Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe

François Pouillon
p. 393-395

Texte intégral

François Pouillon, directeur d’études

Itinéraires d’Orient (suite)

1Le séminaire a largement servi cette année d’atelier pour l’élaboration d’un dictionnaire biographique des orientalistes de langue française, entreprise Imprudemment lancée, en collaboration avec Lucette Valensi et Jean Ferreux. Dans des registres de compétences le plus divers, afin de repérer des collectifs, des réseaux, des généalogies, on s’est attaché à travailler la dispersion des itinéraires, la variété des familles mises en place. Et l’on est parti de ces « aventuriers et originaux » (titre de l’ouvrage d’un critique littéraire ayant opéré en Orient au siècle dernier et se cachant sous le pseudonyme de Auriant) qui, pour les raisons improbables, mais le plus souvent suspectes, ont commencé à construire un savoir méthodique susceptible d’être traité par des savants dits « de cabinet ».

2Art analphabète et immédiat, c’est la peinture qui a constitué d’emblée un instrument de connaissance, cela dès l’époque héroïque des peintres vénitiens du XVIe siècle sur laquelle est revenu Éric Aubert (doctorant Université Paris-I). Dans ce registre, on s’est autant préoccupé d’étudier la présence, depuis le XIXe siècle, de peintres européens en Turquie, grâce à Frédéric Hitzel (CNRS), que d’analyser, en retour, grâce à Jean-Gabriel Leturcq (CEDEJ, Le Caire), l’occidentalisme dans la peinture orientale. L’espace visuel de la maison algérienne a été exploré comme topos, sur la longue durée coloniale, par Zeynep Celik (New Jersey Institute of architecture). Peinture toujours, l’année s’est conclue, grâce à Claude Lefébure (CNRS), sur le parcours marocain d’un peintre viril, Kees Van Dongen.

3Une part significative des interventions a porté sur l’historiographie de la Méditerranée ancienne, où archéologie et philologie ont représenté des vecteurs importants pour l’exploration des terres d’islam. Depuis la période de fondateurs, avec les missions de Renan au Liban étudiées par Jean Balcou (Université de Rennes), qui devait pourtant déboucher sur la mise en place d’une archéologie phénicienne récapitulée par Lina Tahan (Université de Cambridge, CHSIM). On a poussé plus loin, vers d’autres Orients, avec l’historiographie des expéditions archéologiques en Perse, analysées par Ève Grand-Aymerich (Institut de France).

4Reprenant quelques grandes scansions du développement d’un orientalisme savant, on s’est préoccupé de parcourir par une reprise prosopographique quelques étapes du développement de l’orientalisme savant : les traducteurs précoloniaux du Coran en français grâce à Sylvette Larzul (CHSIM) ; un voyageur de l’âge classique, Jean Chardin, grâce à Michele Longino (Duke University) ; un voyageur hongrois en dialogue actif avec les Lumières de France, le baron de Toth, grâce à Ferenc Toth (Université de Budapest) ; le père Antonin Jaussen, figure de l’exploration d’un monde « biblique », grâce à Géraldine Châtelard (IUE Florence) ; Prosper Ricard, reconstructeur de l’artisanat au Maroc, grâce à Alain de Pommereau (doctorant) ; l’itinéraire de René Guénon et son important écho à travers la recherche mystique, grâce à Xavier Accart ; le compilateur du folklore français aussi, Arnold van Gennep qui fut par ailleurs un orientaliste de talent en Algérie, grâce à Emmanuelle Sibeud (Université Paris-VIII) ; des collectifs aussi, comme la chaîne des voyageurs romantiques en Andalousie, grâce à Jean-Michel Cornu ou la tribu des berbérisants reconstituée par Claude Lefébure.

5De façon un tantinet postmoderne, on s’est risqué à des enquêtes sur des interférences textuelles avec, en particulier, le faux débat entre Doughty et Richard Burton à propos du voyage en Arabie, grâce à Jean-Claude Reverdy, traducteur des Travels in Arabia Deserta ; ou les usages que fit Nerval du texte d’un illustre prédécesseur au Caire, Edward Lane, grâce à Guy Barthélemy (CHSIM). Les usages inappropriés d’un texte de voyageur en Arabie par Lamartine ont été présentés à l’occasion de séminaires à Izmir et au Caire. Retour d’une mission en Égypte, on s’est enfin risqué à un premier parcours sur un terrain d’interférence culturelle à quoi donna lieu l’inauguration du canal de Suez en 1869.

6On s’est attaché par ailleurs à analyser d’autres approches, et les raisons d’engagements personnels où le chercheur acceptait de dévoiler l’itinéraire biographique qui conduisait à la saisie mûrie et maîtrisée d’une démarche scientifique. Jacob Oliel a rappelé de la sorte les engagements qui furent les siens dans ses travaux sur l’histoire des Juifs au Sahara ; Michel Levallois a repris les étapes qui conduisirent un haut fonctionnaire de la république à une thèse sur « une autre conquête de l’Algérie » à quoi reste attaché le nom du saint-simonien, Ismaÿl Urbain, qui était par ailleurs son ancêtre. Enquête généalogique toujours, Zeynep Celik a bien voulu nous donner une présentation de l’œuvre algérienne de Fernand Pouillon, architecte méditerranéen.

Publications

  • « De l’autorité en littérature : à propos du voyage en Orient de Lamartine (et du « Récit du voyage de Fathallah Sayigh chez les Arabes errants du grand désert ») », Colloque international Lamartine, sous la dir. de G. Durussoy, Izmir, Centre de recherche sur les langues et les cultures européennes de l’Université Ege, 2004, p. 274-286.
  • « La société segmentale et ses ennemis : notes sur un moment des sciences sociales au Maghreb », Prologues (Casablanca), 32, n° sp. « Le Maghreb dans les débats anthropologiques », hiver 2005, p. 14-23.
  • « Images d’Abdelkader : un problème d’héritage dans l’Algérie postcoloniale », La Lettre de l’association Émir Abdelkader, 10, septembre 2005, p. 1-7.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 393-395.

Référence électronique

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17592

Haut de page

Auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals