Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Sociétés océaniennes et questionnement du politique

Alban Bensa
p. 398-399

Texte intégral

Alban Bensa, directeur d’études

Anthropologie de l’action

1Comment décrire et analyser ce qui dans la vie sociale se déploie au fil de processus par lesquels les acteurs se lient entre eux et/ou se séparent ? Actions, événements, performances, en tant que pratiques orientées dans le temps, ne sont pas des projections de représentations qui se tiendraient dans les coulisses de la scène sociale mais se tiennent à l’intersection des intentions des acteurs et des contraintes qui pèsent sur elles.

2J’ai d’abord traité de ces logiques de situations en soulignant combien les interprétations mentalistes de l’action ne peuvent rendre compte du contenu des actes d’autrui dès lors que ces derniers sont pensés comme des interventions dans l’ordre des choses et du monde. Il faut donc abandonner tout dualisme entre représentation cachée et pratique effective afin de développer un empirisme radical qui s’en tienne aux énoncés et aux gestes en situation.

3Sur cette voie, dans le champ des sciences du langage et du comportement, l’analyse des présupposés de l’œuvre d’André-Georges Haudricourt (1911-1996) m’a ensuite servi de fil conducteur durant plusieurs séances. Ce grand linguiste et anthropologue, en phase, au nom de l’importance insurpassable du détail, avec la critique bachelardienne de la généralité, vante à l’envi les particularismes ; il pose ainsi sur les êtres et les choses un regard sans fioritures qui enclenche la réflexion à partir de ce qui est accessible ici et maintenant et exclut tout ce qui ne se fonde pas d’abord sur l’observation de l’expérience. Cette démarche lui permet de dégager les liens internes entre des éléments qui interagissent, sans passer par un ailleurs purement idéel qui serait posé en deçà, au-delà ou à côté des paroles et des gestes, notamment des gestes techniques.

4La critique du mentalisme anthropologique oblige l’enquête ethnographique à se centrer sur l’acteur. L’ethnologie lui a longtemps substitué « la notion de personne ». À partir de la relecture de textes de Bateson, Durkheim, Mauss, Elias, etc., j’ai, dans la dernière partie de ce séminaire, tenté de mettre aux jours quelques-unes des conséquences du recours à cette construction. La référence à « la personne » africaine, océanienne ou amérindienne, etc., a contribué à l’élaboration de l’exotisme anthropologique et à l’exaltation de la culture comme entité façonnant de l’extérieur des individus types. À l’inverse, la référence à l’action et aux acteurs invite à se situer dans une perspective résolument pragmatique et historique.

5Vilaine Girard, doctorante au GTMS, a présenté un exposé intitulé « Enquêter sur un ancien territoire rural industrialisé : du risque à la construction collective d’une image cohérente du territoire ». L’implantation d’une centrale nucléaire et d’un parc industriel comptant des Industries chimiques dangereuses marque le territoire communal d’une forme de stigmatisation. Mais cette industrialisation offre à la commune des ressources budgétaires importantes. L’enquête ethnographique et sociologique souligne les formes d’appartenance ambivalentes à ce territoire.

6Frédéric Panhaleux, doctorant au GTMS, a présenté quelques aspects de ses enquêtes de terrain consacrées à l’investissement en religion des acteurs de la paroisse de Questembert (Morbihan). En référence aux travaux de Paul Veyne et de Jean Bazin sur la « croyance » il a soulevé les questions théoriques difficiles induites par le souci de lier l’ethnographie des activités et de la pratique religieuse à celle du langage religieux ordinaire, tel qu’on le saisit en situation d’interlocution.

7Emmanuelle Olivier (chargée de recherche CNRS, GTMS), a présenté un exposé sur le thème « Performances musicales et situations sociales ». À travers une analyse du cycle de vie d’un chant ju/’hoan de Namibie, il s’agissait de voir en quoi la notion de performance est un outil permettant d’envisager la musique à la fois comme production en temps réel et dans un mouvement à trois temps, entre un processus de création et une opération de patrimonialisation.

Publications

  • Avec A. A. Goromido, Histoire d’une chefferie kanak (1740-1878). Le pays de Koohnê – 1 (Nouvelle-Calédonie), Paris, Karthala, 2005, 176 p.
  • « The Ethnologist and the architect. Post-colonial experiments in the Pacific », dans Empires, nations, and natives. Anthropology and State-Making, B. de L’Estoile, F. Neiburg et L. Sigaud (éd.), Durham et Londres, Duke University Press, 2005, p. 263-276.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bensa, « Sociétés océaniennes et questionnement du politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 398-399.

Référence électronique

Alban Bensa, « Sociétés océaniennes et questionnement du politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17595

Haut de page

Auteur

Alban Bensa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals