Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques contemporaines

Michel Tibon-Cornillot
p. 378-379

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

Outillage et spéciation : approches paléontologiques du déferlement des techniques modernes

1Dans la première partie du séminaire, nous avons présenté l’état actuel des recherches sur l’origine des techniques (gestes, outils, objets) à partir des études et données de la paléontologie humaine. Cette discipline a permis de dater la découverte des outils les plus anciens à ce jour à 2,5 millions d’années environ, en plein processus d’hominisation. Elle a aussi contribué à l’élaboration de questions et hypothèses à propos du rôle joué par cette créativité technique dans les processus évolutifs de notre espèce. Cette proximité remarquable entre le développement des outils et l’évolution des hominidés suscite des interrogations complexes concernant à la fois la rareté du matériel technique disponible (essentiellement des outils lithiques) qui incite à la prudence et l’importance des hypothèses qu’elle permet.

2Parmi ces hypothèses portant sur le destin de notre espèce, nous avons évoqué plus en détail celle qui concerne les liens entre l’apparition de la station debout et celle des outils et gestes techniques ; de même, avons-nous rappelé l’importance des questions relatives à l’origine des outils considérés comme des « projections organiques ». Mais nous avons particulièrement insisté sur un groupe d’hypothèses qui sont au centre du séminaire de cette année.

3Ces hypothèses proposent de lire dans l’apparition de chaque groupe d’outils au cours de l’évolution des hominidés (massue, griffes, percuteurs...) « l’équivalent d’une spéciation » chez les autres êtres vivants. Chacun de ces outils offre à son détenteur des performances neurophysiologiques, et ce, immédiatement, alors qu’elles sont acquises au cours de millions d’années de « dérives morpho-génétiques » par les espèces animales et végétales.

4Dans une deuxième partie, nous sommes revenu sur l’un des concepts centraux de notre recherche actuelle, celui de « déferlement des systèmes techniques contemporains ». Nous en avons souligné la spécificité, irréductible aux approches classiques des risques du type « régulation-dérégulation-réparation ». Ces manifestations du déferlement peuvent être lues comme autant de symptômes renvoyant à des structures symboliques caractérisant les sociétés industrielles, elles-mêmes enracinées dans la culture occidentale. Cette dernière plonge une part de ses racines dans des représentations monothéistes créationnistes et la volonté d’incarner l’infini (cf. le séminaire de philosophie des techniques). Lier l’apparition du déferlement des techniques aux orientations de la culture occidentale ne suffit pourtant pas à rendre compte de la vitesse de pénétration des systèmes techniques modernes dans les différents champs culturels traditionnels non occidentaux. Cette perméabilité ne correspond pas seulement à des contraintes menaçantes mais aussi à des « adhésions » dont les racines sont plus profondes.

5Dans une dernière partie, nous avons alors réexaminé les liens établis entre la création d’outils et la spéciation chez les êtres vivants à la lumière du déferlement. Armés d’outils « détachables » leur permettant immédiatement des performances multiples, les groupes d’hominidés ont pu accroître presque indéfiniment la maîtrise de leur environnement, et envahir des niches écologiques de plus en plus nombreuses pour en expulser et/ou soumettre les êtres vivants qui les occupaient.

6L’articulation de ces trois parties du séminaire montre aux étudiants qu’une partie des racines de l’actuel déferlement des techniques sont très anciennes et tiennent sans doute à l’organisation neurophysiologique des hominidés dans la biosphère. Il existe une continuité entre le parcours des premiers anthropiens armés d’outils, pics, massues, tranchoirs, et les vols supersoniques des chasseurs à réaction brûlant les villages. Dans la mesure où les processus techniques traditionnels sont entrés peu à peu dans la logique interne propre aux sciences modernes, qui les ont à la fois transformées et dynamisées, ils sont partie prenante au sein du vaste mouvement de contrôle et de transformation animant le mixte scientifico-technique. La situation ainsi créée est une situation « destinale » dans la mesure où le type d’interrogations et de regards jetés sur le monde, sur le vivant, sur l’homme et son environnement, tel qu’il s’est développé dans la culture occidentale moderne au croisement de son activisme farouche et de l’efficacité des techniques, reçoit en retour toujours les mêmes réponses, celles de l’expression de la puissance et de la menace oppressante de ne pouvoir la contrôler. La multiprédation sans limite de l’homo technicus se retourne contre l’espèce humaine tout entière en contribuant à détruire très rapidement les sources de sa subsistance.

7Mais c’est précisément l’essence de cette contradiction qu’exprime le concept de déferlement.

Publications

  • « The Surge of Contemporary Techniques. Instability, disappearance of Industrial societies », dans Modernity in milieux and techniques, International symposium report, Kansai University, 2005, p. 202-222 [ce dernier texte a été traduit et publié en japonais].
  • « La mobilisation générale des organismes. À propos du déferlement des techniques biomédicales », dans Le vivant : enjeux, éthique et développement, sous la dir. de N. El-Haggar, Université des sciences et des technologies Lille 1, L’Harmattan, Paris, 2005, p. 69-87.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 378-379.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17582

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals