Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la Polynésie

Serge Tcherkezoff
p. 399-400

Texte intégral

Serge Tcherkézoff, directeur d’études

La construction européenne de l’autre culturel par la race et la sexualité : le cas de la Polynésie depuis 1595

1En suivant l’histoire des représentations européennes appliquées aux peuples du Pacifique, le séminaire a pour objet les divers préjugés qui ont alimenté la vision européenne de la différence, depuis les voyages dits de « découvertes ».

2Nous avons poursuivi l’examen des théories raciales en examinant l’émergence, autour des années 1800-1820, d’une vision qui a remplacé l’étude de la « Nature » par la « zoologie ». Les traités scientifiques qui accompagnent les voyages de « découvertes » dans la première moitié du XIXe siècle vont se référer à cette discipline. Toutes les espèces étant couchées sur l’axe du vivant, la frontière entre l’homme et l’animal devient flexible. C’est alors que des questions apparaissent qui auraient été impensables précédemment : certaines populations d’allure humaine (Afrique du Sud, Australie) ne sont-elles pas des chaînons intermédiaires, leur langage n’est-il pas en réalité un « gloussement », etc. ? C’est dans ce contexte que l’idée de « Mélanésie » est inventée en 1830 dans une société savante parisienne.

3Le séminaire a poursuivi ensuite l’examen détaillé de certaines scènes de « premiers contacts » entre Européens et Océaniens et de certains débats académiques récents sur la manière dont les Océaniens ont interprété la nature des premiers Européens.

4Des conférences sur ces sujets ont été données en Australie (ANU, Canberra), en Nouvelle-Zélande (Canterbury University), en Nouvelle-Calédonie (Université de Nouvelle-Calédonie) et en Polynésie française (Université de Polynésie française). Deux ouvrages ont été publiés et présentés à la presse : en Australie et en Polynésie française avec des débats radiodiffusés et télévisés et la participation de l’ambassade de France à Canberra.

Publications

  • « First contacts » in Polynesia : the Samoan case (1722-1848). Western misunderstandings about sexuality and divinity, Canberra/Cristchurch, Journal of Pacific history monographs, Macmillan Brown Centre for Pacific Studies, 2004, 222 p.
  • Tahiti 1768 : jeunes filles en pleurs. La face cachée des premiers contacts et la naissance du mythe occidental, Papeete, Au Vent des îles, 2004, 523 p.
  • « Aux prises avec des hiérarchies qui ne sont pas des inégalités : exemples polynésiens (Samoa) », dans Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales : retour réflexif sur la situation d’enquête, O. Leservoisier (éd.), Paris, Karthala (« Hommes et sociétés »), 2005, p. 285 à 308.
  • « Occident-Polynésie et retour : navigations dans l’espace-temps », dans Bernard Rigo (éd.), L’espace-temps en Polynésie, Papeete, ISEPP/Au Vent des îles (« Cahiers du LARSH », 2), 2005, p. 107-134.
  • « Le mythe de la vahiné », Sciences humaines, 163, août-septembre 2005, p. 38-39, 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Tcherkezoff, « Anthropologie de la Polynésie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 399-400.

Référence électronique

Serge Tcherkezoff, « Anthropologie de la Polynésie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17596

Haut de page

Auteur

Serge Tcherkezoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals