Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles

Jocelyne Dakhlia
p. 350-351

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directrice d’études

1Consacré, pour la dernière année, au thème de la langue tranque, ce séminaire a été axé pour cette conclusion sur une perspective plus large que les années précédentes. Il s’est agi en effet d’engager une réflexion sur la notion de « langue de civilisation », sachant que la lingua franca n’est pas et ne saurait être une langue de civilisation. Est-elle alors un non-lieu civilisationnel ou un entredeux de civilisations ? Sur un autre plan, l’extraordinaire succès aujourd’hui des thèses de S. Huntington va de pair avec un soudain retour, dans le débat public et dans la langue des sciences sociales, de la notion de civilisation, et l’on peut s’interroger sur l’usage que fait au présent cet auteur des grandes histoires ou théories de la civilisation des XIXe et XXe siècles.

2Les séances du séminaire ont donc visé à préciser les usages et les modalités d’une référence à la civilisation ou à la « grammaire des civilisations », notamment autour de la question des langues, pour exprimer, en Méditerranée, le rapport de l’Europe et de l’Islam (Spengler, Toynbee, Mauss, Braudel). On s’est interrogé sur la notion de « conflit de civilisation », tout particulièrement lorsqu’elle s’applique au contexte méditerranéen (Braudel).

3Dans un second temps, on a tenté de préciser les conditions dans lesquelles en France et dans l’historiographie européenne l’usage de cette notion régresse fortement, ou se restreint au sens de « civilisation matérielle », avec notamment l’apparition de la notion d’« histoire des mentalités » et le recours de plus en plus consensuel à la notion de culture, évolution culturaliste consacrée par Huntington dans sa conception de la civilisation. Or c’est dans ce moment qu’à l’inverse, les historiographies et les écoles de pensée sud-méditerranéenne mettent plus que jamais en avant la notion de civilisation (« civilisation arabo-islamique »). On a notamment analysé à cet égard des textes de M. Tazerout, A. Laroui, A. Khatibi, H. Djaït.

4On est revenu pour conclure sur la problématique du métissage, autour de l’idée que la langue serait aujourd’hui le refuge ultime et légitime d’une idéologie de la pureté, déconsidérée ou radicalement récusée sur d’autres plans.

Publications

  • « Une vacance califale ? Hârûn-al-Rashîd dans les Mille et Une Nuits », dans Les Mille et une nuits en partage, sous la dir. de A. Chraïbi, Paris, Sindbad/Actes Sud, 2004, p. 168-181.
  • L’Empire des passions : l’arbitraire politique en Islam, Paris, Aubier, 2005, 304 p.
  • Islamicités, Presses universitaires de France, Paris, 2005, 162 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 350-351.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17557

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals