Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Parenté et logiques identitaires

Enric Porqueres i Gené
p. 365-366

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences

La tension entre filiation et alliance : raison généalogique et parenté occidentale

1Pendant cette année, le séminaire a porté sur la place de l’individu au sein de la parenté européenne. Plus précisément, nous avons suivi les avatars de la référence aux passages que l’épître de saint Paul aux Ephésiens consacre à l’union de l’homme et de la femme tout en établissant un parallèle avec l’union du Christ et de l’Église. Ce texte qui situe l’amour à soi comme source de l’amour à l’autre, nous a amené à travailler sur les racines stoïciennes de cette Idée égocentrée du lien social. À partir de là, l’union de l’homme et de la femme, leur kraxis, nous a servi de fil rouge pour poursuivre nos enquêtes. L’évolution des prohibitions matrimoniales, qui progressivement Incluent les affins dans les champs des parents prohibés en raison de la redéfinition de l’homme et de la femme dans les noces, nous a signalé un mouvement clé, à partir du VIe siècle. En ce moment, la relation sexuelle devient la raison des prohibitions matrimoniales dans l’affinité. En plus des prohibitions traditionnelles de consanguinité et affinité, émergent alors celles en raison de simples relations sexuelles : ex copula illicita et ex affinitas superveniens. Pendant la période carolingienne l’on assiste à la sacralisation du rapport sexuel : il apparaît comme le signe visible de la réalité invisible qu’est l’union du Christ et de son corps mystique, l’Église. Bien que le sexe ne suffise pas à lui seul à instaurer le lien du mariage, les actes sexuels des individus, mariés ou pas, déclenchent des liens, créent de la parenté. La parentèle chrétienne se voit ainsi redéfinie par les actes sexuels des personnes qui la composent. Si Ego a des relations sexuelles avec alter, les consanguins d’Ego ne pourront plus épouser légitimement alter et les consanguins d’alter ne pourront plus épouser Ego. Le XIIe siècle, de la main d’Hugues de Saint Victor principalement, introduit une ultérieure nouveauté qui va dans le sens de conférer une majeure autonomie aux actes individuels dans la sphère matrimoniale et plus largement parentale. La pleine sacrementalisation du mariage, tout en maintenant le caractère sacré de l’union sexuelle, la fait seconde par rapport à l’union des volontés, considérée comme le corrélat humain de l’union également volontaire de l’âme avec Dieu. Le libre consentement des conjoints prend ainsi le devant de la scène déplaçant les définitions en clé sociale des noces, prônées par les carolingiens. L’inégalité sociale où le non-consentement paternel cessent d’être des obstacles à la réalisation du mariage canonique. Accompagnant le développement d’une philosophie volontariste, le droit canon érige un modèle de mariage qui voit la personne se faire à partir de ses options matrimoniales. Ces redéfinitions de la doctrine et du droit ecclésiastique sur le mariage exercent une influence sur le comportement des gens. C’est ce que nous avons illustré à partir des travaux de certains auteurs anglo-saxons mais aussi italiens et français. Nous avons ensuite étudié les réactions de la législation civile face à la liberté matrimoniale accordée par l’Église. Le protestantisme, mais aussi la France catholique redonnent des droits aux parents en matière matrimoniale. Leur consentement, tout comme pendant la période carolingienne, devient indispensable. De la sorte, des discours qui établissent des renvois entre le bon ordre de la république et celui des familles marquent l’arrivée de la modernité. Tout cela nous a amené à problématiser la relation entre individu et modernité. En fait, coïncidant avec l’arrivée de l’époque moderne, on constate l’émergence en Europe de discours identitaires qui classent les personnes en fonction de leurs généalogies. C’est le cas des Cagots béarnais, des Caqueux bretons, des Moriscos en Espagne... Nous avons exploré l’efficacité de ce type de discours filiationniste, qui s’appuie sur une référence forte au sang, élément central de notre système de parenté, pour réifier des barrières sociales tout en les Inscrivant en nature. En ce sens, nous avons poursuivi ces logiques identitaires jusqu’aux cadres du nationalisme ethnique apparu au XIXe siècle. Nous avons consacré aussi des séances à l’exploration diachronique du statut de l’embryon en tant que porteur de relations et d’individualité. Par ailleurs, des séances ont été animées par deux Invités : Signe Howell, sur les contextes actuels de la parenté, i.e. les adoptions internationales, et Daniela Lombardi, sur la place de l’individu dans le droit matrimonial canon à l’époque moderne.

Publications

  • Avec J. Prat, « Présences de Lévi-Strauss en Espagne », dans Claude Lévi-Strauss, M. Izard (éd.), Paris, L’Herne, 2004, p. 379-382.
  • « Individu et parenté. Individuation de l’embryon », dans Corps et affects, sous la dir. de F. Héritier et M. Xanthakou, Paris, Odile Jacob, 139-150.
  • « David M. Schneider et les symboles de la parenté : l’inceste et ses questionnements », Incidence, 1, 2005, p. 91-103.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 365-366.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17576

Haut de page

Auteur

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals