Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’art et sociétés océaniennes

Brigitte Derlon
p. 401-402

Texte intégral

Brigitte Derlon, maîtresse de conférences

Les imaginaires du rapport à l’objet : perspective comparative (avec Monique Jeudy-Ballini, directrice de recherche au CNRS)

1Le séminaire a été consacré à la mise en valeur des analogies susceptibles d’exister entre l’expérience esthétique, entendue comme la réponse à des objets tenus pour de l’art par les spectateurs, et certaines formes d’expériences rituelles articulées autour d’objets Investis de croyances religieuses.

2Prenant pour point de départ les recherches précédemment réalisées sur le discours des collectionneurs d’art primitif, nous avons notamment montré que les caractéristiques prêtées par ceux-ci aux objets générateurs d’une expérience esthétique forte sont également celles que les Mélanésiens attribuent à certains de leurs objets rituels. Dans les deux cas, l’objet exerce sur le spectateur une emprise émotionnelle qui doit beaucoup au mystère entourant son existence, sa beauté a partie liée avec la transcendance, on lui reconnaît vitalité, intentionnalité et pouvoir d’action à l’instar d’une personne, et il fait accéder à une forme de connaissance Intuitive reconnue supérieure à tout autre.

3Concernant l’expérience esthétique proprement dite, un sujet qui n’a pas beaucoup intéressé les ethnologues, nous avons exploré les travaux de certains philosophes analytiques (Stolnitz, Dickie, Beardsley) et souligné les nombreuses similitudes entre le discours des collectionneurs et les écrits du phénoménologue M. Dufrenne.

4Pour ce qui est de l’expérience religieuse, les travaux d’anthropologues (Mills, Roscoe, Gell, Guthrie, Boyer) et d’historiens (Marin, Freedberg) se sont révélés précieux pour élargir la perspective comparative sur le rôle de la dimension émotionnelle des rituels, les liens entre esthétique et réalités supérieures, ou encore l’instabilité de la frontière entre l’Inerte et l’animé.

5D’autres formes de comparaison ou de contrepoint ont été apportées par les interventions extérieures de Thierry Bonnot (CNRS) sur les objets précieux, d’Antoinette Molinié (CNRS) sur la Vierge d’Andalousie, de Dominique Charpenel (psychanalyste) sur Gauguin et d’Odile Vincent (CNRS, LAHIC) sur les collectionneurs.

6Sans adopter un point de vue universaliste, nous avons insisté, tout au long de Tannée, sur les dangers d’une approche du rapport à l’objet qui distinguerait radicalement art et religion, sociétés occidentales et non occidentales, pratiques anciennes et contemporaines.

Publications

  • Avec M. Coquet et M. Jeudy-Ballini, dir., Les cultures à l’œuvre. Rencontres en art, Paris, Biro éditeur, Éd. de la MSH, 2005, 415 p.
  • Avec M. Jeudy-Ballini, « Art et anthropologie : regards » ; « L’expérience esthétique chez les collectionneurs d’art primitif », op. cit., p. 11-26 ; p. 147-164.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Derlon, « Anthropologie de l’art et sociétés océaniennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 401-402.

Référence électronique

Brigitte Derlon, « Anthropologie de l’art et sociétés océaniennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17598

Haut de page

Auteur

Brigitte Derlon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals