Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

La démarche pragmatique en sociologie : apports, enjeux, limites

Cyril Lemieux
p. 430-432

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Cyril Lemieux, maître de conférences

1. « Société critique » et sociologie des épreuves

1Pour sa deuxième et dernière année d’existence, ce séminaire a poursuivi l’exploration critique des sociologies qui se sont développées en France depuis le milieu des années 1980 autour de la notion d’« épreuve » (Callon-Latour, Boltanski-Thévenot, etc.). Un premier cycle de séances a été consacré à expliciter les postulats sur lesquels se fondent de telles sociologies – moyen d’essayer de repérer leurs points d’ancrage dans la tradition sociologique. On s’est efforcé, à cette occasion, d’évaluer la portée heuristique de quelques-uns des concepts qu’elles ont forgés (tels que montée en généralité, dispositif, épreuve ou régime d’action). Un second cycle de séances a permis de revenir sur des enquêtes de terrain qui, ces dernières années, ont utilisé la démarche propre aux sociologies des épreuves. Ont été ici considérés des travaux qui concernent la sociologie de l’art (avec Nathalie Heinich) et la sociologie des outils statistiques et de leurs usages (avec Alain Desrosières). Dans un troisième cycle de séances, on s’est intéressé aux dialogues que les sociologies des épreuves nouent avec d’autres disciplines des sciences sociales : l’économie (avec François Eymard-Duvernay), l’anthropologie (avec Isabelle Thireau) ou encore, l’histoire (avec Nicolas Offenstadt et Stéphane Van Damme). Le dernier cycle de séances a consisté à revenir sur la genèse du programme des sociologies des épreuves, en invitant certains de ses « pères fondateurs » à commenter des textes qu’ils ont produits au cours des années 1980. Se sont successivement prêtés à cet exercice de réflexivité Luc Boltanski, Laurent Thévenot, Michel Callon et Bruno Latour. L’enregistrement vidéo de l’ensemble des séances peut être consulté sur le serveur : http://semioweb.msh-paris.fr/​AAR/​.

2. Atelier d’écriture en sciences sociales

2Réservé aux doctorants et docteurs (toutes disciplines des sciences sociales confondues), cet atelier s’est tenu trois fois au cours de l’année, pendant une journée, au centre de la Vieille-Charité à Marseille. Il s’agissait de cerner, pour mieux les dénouer, les problèmes d’écriture qui se posent aux jeunes et aux moins jeunes chercheurs : modalités d’argumentation, d’administration de la preuve, rôle de l’exemplification et de la citation, etc. Les discussions ont porté sur les premières versions d’articles que la dizaine de participants réguliers ont soumis à la discussion collective et qui ont été critiquées en vue d’accroître leurs chances de publication dans des revues scientifiques (but pratique que se fixait cet atelier). Ont été également critiqués des plans et des chapitres de thèse.

3. Évolutions du journalisme et des processus de médiatisation

3Le séminaire s’était donné cette année pour objectif de revenir sur des questions conceptuelles et de méthode qu’ont à affronter les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur les médias. C’est ainsi qu’on a discuté l’intérêt et les limites de certaines notions telles que « format » (Sophie Maisonneuve et Éric Lagneau nous présentant, à cette occasion, l’usage respectif qu’ils font de ce concept dans leurs recherches) et « champ journalistique » (à partir d’interventions de Philippe Riutort, Yves Patte et Benjamin Ferron). D’autres séances ont permis d’approfondir la question des relations entre sociologie des médias et travail de l’historien. La réflexion a porté alors sur la façon dont l’approche de Roger Chartier, centrée sur la matérialité de l’imprimé, peut inspirer des stratégies de recherche concernant les médias contemporains (interventions, à partir de leurs propres recherches, de Maxime Szczepanski, Gil Arban et Benoît Lenoble) mais aussi sur la manière dont analyse sociohistorique et approche ethnographique peuvent être articulées (interventions de Danny Trom et Nicolas Kaciaf). Les problèmes du comparatisme international, tels qu’ils se posent spécifiquement dans le domaine de l’étude des médias, ont fait l’objet d’une séance commune avec le séminaire de Jérôme Bourdon (avec des interventions de Nicolas Hubé et Camille Aubret). Une séance, où les politistes Christiane Restier-Melleray, Delphine Dulong et Sandrine Levêque ont présenté leurs travaux, a permis d’évaluer l’apport des gender studies à la compréhension des pratiques journalistiques. La question du rapport entre télévision et « culture populaire » a été reprise à nouveaux frais grâce à Eva Illouz, de l’Université hébraïque de Jérusalem, dont on a profité de la présence à Paris pour discuter l’ouvrage qu’elle a consacré à l’animatrice de talk-shows américaine Oprah Winfrey. Le séminaire s’est conclu par une réflexion sur les liens entre sociologie des médias et philosophie politique, initiée par la discussion des travaux de Géraldine Muhlmann (interventions de Philippe Corcuff, Pierre Leroux, Philippe Riutort et Éric Lagneau). La liste de diffusion sur Internet d’informations pratiques et scientifiques relatives à l’étude des médias, qui avait été créée en 2002 à l’appui du séminaire, a été maintenue en service et a continué à jouer pleinement son rôle de liaison.

4Enseignements à l’étranger : cette année, nous avons assuré bénévolement 85 heures de cours et plus de 60 heures d’encadrement à la recherche, dans des institutions étrangères dont l’EHESS est partenaire. En septembre 2004, un enseignement de 27 heures consacré au « Raisonnement sociologique » a ainsi été donné au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg (comparaison des traditions sociologiques française, allemande et américaine ; spécification de ce qu’est une explication sociologique par rapport à d’autres types d’explications ; formation à la méthodologie de l’enquête de terrain en sociologie). En février 2005, nous avons délivré le même enseignement au Collège universitaire français de Moscou. Nous avons en outre participé, alors, à l’encadrement d’un stage de recherche de terrain qui a réuni durant près d’une semaine une cinquantaine d’étudiants russes dans une ville moyenne du nord de la Russie, Vologda. Le thème de ce stage était l’étude des professions aujourd’hui en Russie et leurs évolutions depuis la période soviétique ; une trentaine de mémoires ont été produits. En mai 2005, enfin, nous avons donné au Centre franco-argentin de Buenos Aires 32 heures de cours consacrées, pour partie au « tournant pragmatique » de la sociologie française, pour partie à la sociologie française du journalisme et des médias.

Publication

  • « Autorités plurielles : le cas des journalistes », Esprit, 313, mars-avril 2005, p. 101-114.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Lemieux, « La démarche pragmatique en sociologie : apports, enjeux, limites », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 430-432.

Référence électronique

Cyril Lemieux, « La démarche pragmatique en sociologie : apports, enjeux, limites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17623

Haut de page

Auteur

Cyril Lemieux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals