Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la citoyenneté

Dominique Schnapper
p. 464-465

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Dominique Schnapper, directrice d’études

1Comme l’an dernier, à la demande des étudiants, la directrice d’études a assuré le plus grand nombre des séances du séminaire. On est parti d’une interrogation sur la naissance d’une société dite « post-industrielle », « postmoderne », « hypermoderne », « réflexive » ou de « modernité tardive » – les termes varient, mais impliquent tous l’idée d’une rupture qui serait intervenue récemment dans l’évolution de la société démocratique. S’agit-il d’une véritable rupture ou du déploiement de la logique de l’idée démocratique elle-même ? La connaissance sociologique permettant d’apporter des éléments nouveaux dans la réflexion la plus générale, la recherche a été fondée, d’une part, sur la lecture minutieuse des textes du Tocqueville de la Démocratie en Amérique qui peuvent éclairer de manière lumineuse bien des phénomènes contemporains et de la conception de la « démocratie extrême » avancée par Montesquieu et, d’autre part, sur une revue critique des travaux sociologiques concernant les formes contemporaines des liens sociaux. C’est ainsi qu’a été abordée successivement l’évolution des liens familiaux, des liens religieux et enfin des liens juridiques et politiques. On est parti d’une définition opératoire de l’individualisme démocratique, mobilisée au cours des séances pour évaluer et discuter la transformation actuelle des liens familiaux, notamment à partir des recherches d’Irène Théry et de François de Singly. À cette occasion, le débat sur le mariage homosexuel, révélateur d’une transformation de l’idée du lien conjugal, a fait l’objet d’une analyse particulière. Puis, on a repris des textes des sociologues des religions contemporains, en particulier ceux de Danièle Hervieu-Léger, sur l’évolution des liens religieux. Enfin, on s’est interrogé sur les manières dont se transforme le sens des liens politiques et juridiques. À cette occasion, la directrice d’études a analysé l’effet du droit sur les pratiques sociales à partir de son expérience au Conseil constitutionnel et traité de ce que les politologues qualifient de « démocratie d’opinion » et de ses effets sur la « communauté des citoyens », dite « classique ».

2Le séminaire a eu le plaisir d’accueillir deux invités. Freddy Raphaël, professeur émérite à l’Université Marc-Bloch de Strasbourg, nous a présenté, au cours de deux séances, son interprétation des figures de l’étranger et du paria chez Georg Simmel, Max Weber et Norbert Elias. Faustine Régnier, chargée de recherche au Laboratoire de recherche sur la consommation à l’INRA, a proposé, à partir de son ouvrage récemment publié sur le sujet, une analyse de l’exotisme culinaire à partir des réflexions théoriques sur la relation à l’autre, donnant ainsi une illustration exemplaire de la mobilisation de théories sociologiques pour interpréter des pratiques qui peuvent apparaître au premier abord menues, mais qui se révèlent pleines de signification.

3Enfin, l’exposé d’Angela Demian, qui prépare une thèse sur le projet national de Moldavie, nous a permis, au cours de deux séances, de relire et de discuter des auteurs récents qui ont proposé des théories de la nation : ceux qui définissent l’idée de nation par le projet de convergence du culturel ou, en d’autres termes, de l’« ethnique » et du politique (Ernest Gellner, Dominique Schnapper) et ceux qui théorisent des formes nouvelles d’organisation politique définies par la divergence possible ou souhaitable entre le culturel, ou l’« ethnique », et le politique (Jurgen Habermas, Will Kymlicka, P. Pierré-Caps). Cela a été l’occasion de discuter des conditions de possibilité d’une théorie de la nation.

Publications

  • « De la communauté des citoyens à la démocratie providentielle », Bulletin de la Société française de philosophie, janvier-mars 2004, p. 1-20.
  • « Préface », Cent titres sur la citoyenneté, Association pour la diffusion de la pensée française, ministère des Affaires étrangères, 2004, p. 5-8.
  • « L’irrésistible mariage homosexuel ? », Commentaire, 107, automne 2004, p. 765-771.
  • « The French view of the “Dutch Miracle” », dans Dutch welfare reform in an expanding Europe. The Neighbours’ view, E. de Gier, A. de Swaan, M. Ooijens (éd.), Amsterdam, Het Spinhuis, 2004, p. 49-77. Reproduit dans Society, 42, 3, mars-avril 2005, Transaction, p. 52-61.
  • « Linguistic pluralism as a serious challenge in democratic life », dans Cultural diversity versus economic solidarity, sous la dir. de P. Van Parijs, Bruxelles, de Boeck (« Bibliothèque scientifique Francqui », 6), 2004, p. 213-227.
  • « Citoyenneté », dans Notions, Encyclopædia Universalis, 2004, p. 146-147.
  • « Modèle des “Israélites” ou modèle démocratique ? », dans Un modèle d’intégration, Juifs et Israélites en France et en Europe, XX-XXe siècle, sous la dir. de P. Cabanel et C. Bordes-Benayoun, Paris, Berg international, 2004, p. 19-29.
  • « Les conditions de possibilité d’une sociologie de la nation », dans Conférences de l’école doctorale de science politique (2001-2003), sous la dir. de L. Sfez, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 79-85.
  • « Ciutadania i identitat nacional a Europa », Revista d’etnologia de Catalunya, 25, novembre 2004, p. 34-45.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Schnapper, « Sociologie de la citoyenneté », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 464-465.

Référence électronique

Dominique Schnapper, « Sociologie de la citoyenneté », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17652

Haut de page

Auteur

Dominique Schnapper

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals