Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Esthétique et morphologie

Danièle Cohn
p. 493-494

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Danièle Cohn, professeur agrégée

Réalité et forme : sur quoi ouvrent les fenêtres ?

1Les écrits de Zola sur l’art, et sa théorie des trois écrans en particulier nous ont permis de nous interroger sur les références esthétiques du chef de file du naturalisme. « Fenêtre ouverte sur la création », l’œuvre d’art est en effet, selon Zola, loin de restituer fidèlement la réalité. Elle se confronte à la plus ou moins grande « transparence des écrans », et se débat avec les déformations que subissent les objets. Le motif des verres colorés (Baudelaire, Les fenêtres et Le mauvais vitrier), celui de la vitre (Apollinaire sur Delaunay) ont été repris grâce au commentaire de la Lettre à Valabrègue dans laquelle Zola développe sa conception de l’écran. L’idée d’observation dans sa dimension cognitive, couramment associée à l’entreprise des Rougon-Macquart, doit être couplée avec celle, plus morale de « mensonge ». « La fenêtre n’est pas libre », et l’artiste dans son empathie avec les objets est un « prisme » qui produit ce que Konrad Fiedler, grand lecteur de Zola, appelle la visibilité (cf. Sur l’origine de l’activité artistique). Nous avons procédé à une réévaluation du concept de génie tel que l’emploie Zola. Le recours au caractère, au tempérament, à l’homme pour définir l’œuvre nous a semblé renvoyer au-delà d’une simple persistance du romantisme dans le réalisme. Vérité et réalité, sujet et objet, spiritualisme et matérialisme sont les enjeux philosophiques explicites des polémiques de Zola (cf. Mes haines et sa position vis-à-vis de Taine) Le régime fictionnel de l’œuvre a pu ainsi être articulé et ce jusqu’aux réflexions contemporaines sur l’ontologie de l’œuvre d’art et la perspective dite « ethiciste ».

2L’analyse de La Faute de l’abbé Mouret, Une page d’amour, L’Œuvre et Le docteur Pascal nous a fait aborder ces mêmes questions dans la thématique et dans l’écriture. La présence de la peinture, sa force formatrice et l’Influence directe des images sur la vie des individus nous a renvoyée à l’Idée de plastique. Nous avons donc repris les différents textes de Zola dans cette perspective et nous nous sommes arrêtée sur ce qu’il dit de la sculpture. En croisant Zola avec Baudelaire et Diderot, nous avons pris la mesure de l’enjeu que représente la sculpture dans l’évolution de la pensée des arts à cette période. La possibilité d’une sculpture « moderne » est au cœur de l’ensemble des écrits étudiés. Que la perfection antique soit associée – d’emblée, comme par évidence – à la statuaire aiguise la réflexion sur l’essence du moderne, le rapport à la mémoire, la fidélité à la tradition.

3Les dernières séances du séminaire ont été consacrées à la lecture du texte de Hildebrand, Sur le problème de la forme dans les arts plastiques et à l’analyse des oeuvres de Medardo Rosso. Les notions d’optique et d’haptique, de vision proche et à distance, la construction de l’espace par la forme, le statut du mouvement dans cette opération trouvent dans la production du sculpteur italien une mise en discussion dont nous n’avons pas fini de tirer tous les fils. Le terme d’impression, le projet d’une sculpture sans matière qui utilise la photographie pour y parvenir font à nos yeux du cas Medardo Rosso, après le cas Wagner et avec le cas Böcklin, un moment décisif de la philosophie de l’art.

4Les interventions du professeur Renato Lessa (lUPERJ, Rio de Janeiro), directeur d’études invité sur Hume, le scepticisme et la Shoah et de Gérard Wajcman à propos de son livre Fenêtre ont contribué à enrichir notre enquête. Le séminaire a pour la première fois bénéficié de la présentation de travaux d’artistes (Irina Genova, Professeur à Sofia et pensionnaire de l’ΙΝΗΑ a commenté en leur présence une vidéo sur la fenêtre de N. Kovacheva et V. Stefanov, Catherine Bédard, commissaire de l’exposition Canadian Club nous a accueillis au Centre Culturel Canadien et Teri Wehn, cinéaste, a montré son film sur Robert Morris). L’organisation de deux journées par deux doctorantes (Maddalena Parise et Katrin Sirois) a donné l’occasion aux étudiants d’exposer leur recherche (Katrin Sirois et Francine Flandrin ont pu exposer leur travail dans la salle Warburg de l’IΝΗΑ). Le cycle « Philosophie de l’art » organisé et présenté – avec J.-O. Bégot – dans le cadre des Lundis de la philosophie de la rue d’Ulm a fait le point sur la recherche philosophique sur les arts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Cohn, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 493-494.

Référence électronique

Danièle Cohn, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17679

Haut de page

Auteur

Danièle Cohn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals