (XVIe-XVIIIe siècles) », dans La historia del Reino de Granada e debate : viejos y nuevos temas. Perspectivas de estudio, M. Barrios Aguilera et A. Sanchez (éd.), Malaga, Diputación de Malaga, 2004, p. 473-484.
  • « Les migrations morisques », dans La inmigración en España, A. Eiras Roel, Université de Saint-Jacques de Compostene, 2004, p. 19-30.
  • « Représentations du noir dans la péninsule Ibérique XVe-XVIIe siècles », dans Rencontres et construction des identités, Espagne et Amérique latine, J. Soubeyroux (éd.), Presses universitaires de Saint-Étienne, 2004, p. 33-41.
  • « Granada tras la reconquista », dans Los Reyes Catolicos y Granada, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2004, p. 127-136.
  • « Baptêmes, prénoms et parrainage à Mojácar (XVIe-XVIIIe siècles) », dans Homenaje à Carlos Serrano, t. 1, Paris, 2005, p. 61-68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 307-308.

Référence électronique

Bernard Vincent, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17524

Haut de page

Auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals