Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des formes de discrédit

Rose-Marie Lagrave
p. 467-468

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Rose-Marie Lagrave, directrice d’études

Dire et se dire féministe

1Dans le prolongement du séminaire de l’an dernier, on s’est interrogé sur la pertinence des définitions et des classements du féminisme en analysant ce que ces désignations doivent aux contextes politiques et aux enjeux internes au mouvement pour élargir ou restreindre ces appellations tout en luttant pour proposer une définition légitime du féminisme. On a procédé à une relecture critique des ouvrages concernant l’histoire du féminisme, puis F. Thébaud et F. Rochefort ont distingué histoire des femmes et histoire du féminisme, en mettant l’accent sur les difficultés d’une historiographie du féminisme marquée par de fallacieuses métaphores (notion de vagues du féminisme ou de volcans). Ces métaphores réfutées, il s’est agi de travailler sur les chronologies en vigueur pour leur substituer une logique des filiations permettant de mettre au jour d’autres scansions à partir d’emboîtements, de continuités et de ruptures entre divers registres du féminisme. Ce réexamen a révélé l’absence de recherche sur le féminisme d’État et dans les milieux réactionnaires et, partant la flexibilité des frontières entre féminisme et antiféminisme.

2En prenant pour exemple la loi constitutionnelle sur la parité politique entre hommes et femmes, en la resituant dans l’histoire longue des luttes pour le droit de vote, on a ensuite examiné les controverses à propos de la loi, les rhétoriques et argumentaires en présence pour comprendre les différentes stratégies censées faire advenir en pratique l’égalité politique. La confrontation de deux doctorats sur la question, celui d’Éléonore Lépinard et celui de Sandra Frey, a montré combien l’interprétation de données empiriques et de terrains homologues est fonction de l’approche retenue.

3Lors du dernier séminaire, à partir d’un travail sur l’agencement entre genre, ethnicité, laïcité, N. Guénif a montré comment et pourquoi le « garçon arabe » est devenu la nouvelle figure des classes dangereuses, tout comme les « filles voilées » ont été constituées en menace pour l’égalité entre les sexes.

4Ces chantiers ont mis au jour, chacun différemment, la nécessité d’une histoire croisée entre les féminismes occidentaux, celle de penser à nouveaux frais les tensions entre universalisme et particularisme, entre conceptions formelle et substantielle de l’égalité, celle enfin de s’interroger sur ce que supposerait une égalité de présence dans une tradition républicaine, mais aussi les liens entre religions et féminismes.

Publications

  • Avec P. Encrevé, Travailler avec Bourdieu, Champs/Flammarion, Paris, 2004, 357 p.
  • « Les passeuses », préface à l’ouvrage de P. Cardon, Des femmes et des fermes, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 13-18.
  • Dir. du n° d’Études rurales, « Les petites Russies des campagnes françaises », 171-172, 2005, 305 p.
  • « La faucille contre le marteau », Études rurales, op. cit., p. 9-26.
  • « Signifier le pouvoir par le genre », Éducation et management, 29, juin 2005, p. 20-24.
  • « L’écho de lui. Pour Jacques Derrida », Divinatio. Studia culturologica series, 21, 2005, p. 169-174.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 467-468.

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17655

Haut de page

Auteur

Rose-Marie Lagrave

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals