Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle
p. 390-391

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études

Représentations de la modernité et de la postmodernité : cosmopolitisme, diaspora et métissage dans les arts et sociétés contemporains

1Dans ce séminaire qui prend la suite des années précédentes, on s’est efforcé de cerner les lieux et les contours des identités personnelles et collectives dans les domaines artistiques et sociaux contemporains. Ces identités s’affirment en effet désormais, à l’inverse de celles du passé, comme étant ancrées dans le métissage, l’exil diasporique et dans la souffrance ou la beauté qui leur sont associées. La modernité identitaire, dans ce contexte, oscillerait entre deux pôles : celui du pathos de la migration d’une part et celui de l’héroïsation de la transgression des frontières d’autre part, accordant ainsi aux exilés soit la terrible condition de réfugié de l’homme moderne, soit à l’inverse le privilège épistémologique de l’acuité sociologique. On a ainsi tenté de mettre en relation ces deux pôles avec les deux figures majeures de la raciologie polygé-niste du XIXe siècle, la mixophobie et la mixophilie.

2Plusieurs exposés ont traité de la question de la production sociale de l’art dans différents lieux et à différentes époques : G. Tapiero s’est ainsi attachée à décrire la biographie d’un objet de musée, R. Sarro (Institut des sciences sociales, Lisbonne) a montré en quoi la destruction des fétiches liée à l’islamisation était à même d’alimenter le marché de l’art tribal, D. Poulot (Paris-I) s’est efforcé pour sa part d’historiciser les notions de musée, de nation et de patrimoine dans le contexte de la France post-révolutionnaire et enfin Ph. Boissinot a montré la pertinence du concept de métissage pour l’analyse de la protohistoire européenne.

3Une autre série d’exposés a concerné les migrations et les diasporas : A. Monsutti (IUED, Genève) a ainsi mis en évidence les limites des théories de la globalisation pour rendre des phénomènes migratoires contemporains, A. Battegay (Lyon-II), pour sa part, a souligné l’importance des facteurs culturels dans l’appréhension des communautés immigrées, tandis que F. Lionnet (UCLA) S. Dufoix (Paris-X) et N. Sylvanus mettaient respectivement à l’épreuve les concepts de transnationalisme et de diaspora dans le cadre de la mondialisation.

4Enfin un dernier bloc d’exposés a tourné autour de la question de la culture et des politiques culturelles : A. Mangeon (Université de Cergy-Pontoise) a évoqué le rôle moteur d’A. Locke dans le phénomène de la « Harlem Renaissance », E. Caroli a cerné les caractéristiques d’une langue en creux – le griko – dans les Pouilles, C. Dossogne (Université catholique de Louvain) a suivi la trajectoire des jeunes après la « révolution culturelle » menée par Sankara au Burkina-Faso tandis que N. Lapierre (CNRS) passait en revue les formes de pensée concurrentes de la pensée occidentale.

Publications

  • « Intangible heritage and contemporary African art », Museum international, (« Intangible heritage »), 221-222, 2004, p. 84-90.
  • « L’Afriche/La friche. Afrika im Blick des Westens », dans Afrika Remix, Zeistgenössiche Kunst Eines Kontinents, S. Njami (éd.), Düsseldorf, Museum Kunst Palast, Ostfildern-Ruit, Hatje Cantz Verlag, 2004, p. 64-68.
  • « Le multiculturalisme », dans Interculturalités : utopies et réalités. De l’intégration au métissage, E. Carillo-Blouin, A. Guillou, A. Guyon (éd.), Brest, UBO, 2004, p. 33-43.
  • Branchements, Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion (« Champs »), 2005, 265 p.
  • L’art de la friche, essai sur l’art contemporain africain, Paris, Flammarion, 2005, 214 p.
  • Avec E. M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie, ethnie, tribalisme et État en Afrique, La Découverte, 2005, 225 p.
  • « Royaumont, opérateur d’universalité », Nouvelles de Royaumont, 8, avril-août 2005, p. XX-XX.
  • « Géopolitique de l’art contemporain africain », Art Press, 312, 2005, p. 22-26.
  • « L’Afriche », dans Africa Remix, l’art contemporain d’un continent, S. Njami (éd.), Paris, Centre Pompidou, 2005, p. 66-71.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 390-391.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17590

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals