Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire

Catherine Clémentin-Ojha
p. 344-345

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Catherine Clémentin-Ojha, directrice d’études

La gestion de la pluralité religieuse en Inde moderne et contemporaine

1Le mode de gestion de la pluralité religieuse en Inde moderne ne peut se comprendre uniquement par référence au présent. C’est un héritage complexe et multiforme qui s’est constitué au cours de nombreux siècles sur des conceptions du pouvoir politique et de l’autorité religieuse empruntant leur logique aux mondes hindous et musulmans, et plus tardivement à l’Occident chrétien. Nous avons choisi de concentrer notre attention pour commencer sur les conceptions hindoues de la pluralité religieuse sans ignorer qu’elles ont interagi avec celles d’autres religions présentes en Inde. Convaincus que nous ne pourrions pas prendre leur mesure en une seule année universitaire, nous nous sommes limités cette année à deux thèmes : 1) la pluralité intrinsèque de l’hindouisme lui-même ; 2) la pluralité des définitions de l’hindouisme.

2Les hindous ne considèrent qu’ils font partie d’un ensemble religieux distinct, partageant les mêmes croyances et pratiques, que depuis deux siècles. C’est dans les conditions créées par la conjonction du savoir orientaliste et la prise en main de l’organisation des institutions religieuses par l’État colonial qu’ont surgi de nouvelles conceptions de l’hindouisme qui ont permis de parler de celui-ci de façon générique et de se le représenter comme un grand système Intégrateur. Mais si la préoccupation unificatrice s’est affirmée à l’époque coloniale et dans le cadre du mouvement nationaliste, il faut dépasser l’Idée qu’elle est essentiellement moderne. En réalité, elle s’est traduite de longue date dans des systématisations intellectuelles et dans des phénomènes d’uniformisation de pratiques réelles. L’examen de quelques exemples de ces tentatives d’unification a montré qu’elles furent surtout effectives là où elles furent suscitées ou appuyées par le pouvoir politique. Elles furent autant d’étapes du processus historique qui aboutit à la constitution de l’hindouisme comme identité collective.

3La difficulté des indianistes à définir l’hindouisme de manière univoque fait écho à la capacité que les hindous ont eu d’entretenir des idées différentes au sujet de sa cohérence depuis deux siècles. Faisant de sa pluralité intrinsèque son caractère distinctif, ils le définissent pour la plupart comme ce système religieux qui intègre des sous-systèmes qui se sont développés en Interaction permanente les uns avec les autres. Des publications récentes correspondant à des approches différentes ont permis de revenir de manière critique sur le rôle intégrateur du brahmanisme et de la langue sanskrite. Avec sa continuité remarquable et sa capacité à s’adapter à des situations sociales différentes sans renoncer à ses traits propres, le brahmanisme a fourni sa rationalité et sa cohérence à la société hindoue en maintenant un ordre hiérarchique dans lequel chaque entité occupe une place aussi logique que nécessaire. Facteur d’universalisation du brahmanisme, le sanskrit, langue supra-régionale parlée par l’élite religieuse, a été l’un des principaux vecteurs de l’unité culturelle pan-indienne.

4Nous sommes ensuite retournés au thème de la diversité intrinsèque de la tradition hindoue en considérant que l’hindouisme était aussi une tradition plurielle sur le plan linguistique. Nous sommes partis de la diversité des langues qui ont acquis un statut religieux en son sein et avons axé notre enquête sur l’articulation entre unité et diversité en examinant des illustrations prises dans l’histoire du rapport entre sanskrit (unique véhicule d’universalisation) et langues vernaculares (vecteurs de localisation et donc de diversification). Nous avons pris en compte les facteurs sociaux pour apprécier et qualifier chaque situation.

5Avec le souci de poursuivre le survol des modes de construction de l’hindouisme comme ensemble logiquement articulé et de l’usage du mot « hindouisme » comme terme générique, nous avons entrepris de considérer la Constitution (1950) et la jurisprudence indiennes (de la fin du XIXe à ce jour) dans les dernières séances du séminaire. Nous avons montré que dans ce corpus de textes les termes « hindou » et « hindouisme » ne sont pas uniquement définis à partir de considérations religieuses, même si celles-ci ne sont pas entièrement absentes. Nous poursuivrons et approfondirons ce volet de l’enquête l’année prochaine.

6Au cours de cette année, nous avons aussi entendu nous exposer leurs recherches : Heidi Pauwels (professeur invitée par l’ΕΡΗΕ) ; Monika Boehm-Tettelbach (invitée du CEIAS) ; Anne-Colombe Launois (titulaire d’une maîtrise d’histoire de l’art) ; Raphaël Voix (doctorant en ethnologie de Paris-X) et Thomas Blom Hansen (directeur d’études invité).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 344-345.

Référence électronique

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17554

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals