Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Sociologie historique de l’Islam

Houari Touati
p. 346-348

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Houari Touati, maître de conférences

Histoire et anthropologie des mutations graphiques aux premiers siècles de l’Islam

1Traitant du processus historique ayant conduit l’islam à devenir une culture de l’écrit, avant que d’être une civilisation du livre, le séminaire a abordé cette année l’état de l’alphabétisation au Hedjaz, région occidentale de la péninsule Arabique bordée par la mer Rouge et patrie de Muhammad, le fondateur de l’islam, au début du VIIe siècle. Comme toutes les sociétés de la région proche-orientale, le Hedjaz du temps de la prophétie de Muhammad connaît l’écriture depuis plusieurs siècles ; mais il en circonscrit l’usage à certaines de ses activités à l’exclusion d’autres. Le phénomène est universellement observé si bien qu’historiens et anthropologues convergent pour souligner le caractère restreint du maniement de l’instrument graphique, lorsqu’il est connu, dans les sociétés prémodernes. Généralement, cette restriction d’usage est imputée à deux phénomènes, l’un social l’autre culturel. Sociologiquement, il est partout observé que les détenteurs de savoirs scripturaires s’ingénient par toutes sortes d’artifices religieux, culturels, sociaux ou ethniques à en limiter la diffusion, donnant ainsi à leur transmission un caractère de monopole de type héréditaire et/ou électif. De telles circonstances favorisent la formation d’une culture du secret, en particulier lorsque les savoirs scripturaires en question sont conçus pour influer sur le cours normal des choses et l’infléchir dans le sens souhaité. Cela signifie que, par-delà son efficacité technico-instrumentale, tout système d’écriture est un complexe idéologique – au sens premier du terme idéologie – tant en lui-même que par sa capacité à soumettre à sa propre logique les champs de la connaissance développés en dehors de lui et, mieux, à en promouvoir de nouveaux qu’il serait autrement difficile, sinon impossible de concevoir. Cette théorie a trouvé son expression la plus aboutie dans l’anthropologie cognitiviste de Jack Goody, sous le nom de « restricted literacy ».

2Qu’en est-il de la situation du Hedjaz du début du VIIe siècle ? L’état de la documentation nous permet de cerner trois types de personnages dont l’activité semble être intrinsèquement liée à la maîtrise de l’écriture : le marchand, le prophète – au sens wébérien du terme – et le thérapeute. S’il est parfois loué pour sa compétence scripturaire, le chef politique ne conçoit pas l’écriture comme un art de gouverner. Le théâtre d’activité de ces différents personnages est une forme d’organisation urbaine où la division sociale et technique du travail, l’autonomisation des différentes sphères d’activité, ainsi que la spécialisation des fonctions sociales qui en découlent sont des réalités attestées par les sources aussi bien arabes que non-arabes. Trois cités de création récente sur le modèle du synœcisme d’anciennes tribus nomades, essentiellement arabes dans le cas de La Mekke et de Tâ’if, et de tribus arabes et juives dans le cas de Médine en constituent les principaux pôles. De l’ensemble, La Mekke est à la fois le centre économique et le foyer religieux. Grâce au savoir-faire de ses marchands, la cité mekkoise a su faire du sacré tribal de ses principaux habitants – les Quraychites, du nom de la tribu des Quraysh – celui d’une bonne partie de la péninsule Arabique. Sans surprise, la tradition leur attribue l’introduction au Hedjaz de l’écriture des Arabes du Nord, lesquels essaimaient dans une grande partie du Proche-Orient. La concentration de la puissance économique, du pouvoir politique et de l’autorité religieuse, dans les mêmes lignages a incontestablement favorisé la circulation de l’écriture d’une sphère d’activité à l’autre.

3Mais au lieu de se conformer au schéma d’analyse de J. Goody, sa socialisation emprunte d’autres voies dès lors que son apprentissage ne semble être frappé par aucune sorte de limitation excluant la routine. Son usage reste aussi bien profane que sacré. Et aucune barrière sociale n’en restreint l’accès à quiconque souhaite en maîtriser la connaissance : parmi ceux qui savaient lire et écrire, les personnes de haut lignage figurent aux côtés d’autres de condition plus modeste. De même qu’aucune ségrégation sexuelle n’en interdit l’apprentissage aux femmes, quand bien même celles-ci restent-elles concernées dans une proportion nettement moindre que celle des hommes. Pourtant, son application reste rare. Le Hedjaz du début du VIIe siècle ne connaît en effet qu’une alphabétisation très restreinte. Bien qu’usant de l’écriture dans des secteurs vitaux de leur activité mondaine et extra-mondaine, ses villes ne jugent pas utile d’instituer des écoles, avant l’avènement de l’islam. Son apprentissage est confiné au cadre familial. Les seules écoles existantes – le fait est attesté pour Médine – sont juives. Sur leur modèle, le Prophète de l’islam institue les premières « écoles coraniques », lorsque, chassé de La Mekke, il prend Médine pour cadre de prédication, avant d’en faire sa capitale. Cet élément nouveau modifie les conditions du vivre-ensemble local. Une nouvelle instance régissant les Arabes du Hedjaz d’abord, de la péninsule Arabique ensuite en tant que communauté religieuse fondée par un « Livre révélé » (kitâb munazzal) et corps politique obéissant à un commandement centralisé, décrète comme utile et nécessaire une politique d’apprentissage de l’écriture. Ce à quoi les Arabes du Sud (actuel Yémen) étaient arrivés bien avant en raison de leur expérience de l’État centralisé ignoré des unités sociales segmentaires du Hedjaz, mais leur système d’écriture fut disqualifié par celui des Arabes du Nord à partir du moment où ce dernier est paré du prestige de la nouvelle religion arabe monothéiste. Il a donc fallu que de nouveaux besoins rituels, politiques et sociaux s’expriment dans le Hedjaz du temps de Muhammad pour que la question d’un plus grand développement de l’alphabétisation se pose. Cependant, il n’a pas suffi que ces nouveaux besoins apparaissent ; il a également et surtout fallu que des médiations institutionnelles en justifient la nécessité. C’est là un aspect dont ne tient pas suffisamment compte la théorie de la « restricted literacy ».

4Par ailleurs, le séminaire a accueilli en mai 2005 Sheila Blair, professeur d’art islamique et asiatique à Boston College (États-Unis), qui en a animé trois séances : l’une sur les portraits d’auteur dans les manuscrits arabes médiévaux (« A Short history of the author portrait in Islamic manuscripts »), les deux autres sur les usages de l’écriture dans l’art et l’architecture (« Inscribing God’s word : Koranic inscription in art and architecture » et « Transcribing God’s word : Koran manuscripts in context »). La conférence sur les « portraits d’auteurs » fait suite à celle prononcée par Mika Natif, chercheuse associée à l’Institute for advanced study de Princeton (États-Unis), sur le thème des « Representations of Moses in Jâmi’ al-Taârîkh of Rashîd al-Dîn » (janvier 2005). L’une et l’autre abordent la question de la figuration humaine dans l’art Islamique dans le cadre d’un cycle que le séminaire compte poursuivre.

5Au cours du premier semestre, le responsable du séminaire a été visiting professor à l’Université du Michigan (Ann Arbor) où il a donné un cours intitulé : « D’Athènes à Bagdad : histoire et anthropologie d’une mutation graphique ». De même qu’il a organisé, en collaboration avec l’Université de Mostaganem, en Algérie, une session doctorale, en avril 2005, sur le thème : « Sciences sociales au Maghreb, II », faisant suite à une précédente.

Publications

  • Tortaçagda Islam ve Seyahat : Bir Alim Ugrasinin Tarihi ve Antropolojisi, Istanbul, Yapi Kredi Yayinlan, 2004, 269 p. [trad. en turc de Islam et voyage au Moyen Âge. Histoire et anthropologie d’une pratique lettrée, Paris, Éditions du Seuil (« Univers historique »), 2000, 350 p.].
  • Éd., « Écriture, calligraphie et peinture en islam », Studia Islamica, 96, 2003 [2005].
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houari Touati, « Sociologie historique de l’Islam », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 346-348.

Référence électronique

Houari Touati, « Sociologie historique de l’Islam », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17555

Haut de page

Auteur

Houari Touati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals