Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales

Jacques Chiffoleau
p. 325-327

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jacques Chiffoleau, directeur d’études

1. Recherches sur la rébellion et l’obéissance (à Lyon)

1L’enquête, commencée l’an dernier, s’est poursuivie selon la même méthode, très simple, qui consiste, dans un premier temps, et de façon extensive, en un repérage des deux ensembles lexicaux formés autour de la rebellio et de l’obedientia dans les sources doctrinales, normatives ou narratives, du haut Moyen Âge au XVe siècle. Puis, dans un second temps, une fois réduit le champ de l’enquête à un type de sources ou à un arc chronologique précis, dans une recherche plus fine et qualitative sur le sens et les usages de ces deux notions, impliquant évidemment une contextualisation de leurs emplois. Après les sources monastiques, qui nous avaient surtout retenus en 2003-2004, et qui nous avaient permis de relire de façon critique certaines analyses de Foucault, ont été examinées cette année d’une part quelques sources narratives des XIe-XIIe siècle (françaises, anglaises et italiennes), où les références aux rebelles et à la rébellion paraissent venir tout droit des livres historiques de l’Ancien Testament, d’autre part aux collections canoniques et aux sources normatives en général, où s’impose le modèle de l’obéissance monastique. Jusqu’au XIe siècle, les deux notions se présentent rarement comme des antonymes, même si elles paraissent se rapprocher dans certains textes de combat pendant la réforme grégorienne (libelli de lite, préambules des lettres pontificales, etc.). La recherche sur ce terrain est à peine commencée et devrait se poursuivre l’an prochain selon un programme que le directeur d’études a présenté lors d’une conférence qui a eu lieu à l’Université de Montpellier en novembre 2004. La seconde partie du séminaire, après un saut chronologique de deux siècles permettant de mieux marquer les écarts, a porté sur une période très différente, de la fin du XIIIe siècle au début du XVe siècle, où l’obéissance apparaît désormais clairement comme une valeur politique majeure et où la rébellion, devenue son exact contraire, se transforme, pour la première fois, en une qualification juridique essentielle, rapprochée de la lèse-majesté. Plusieurs séances ont alors été consacrées à l’examen des deux grandes constitutions d’Henri VII (Quis sint rebelles et ad reprimandum) qui, en 1313, imposent cette assimilation et surtout aux très longs commentaires que Bartole en donne, où s’esquissent à la fois une psychologie du rebelle et une « mystique de l’obéissance » (Mario Sbriccoli), puisque – c’est la grande nouveauté – le for interne est aussi mobilisé, selon des modalités que l’on a commencé d’explorer, dans la construction de ce nouveau lien de pouvoir. Comme chaque année, les membres du séminaire ont activement participé à cette réflexion collective. Clément Lenoble et Pascal Mergey (doctorants Lyon-II) ont proposé, pour le premier, une analyse du rôle de l’obéissance dans les sources normatives franciscaines, et, pour le second, un examen des références à l’obéissance et à la rébellion dans l’ensemble de la documentation judiciaire concernant Gilles de Rais. Marcelo Candido da Silva (Université de São Paulo, professeur invité par l’ENS) a présenté ses recherches récentes sur les pauvres et l’économie morale dans les capitulaires carolingiens. Enfin, à cette recherche principale, s’est ajoutée, au cours de l’année, l’organisation d’une table ronde, en collaboration avec Nicole Bériou (Université Lyon-II-Institut universitaire de France), pour la préparation d’un livre collectif sur l’économie des ordres mendiants dans les derniers siècles du Moyen Âge.

2. La procédure ordinaire et l’enquête, du XIIe au XVe siècle (à Paris)

2Contrastant avec notre travail de l’an dernier, qui avait consisté surtout dans l’analyse des sources doctrinales – principalement italiennes et françaises – de l’histoire de la procédure (ordines, sommes, tractatus de maleficiis, etc.), nous avons repris cette année l’analyse de dossiers documentaires portant sur des casus précis et l’étude d’actes de la pratique. Le but, toutefois, était bien le même : tenter d’éclairer à nouveaux frais les conditions, techniques et politiques, du développement du mode inquisitoire dans les derniers siècles du Moyen Âge et la signification du recours à l’extraordinaire. L’analyse des traditions documentaires nous a d’abord conduit à nous Intéresser aux collections de copies de grands procès politiques français constituées par Dupuy et Godefroy dans la première moitié du XVIIe siècle. Elles comptent, significativement, de nombreuses causes célèbres des XIVe et XVe siècles, qui doivent retenir notre attention dans les années à venir car elles ont toutes en commun de s’intéresser au crime de majesté (des Templiers à Pierre de Craon, en passant par Robert d’Artois, Enguerrand de Marigny, Jourdain de l’Isle, Olivier de Clisson ou les séditieux de Montpellier, de Charles de Lorraine à Dunois, en passant par Gilles de Rais, Jeanne d’Arc, Jacques Coeur, Jean et René d’Alençon ou Louis de Luxembourg). Plusieurs séances ont été ensuite consacrées au procès célèbre lancé en 1313 par l’empereur Henri VII contre Robert d’Anjou, le roi de Naples soutenu par le pape, où des inventions essentielles voient le jour (concernant notamment la procédure sommaire), en même temps que se développent des formes nouvelles de publicisation liées au débat judiciaire lui-même. Par contraste, nous avons cherché ensuite à comprendre le fonctionnement d’une procédure criminelle ordinaire, au sein même de la cour pontificale, en étudiant, lors de plusieurs séminaires, les actes très abondants du procès mené par un juge éminent de la curie avignonnaise dans les années 1330, Guillaume Lombard, contre un meurtrier florentin, Lorenzo Burbassi. L’apport des participants au séminaire à cette enquête collective a été, comme chaque année, essentiel : Jean-Patrice Boudet (Université d’Orléans) a présenté le dossier des procès pour magie à Paris à la fin du XIVe siècle, Sylvain Parent (doctorant Lyon-II) s’est intéressé à la publicisation des procédures lancées par Jean XXII contre les Visconti et les gibelins italiens, Hélène Fernandez (doctorante, ENS), dans la ligne de nos recherches sur les collections du XVIIe siècle, a bien voulu nous présenter le cas du procès Cinq Mars/de Thou. Massimo Vallerani (directeur d’études invité, Université de Turin) est revenu sur les conflits procéduraux et les stratégies politiques dans les procès inquisitoriaux des cours italiennes (fin XIIIe-début XIVe siècle) et Mario Sbriccoli (directeur d’études invité, Université de Macerata) a présenté ses thèses sur le développement du « pénal hégémonique » au XIIIe siècle et sur la transformation de l’image de la justice qui en résulte à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes.

Publication

  • « Ecclesia de occultis non iudicat. L’Église, le secret et l’occulte du XIIe au XVe siècle », dans Il segreto, micrologus, nature, sciences and medieval societies, 13, Edizioni del Galluzo, 2005, p. 359-482.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 325-327.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17538

Haut de page

Auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals