Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie de l’Europe moderne

André Burguière
p. 336-337

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

André Burguière, directeur d’études

Introduction à l’anthropologie historique

1Notre séminaire s’est attaché à deux aspects, l’un historiographique, l’autre thématique, de la genèse de l’anthropologie historique. Dans le premier cas, c’est l’apport de Fernand Braudel qui a retenu notre attention Revenir à l’esprit géographique de Braudel, ce n’est pas soumettre l’histoire humaine à un déterminisme naturel comme l’ont prétendu ceux qui lui ont reproché son hypermatérialisme. C’est intégrer à l’histoire humaine la part de l’histoire naturelle qui s’est accomplie en interaction avec elle. En montrant que le mouvement de l’histoire s’inscrit précisément dans l’espace par l’interpénétration du monde biologique et du monde social et par l’Instabilité de leurs rapports, il nous oblige à déplacer constamment la frontière entre la nature et la culture et pour finir à reconnaître son inconsistance.

2Les cultures peuvent s’appréhender comme des ensembles différenciés qui font système par leur intelligibilité globale et leur capacité à se reproduire. Mais ce sont des ensembles mouvants qui n’existent que par les rapports qu’ils entretiennent entre eux. Cette mobilité est temporelle parce que la culture est d’abord un processus mémoriel. Sa capacité à se reproduire implique un travail de déformation et d’usure sémantiques qui donne toute son utilité au cheminement généalogique de l’analyse historique. Mais c’est aussi une mobilité spatiale. L’une des grandes illusions de l’idéologie nationale que nous a léguée le XIXe siècle, est d’avoir cru que l’on pouvait enfermer une culture dans un cadre territorial politique et faire correspondre naturellement la localisation d’une culture, l’Implantation d’un peuple et les frontières délimitant le ressort d’un État. Les véritables frontières d’une culture toujours en mouvement, ce sont les fronts de contacts, de mélanges ou d’échanges qui la font communiquer avec d’autres ; ce sont ses itinéraires de circulation et de pénétration. Fernand Braudel a étendu le champ d’Investigation de l’histoire des mentalités en montrant que le processus d’appropriation du monde en quoi consiste chaque culture, mêle le matériel et l’Immatériel.

3L’aspect thématique que nous avons choisi d’explorer est l’anthropologie du politique. C’est la voie par laquelle les historiens ont voulu reprendre pied dans un domaine que l’on avait reproché (en partie injustement) à Marc Bloch et surtout à Lucien Febvre d’avoir mis entre parenthèses. En abordant la politique comme pratique et comme expérience partagée, Maurice Agulhon s’est efforcé de dépasser le rapport métonymique ou hiérarchique induit par l’histoire politique traditionnelle entre les acteurs plus ou moins illustres et le reste de la population. Ses travaux sur les liens de continuité entre les confréries de pénitents de l’Ancien Régime, les loges maçonniques du premier XIXe siècle et les clubs politiques de la IIIe République, sur la politisation des campagnes du Var à partir de la IIe République et sur l’iconographie de la Marianne républicaine, ont arraché l’histoire politique à un double enfermement : celui d’une psychologie intemporelle de l’action et de la décision politiques ; celui d’une restriction du champ politique au cadre institutionnel officiel.

4À partir des années 1980, un mouvement de « retour du politique » prolonge cette approche culturelle par une réflexion centrée sur les enjeux de pouvoir qui constituent l’objet même du politique ; Il le fait par une histoire conceptuelle des formes de la souveraineté, par une histoire juridique des normes de la pratique politique, par une sociologie historique de l’appareil d’État et plus récemment par l’étude des processus mémoriels à l’œuvre dans les représentations collectives qui mobilisent le corps social comme acteur politique.

Publications

  • « Le concept d’autocontrainte et son usage historique », dans Norbert Elias et l’anthropologie, S. Chevalier et J.-M. Privat (éd.), Paris, Éd. du CNRS, 2004, p. 71-81.
  • Préface à A. Kian-Thiébault et M. Ladier-Fouladi (sous la dir. de), Familles et mutations sociopolitiques. L’approche culturaliste à l’épreuve, Paris, Éd. de la MSH, 2005, p. i-xvi.
  • « Petits arrangements pour un grand écrivain, » dans Sartre et les juifs, sous la dir. de I. Galster, Paris, La Découverte, 2005, p. 123-143.
  • « Querelle de famille autour de la parenté », Travail, genre et sociétés (la revue du MAGE), 14, 2005, p. 172-184.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Burguière, « Anthropologie de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 336-337.

Référence électronique

André Burguière, « Anthropologie de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17548

Haut de page

Auteur

André Burguière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals